17-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SOUDAN : Abdallah Hamdok désigné Premier ministre de la transition      KAZAKHSTAN : Un militant des droits de l’homme soudainement libéré      RUSSIE : A Moscou, communistes et libéraux manifestent pour des élections honnêtes      HONGKONG : Les guerres commerciales et la crise politique signent la fin d’un âge d’or économique      CRISE ECONOMIQUE EN ARGENTINE : Macri multiplie les annonces et les gestes      ETATS UNIS : La Californie veut combattre en justice les nouvelles mesures migratoires de Donald Trump   
 

   

 
    Monde
 
IRAK
Les groupes armés chiites veulent bouter les ‎Américains hors du pays

Faire partir les Américains d'Irak est désormais l'objectif numéro un des factions armées chiites proches de l'Iran. Et elles ont, disent leurs dirigeants à la presse, deux solutions pour cela: la loi ou les armes. Ces factions soutenues par l'Iran ont combattu avec le gouvernement irakien contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) tout comme...les Américains. Mais le président des Etats-Unis Donald Trump les a indignées en affirmant, dans une interview diffusée dimanche, qu'après le retrait des soldats américains de Syrie, l'Irak servira de base pour "surveiller" Téhéran. Des déclarations qui ont fait tiquer même des alliés de Washington à Bagdad, l'Iran étant un partenaire clé de l'Irak, économiquement et politiquement. Un peu plus d'un an après la déclaration de victoire contre l'EI, les relations entre l'Irak et les Etats-Unis se sont une nouvelle fois tendues. De la guerre du Golfe de 1990 à l'invasion américaine de 2003 qui a renversé Saddam Hussein en passant par l'embargo imposé durant 12 ans aux Irakiens jusqu'à la récente guerre menée de conserve contre l'EI, la relation irako-américaine a connu quelques hauts et beaucoup de bas. Désormais, les Américains sont de nouveau vus par certains comme "une force d'occupation" indésirable. Et, s'ils ne partent pas, "chaque Irakien aura le droit légitime de les affronter par tous les moyens", menace Mohammed Mohie, porte-parole des Brigades du Hezbollah, un groupe armé proche de l'Iran. Outre son combat contre l'EI, cette faction est engagée aux côtés du régime de Bachar al-Assad en Syrie. "Si jamais on avait besoin de nous, nous sommes prêts!", abonde Qaïs al-Khazali, puissant chef de la faction Assaïb Ahl al-Haq, La ligue des vertueux en arabe. Avant d'en arriver à cette extrémité, dans un pays où 4.500 soldats américains ont été tués entre 2003 et 2011 notamment dans des combats contre des milices chiites, M. Mohie dit toutefois à l'AFP vouloir donner une chance à la légalité.


 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,