16-08-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   PRESIDENTIELLE AU MALI : Du rififi à ‎la Commission de centralisation ‎des résultats      AVENIR DE LA SYRIE : Moscou et ‎Ankara convient Paris et Berlin ‎aux négociations      LUANDA : Un sommet régional ‎sur la situation en RDC et au ‎Soudan du Sud      MAURITANIE : Le leader ‎abolitionniste Abeid inculpé ‎pour incitation à la haine      MALTE ACCUEILLE L’«AQUARIUS» : Les migrants ‎répartis dans cinq pays européens      GRÈCE TURQUIE : Libérés d’une prison turque, deux soldats ‎grecs de retour chez eux      INDEPENDANCE DE LA JUSTICE : l'UE accentue ‎la pression sur la Pologne   
 

   

 
    Monde
 
EXTRADITION DE FRANÇOIS ‎COMPAORE
La décision ‎renvoyée au 3 octobre

Une extradition ou non ? La justice française n'a pas encore tranché sur le sort de François Compaoré, le frère de l'ancien président burkinabè déchu, Blaise Compaoré. Le Burkina Faso a émis un mandat d'arrêt contre François Compaoré, arrêté à Paris en octobre. Il est mis en cause dans l'enquête sur l'assassinat en ‎‎1998 du journaliste Norbert Zongo. Finalement, la justice française a renvoyé sa décision au 3 octobre prochain. C’était l’une des trois possibilités : soit un avis favorable à l’extradition, soit le rejet de cette demande d’extradition ou bien la demande d’informations complémentaires. C’est cette dernière option qu’a choisie la chambre d’instruction de la cour d’appel de Paris, qui demande notamment à la justice burkinabè de lui fournir des éléments matériels et précis de nature à prouver l’implication de François Compaoré dans l’assassinat de Norbert Zongo et de ses compagnons d’infortune. La décision est renvoyée au 3 octobre 2018. La justice burkinabè a donc trois mois pour fournir ces éléments. Pour les avocats de François Compaoré, cela signifie comme ils l’ont toujours dit qu’il n’y a rien dans ce dossier, aucune preuve, aucun élément tangible. Pierre-Olivier Sur se déclare donc tout à fait confiant. Il met même en garde la justice burkinabè de ne pas produire de « faux éléments ». C’est ce qu’il nous a dit à la sortie de la salle. Dans le camp adverse au contraire, pour maître Anta Guissé, l’avocat de l’Etat burkinabè, ce nouveau renvoi n’a rien de décevant. S’il n’y avait rien dans le dossier, la chambre d’instruction aurait tout simplement rejeté la demande d’extradition, explique l’avocate. Il faut donc se munir de patience, selon elle, car le dossier est loin d’être vide comme le déclarent les avocats de François Compaoré.




 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,