15-10-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   AUX ATELIERS SAUVAGES : Les beautés saignantes      THÉÂTRE : El Fahla sur scène      CENTRE DES ARCHIVES NATIONALES : Une ‎exposition sur le patrimoine ‎audiovisuel à Alger      FESTIVAL INTERNATIONAL CULTUREL DE MUSIQUE SYMPHONIQUE : Hommage à Taha, Allam et Mandela      PRESENTE AU CINE-CLUB DU CNCA : Echebka ou ‎le monde des pêcheurs   
 

   

 
    culture
 
Parution: «Pyramides d’Algérie » de Mohamed Balhi et Nacer Ouadahi

Le beau livre « Pyramides d’Algérie », écrit par le journaliste et auteur Mohamed Balhi et illustré de photos signées de Nacer Ouadahi, est une des nouveautés des éditions Anep. Mis en vente lors du Salon international du livre d’Alger (SILA), cet ouvrage de 180 pages, retrace l’historique des monuments funéraires numides d’époque tardive, entre le IIIe siècle avant Jésus-Christ et le VIe siècle après Jésus-Christ, tels Imedghassen, le Tombeau royal maurétanien et les Djedars. Dans son texte Mohamed Balhi est allé jusqu’aux tombeaux à enclos du Tassili, depuis des millénaires, pour  parler des pratiques et rites d’enterrement. C’est ainsi que nous apprenons que les monuments funéraires numides ont été, de par leur architecture, influencés par les styles hellenistiques et pharaoniques et qu’en définitive les numides avaient leur propre génie et n’étaient pas ces « barbares » tels qu’ils étaient perçus par les auteurs de l’antiquité. L’intérêt du beau livre de Mohamed Balhi et de Nacer Ouadahi, est que l’Algérie, autrefois vaste territoire de la Numidie, détient des sites archéologiques qui font partie du patrimoine de l’Humanité. Peu de gens en Algérie connaissent l’existence même de 13 monuments funéraires, conçus comme des pyramides, appelés Djedars (murs, en arabe) et érigés sur les djebels Lakhdar et Aroui, dans la région de Frenda (Tiaret), par les princes numides romanisés.  Le premier monument funéraire numide édifié en Afrique du Nord demeure l’Imedghassen (Batna), qui inspirera plus tard le Tombeau royal maurétanien. Mohamed Balhi restitue, dans un style accessible au grand public, sous forme de synthèse et aussi d’interrogations, les prospections et fouilles archéologiques des chercheurs et savants qui ont fourni, depuis les débuts de la colonisation jusqu’à nos jours, la masse importante d’informations accumulées par les uns et les autres. Il rend hommage, entre entres, à Fatima Kadria Kadra, première archéologue algérienne qui a écrit une thèse sur les Djedars, à Ginette Aumassip et Serge Lancel, qui ont formé des générations de préhistoriens et archéologues algériens après l’indépendance. 

 




 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,