18-11-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   REPUBLIQUE CENTRAFRIQUE : 37 morts dans des ‎affrontements à Alindao entre ‎l’UPC et des anti-balaka      MALI : La police disperse un ‎rassemblement de l’opposition      TCHAD : Les élections législatives ‎reportées      CONFERENCE DE PALERME SUR LA ‎LIBYE : «Ce n’est sans doute pas un ‎événement historique»‎      TURQUIE : Près de 200 arrestations dans les ‎milieux universitaires et culturels      ETATS-UNIS : Trump en visite dans une ‎Californie ravagée par le «Camp Fire»‎      FRANCE : Macron scrute d’un œil inquiet le ‎mouvement des «gilets jaunes»‎      MEXIQUE : Les migrants de la caravane ‎continuent d'affluer à Tijuana      ROYAUME-UNI : Un nouveau ministre du Brexit et des ‎soutiens de poids pour Theresa May   
 

   

 
    Monde
 
NIGERIA
‎ La crainte d’un nouveau Boko Haram version chiite

Le pouvoir réprime violemment les adeptes du Mouvement islamique du Nigeria, soutenu par l’Iran et dont le leader est emprisonné depuis 2015. Un pion de l’Iran, chef d’un groupe radical d’obédience chiite, croupit quelque part en prison depuis près de trois ans au Nigeria. En ce début novembre, ses partisans recomptent leurs morts, tombés sous les balles des forces de sécurité : 45 en deux jours, selon Amnesty International, 120 blessés et des centaines d’autres arrêtés pour avoir demandé la libération de leur guide spirituel dans les rues d’Abuja, la capitale fédérale, et dans les environs. Même si le Mouvement islamique du Nigeria (MIN) d’Ibrahim Zakzaky fait ‎‎régulièrement entendre sa voix depuis trente ans, cette fois, nombreux sont ceux qui craignent que la frange la plus éruptive glisse vers la lutte armée. L’imam Zakzaky, 65 ans, est toujours en détention, au secret. Il a été arrêté en décembre 2015 dans son fief de Zaria (nord), accusé d’avoir fomenté un attentat contre le chef détat-major des armées, dont le convoi avait été bloqué. L’armée a riposté, tiré et tué plus de 300 membres du mouvement, avant d’interpeller le leader ‎‎chiite, lui-même blessé, et de le faire disparaître, sans doute dans les geôles des services secrets, dont il n’a été publiquement sorti qu’à deux reprises. De quoi susciter des protestations de Téhéran. Cette brutalité à l’égard du mouvement de Zakzaky inquiète certains analystes et ‎‎responsables, qui redoutent une évolution à la Boko Haram, secte islamiste qui s’est muée en un groupe djihadiste armé parmi les plus meurtriers au monde à la suite de l’assassinat de son fondateur, le prêcheur d’inspiration salafiste Mohamed Yusuf, à Maiduguri (nord-est), par la police nigériane en décembre 2009. Premier dignitaire religieux musulman du pays, le sultan de Sokoto ‎‎(nord-ouest), un temps menacé par les sbires fanatiques de Zakzaky, avait appelé les autorités à la ‎‎« retenue », en décembre 2015, pour « ne pas répéter les erreurs » du passé.




 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,