15-10-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   3e SESSION ORDINAIRE DE L’APW DE MOSTAGANEM : RENTREE SOCIALE AU MENU      MISE EN SERVICE DE 13 NOUVELLES STATIONS DE SERVICE 4G LTE A TIARET : Couverture totale du territoire de la wilaya par le réseau internet      POUR CONTESTER LE VOLUME HORAIRE : Des professeurs d’anglais observent un sit-in      POUR REVENDIQUER LEUR RELOGEMENT : Les habitants de Zabala et Diar El Hana observent un sit-in   
 

   

 
    region
 
CHLEF
La Kalaâ de Timici entre le manque de culture patrimonial et les aspirations à en faire une destination touristique

La Kalaâ "Timici", dans la commune de Taougrite (à 70 km du chef lieu de wilaya de Chlef), est l’un des vestiges attestant du passage de la civilisation romaine dans le massif montagneux du Dahra, où elle est considérée comme le témoin d’une époque de prospérité dans cette région, durant les premiers siècles de l’ère chrétienne. Le site est actuellement protégé et classé par la force de la loi, mais il n’en demeure pas moins qu’il est sujet à nombre d’atteintes de la part des populations riveraines, qui menacent l’identité historique de ce lieu, destiné à être promu en une destination touristique, selon les aspirations des autorités locales. Fouilles illégales, constructions anarchiques dans son périmètre, cultures agricoles et vols de pierres sont les atteintes les plus courantes menaçant la Kalaâ "Timici", dont le classement remonte à 1905 par le colonialisme français, avant son reclassement après l’indépendance (1967), suite au décret N 67-281 relatif aux fouilles et à la protection des sites archéologiques. "Les atteintes à la Kalaâ Ouled Abdellah (autre appellation de la Kalaâ Timici) sont imputées au manque de culture patrimoniale chez certains", a estimé à ce propos, la directrice de la Culture de la wilaya, Fatima Bekara, soulignant les efforts consentis par ses services pour sensibiliser le citoyen sur l’intérêt et l’importance du site, notamment à travers nombre d’activités visant l’ancrage d’une culture de sauvegarde du patrimoine matériel et de sa valorisation, abritées par le site, au titre du mois du patrimoine (18 avril-18 mai), a-t-elle fait savoir. La responsable, qui a fait cas de l’enregistrement d’une atteinte contre le site, durant ces deux derniers mois, a, également, fait part d’une requête introduite auprès des autorités locales, en vue d’"interdire les constructions anarchiques et les activités agricoles dans son périmètre", exprimant son souhait que le site bénéficie d’une clôture pour sa protection, d’autant plus, a-t-elle ajouté, que la Kalaâ est destinée à être promue en "une destination touristique de choix susceptible de soutenir l’économie locale", au titre d’un plan de protection et de mise en valeur des sites archéologiques et de leur zone de protection, attendu à la mise en œuvre, à l’horizon 2019. Cette préoccupation est partagée par la chef de la daïra de Taougrite, Nadia Nabi, qui, après avoir souligné l’impératif de protection et valorisation de la Kalaâ Ouled Abdellah, a fait cas d’une démarche consentie, par ses services, afin d’intervenir dans les cas de constructions anarchiques, tout en sensibilisant les citoyens sur la valeur historique des lieux. "La coordination des efforts avec la direction de la Culture a abouti à la désignation d’un agent pour la surveillance du site, au moment où des patrouilles de contrôle seront effectuées, par les services de la protection civile pour empêcher de nouvelles atteintes contre ce site archéologique, a-t-elle, encore signalé. Pour évaluer l’intérêt accordé par les populations riveraines à la Kalaâ Ouled Abdellah, l’APS s’est rapproché de citoyens, dont certains, à l’image de Mohamed (un retraité), ont estimé qu’il s’agit là d’un "témoin du passage de civilisations humaines anciennes dans la région", ayant besoin de valorisation pour en faire une destination touristique, qui rapportera des revenus supplémentaires à la commune. Il a, également, déploré certaines atteintes au site liées au trafic de pièces archéologiques, entre autres, tout en appelant les parties concernées, dont la presse notamment, à davantage d’actions de sensibilisation sur le sujet en direction des citoyens. A l’opposé de cette conception, Abdelkader (un travailleur journalier) s’est dit "non concerné" par ce type de "questions". "Quant on est père de cinq (5) enfants à nourrir, ont est beaucoup plus intéressé par les moyens de gagner sa croute, les autres choses sont reléguées au second plan", a-t-il lâché.

Structures éducatives, incontournables dans l’ancrage d’une culture patrimoniale

"Le rôle de l’école, de l’université et de la mosquée est primordiale dans l’ancrage d’une culture patrimoniale chez les citoyens de la région", a estimé, à cet effet, le professeur en sociologie et anthropologie, Miloud Bouazdia, de l’université de Chlef, soulignant l’"impérative contribution de la société civile, des autorités locales et du citoyen dans cette entreprise". Cet universitaire n’a pas omis de relever l’existence d’une divergence de vision, chez les gens, à propos des civilisations anciennes, que "certains considèrent comme des civilisations païennes (ou impies) ne méritant pas d’intérêt", au moment où il s’agit, a-t-il dit , d’une "leçon d’histoire et de mémoire pour éviter la rupture avec les prochaines générations", estime-t-il. D'ou la nécessité, selon lui, de valoriser ces vestiges historiques, à l’image de la Kalaâ Ouled Abdellah, "pour perpétuer la mémoire collective, car celui qui n’a pas d’histoire n’a pas d’avenir", affirme avec conviction,  M.Bouazdia. Lui emboitant le pas, le chercheur et archéologue Djamel Mohamed Hasnaoui, a plaidé pour une "étude plus approfondie de ce site archéologique", dont une équipe de recherches de l’université d’Alger, qui y a effectué des fouilles, a confirmé l’importance, a-t-il fait savoir. La Kalaâ Timici ou Ouled Abdellah a été construite sur une crête, d’où elle domine la région de Sidi Aissa (commune de Taougrite ), suscitant ainsi la curiosité des chercheurs en archéologie de par la singularité de son lieu d’implantation, loin de toutes source d’eau, a-t-il souligné. Les découvertes effectuées sur site sont autant d’indices sur le mode de vie de l’époque, telles de nombreuses citernes creusées dans la roche (absence d’eau oblige), outre des stèles sculptées dans le roc remontant à l’ère d’avant Jésus- Christ. Selon ce spécialiste, cette ville romaine a du connaitre une période de prospérité au 1 er siècle avant Jésus Christ, avant de voir toute forme de vie disparaitre à partir du 3eme siècle après Jésus Christ "probablement à cause du manque d’eau", a-t-il estimé, signalant, en outre, des vestiges d'un caveau creusé dans le flanc de montagne, ce qui indique qu’il y avait probablement un cimetière. Des spécialistes du domaine ont, également, souligné la position stratégique du site permettant de protéger la ville d’éventuels assauts étrangers ou des facteurs naturels.




 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,