21-10-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   ARABIE SAOUDITE : Riyad confirme que le ‎journaliste Jamal ‎Khashoggi a été ‎tué au consulat ‎d'Istanbul      NIGER : Plus de 42.000 personnes ‎déplacées dans l'ouest      CONGO-‎BRAZZAVILLE : Plusieurs centaines de réfugiés ‎centrafricains quittent le pays      TANZANIE : Libération du ‎milliardaire tanzanien ‎Mohammed Dewji      TUNISIE : Maintien en détention de l’ex-secrétaire d’Etat aux Mines   
 

   

 
    Monde
 
SYRIE
Dans le sud, l’angoisse des Druzes face aux djihadistes‎

La guerre est de retour dans la région de Souweïda, bastion de la minorité druze situé dans le sud de la Syrie. La population y vit désormais au rythme de l’offensive lancée par le camp prorégime contre les djihadistes de l’organisation Etat islamique (EI) retranchés dans les zones désertiques qui bordent la province. Les opérations en cours font suite aux sanglantes attaques menées par les djihadistes, le 25 juillet, contre Souweïda et plusieurs villages avoisinants. 250 personnes, des civils pour l’essentiel, avaient été tués par des membres de l’EI et trente habitants – des femmes, des ‎‎enfants et des jeunes hommes – d’un même village avaient été pris en otage. Après l’exécution, jeudi 2 août, de l’un deux, un jeune étudiant de 19 ans, dont les images ont été diffusées dimanche sur Internet, le climat d’angoisse, de colère et de tension qui règne dans la province druze est à son comble. « Les gens ont peur qu’une nouvelle attaque se produise. Des rondes de nuit sont organisées au quotidien », explique Chadi Saab, résident de Souweïda. Dans la ville, située à une ‎‎centaine de kilomètres de Damas, des habitants veillent désormais eux-mêmes sur leurs quartiers, soutenant ainsi de multiples groupes d’autodéfense et des milices druzes qui ont proliféré au cours du conflit et tiennent des barrages à l’intérieur de la cité et sur les routes de la province. On craint autant une tentative d’infiltration de djihadistes venus du désert que l’activation d’éventuelles cellules dormantes. Mardi, une foule en colère, encadrée par des miliciens pro-régime, a pendu en pleine rue dans Souweïda un combattant présumé de l’EI. Selon des sources locales il avait été arrêté quelques heures plus tôt alors qu’il tentait de commettre un attentat. « Tout le monde n’appuie pas cette façon de rendre justice, mais une majorité des habitants l’approuve. Personne ne peut oublier comment les gens ont été massacrés le 25 juillet », affirme Kinan...

 Un djihadiste de l'EI pendu sur la place publique

Des membres d'une milice druze pro-régime dans le sud syrien ont pendu mardi un combattant du groupe Etat islamique (EI), a rapporté une ONG quelques jours après la décapitation par les djihadistes d'un jeune otage de la communauté. L'EI avait kidnappé fin juillet une trentaine de femmes et d'enfants de la communauté druze dans la province méridionale de Soueida, à la faveur d'un assaut particulièrement meurtrier dans cette région: assassinats et attaques suicide coordonnées avaient fait plus de 250 morts. Le groupe djihadiste a décapité jeudi un des otages, un jeune étudiant de 19 ans. Sa famille a reçu des photos de sa dépouille, ainsi que deux vidéos, provoquant la colère de la communauté. "Des combattants druzes pro-régime ont réussi à capturer un combattant de l'EI, qui participait à une attaque du groupe djihadiste contre leur position, dans l'est de la province de Deraa", a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme ‎‎(OSDH), Rami Abdel Rahmane. "Des miliciens druzes pro-régime ont pendu le combattant de l'EI sur une place publique de la ville de Soueida", a-t-il précisé. Des centaines de personnes ont assisté à cette exécution, a précisé l'Observatoire et le média en ligne local Soueida24. Le djihadiste avait été interpellé mardi matin, dans un secteur désertique de la province, selon Soueida24. Durant l'assaut djihadiste, quatre combattants pro-régime ont été tués par un kamikaze, a par ailleurs indiqué M. Abdel Rahmane. La province de Soueida est dominée par la communauté druze, une branche ‎‎hétérodoxe de l'islam chiite. Avant le début du conflit syrien en 2011, les druzes représentaient environ 3% de la population syrienne, soit environ 700.000 individus. Sur ses organes de propagande, l'EI avait revendiqué son assaut du 25 juillet, un des plus meurtriers menés par les djihadistes en Syrie. Mais le groupe était resté muet sur les enlèvements. Mais selon un haut dignitaire religieux druze, les négociations pour la libération des otages se font à travers la Russie, en coordination avec le gouvernement syrien. Les djihadistes détiennent toujours 14 femmes de la communauté et 15 de leurs enfants. Ils essayent d'utiliser les otages pour obtenir la libération de prisonniers détenus par le régime, selon des sources locales.




 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,