11-12-2017
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   : Le président palestinien ne recevra pas le vice-président américain      : Le Hamas appelle à des affrontements militaires avec l’occupation dans toute la Palestine; plus de 1000 martyrs et blessés (photos)      : Jérusalem: le président turc Erdogan veut prendre la tête de la contestation musulmane      : Des milliers de personnes manifestent à Paris pour les prisonniers basques      : L'Italie inquiète de la résurgence d'incidents fascistes      Poutine en Père Noël et Superman : Une expo à Moscou rend hommage à SuperPoutine   
 

   

 
    Monde
 
Erdogan : AlQuds est une « ligne rouge »,
L’UE met en garde contre de « graves répercussions »

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a averti mardi que le statut de la ville d’AlQuds Jérusalem occupée était « une ligne rouge » pour les musulmans, évoquant une possible rupture diplomatique avec ‘Israël’ si Washington devait reconnaître la ville sainte comme capitale. « Monsieur Trump, Jérusalem est une ligne rouge pour les musulmans », a lancé M. Erdogan à l’adresse de son homologue américain.  « Nous allons mener cette lutte jusqu’au bout avec détermination. Et cela pourrait aller jusqu’à la rupture de nos relations diplomatiques avec Israël », a-t-il ajouté lors d’un discours devant le groupe parlementaire du parti au pouvoir, l’AKP. « En tant que président en exercice de l’OCI (Organisation de la coopération islamique), nous allons suivre cette question jusqu’au bout. Si une telle décision est prise, nous réunirons sous 5 ou 10 jours un sommet des leaders de l’OCI à Istanbul (…) Nous mettrons en mouvement tout le monde musulman lors de ce sommet », a-t-il encore dit. La Turquie avait déjà mis en garde lundi contre une reconnaissance par Washington d’AlQuds comme capitale d’Israël, estimant qu’une telle mesure provoquerait « une grande catastrophe ». La Maison Blanche a annoncé que la décision très attendue de M. Trump à ce sujet a été reportée alors qu’elle devait intervenir lundi. La communauté internationale n’a jamais reconnu Jérusalem AlQuds comme capitale d’ « Israël », ni l’annexion de sa partie orientale occupée en 1967.

L’UE met en garde contre de « graves répercussions »

Pour sa part, l’UE a mis en garde mardi contre les « graves répercussions » d’une éventuelle reconnaissance par Trump de Jérusalem comme la capitale d’Israël et du transfert de l’ambassade des Etats-Unis dans cette ville. « Cela pourrait avoir de graves répercussions sur l’opinion publique dans des parties entières du monde », ont prévenu les services de la haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, dans un communiqué.  « Il faut rester concentré sur les efforts pour faire redémarrer le processus de paix et éviter toute action qui saperait ces efforts », selon la même source. « Depuis le début de l’année », l’Union européenne estime qu’il faut réfléchir « aux conséquences que pourrait avoir une décision ou action unilatérales affectant le statut de Jérusalem », occupée. « L’UE continuera son engagement avec les deux parties, ses partenaires internationaux et régionaux, y compris le Quartet (pour le Proche-Orient) afin de soutenir la reprise d’un processus de paix », selon le communiqué. Une décision est toujours attendue de la part du président américain sur un transfert de l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à Jérusalem et une possible reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël.  Le président Trump doit se prononcer cette semaine sur l’épineux statut de Jérusalem AlQuds, mais plus l’heure de la décision approche plus la pression internationale s’intensifie pour qu’il évite tout choix susceptible de ruiner les espoirs de relance du processus de paix.

« Fin à l’effort de paix de Trump »  

Entre temps, un haut conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas, Nabil Chaath, a prévenu mardi Donald Trump que toute reconnaissance par les Etats-Unis d’AlQuds comme capitale d’ « Israël » signifierait la fin de l’effort mené par l’administration américaine pour relancer l’entreprise de paix. « Nous n’accepterons plus la médiation de l’Amérique, nous n’accepterons plus la médiation de M. Trump. Ce sera la fin du rôle joué par les Américains dans ce processus », a dit M. Chaath à des journalistes. Chaath a renouvelé la mise en garde contre la réaction de la rue palestinienne et arabe. « Je ne sais pas si cela provoquera des violences, mais il y aura sans nul doute des manifestations populaires partout. J’espère qu’il n’y aura pas de violences », a-t-il dit. Mais « des violences pourraient éclater dans le monde arabe, qu’on ne pourrait pas contrôler ».




 
 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer
             
 
 
 

Est ce que vous soutenez l'idée
d'annuler le visa entre l'Algérie et la Turquie ?

                      
Oui Non

Résultats

Oui
                 
25 %
Non               
                 
75 %
 
 

Espace Pub

 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,