23-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   CLOTURE DE LA 11E EDITION DU FESTIVAL DU RAÏ : Devant une assistance émerveillée      SAÏD DEBLADJI, ARTISTE-PEINTRE : « L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle »      L’HISTOIRE AU PRESENT DE ZINEDDINE SEKFALI : Chroniques des années présentes      HIND ZIOUR ARTISTE-PEINTRE ET PLASTICIENNE : « Je veux continuer à travailler et à faire évoluer mon art »   
 

   

 
    culture
 
À L’INITIATIVE D’UNE ASSOCIATION ‎CULTURELLE
Cherchell revisite ‎l’académicienne Assia Djebar

C’est à l’initiative des dirigeants du club de cinéma «Fort de Cherchell» que Mme Latifa Lafer, historienne de cinéma et enseignante d’anthropologie à l’Université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, a été invitée récemment en vue de projeter et d’animer le célèbre chef-d’œuvre cinématographique de l’académicienne Assia Djebar, cela dans le cadre d’un regroupement convivial dédié à la commémoration de l’anniversaire de la disparition de l’écrivaine.  Cet événement est une initiative citoyenne de l’élite culturelle cherchelloise qui a vu la participation de M. Debbagh Zoubir, un ancien responsable caméraman de la Télévision algérienne post-indépendance ; participation enrichie par le témoignage et l’intervention de Ahmed Mahroug, un autre caméraman qui avait contribué aux côtés de Assia Djebar à la réalisation et au tournage du film la Nouba des femmes du Mont Chenoua.  Selon l’analyse faite par Mme Latifa Lafer, «la Nouba des femmes du mont Chenoua est un film qui relie la ville et la campagne à contre-courant des représentations qui, habituellement, les opposent. Une femme citadine part sur les traces d’un passé colonial dont la mémoire se trouve chez les femmes berbères du mont Chenoua. L’historienne recompose, sur le mode de la nouba andalouse, sa région natale et construit un film marquant du cinéma social».  Il est à préciser que l’historienne Latifa Lafer est une diplômée en histoire et esthétique du cinéma dans le cadre d’un master sur le cinéaste italien Pier-Paolo Pasolini. «J’ai abordé en doctorat le cinéma algérien et me suis intéressée à son évolution thématique et esthétique avec une halte sur les premiers films amazighs», précise-t-elle en ajoutant : «J'ai travaillé sur des séquences du film en respectant le découpage qu'Assia Djebar a fait de la nouba. La touchia, l’istikhbar, le m'ceder, le mode btaïhi, le mode derdj, le nesraf, et enfin le khlas où les images suivent les différents rythmes musicaux – la musique du Sud et la musique classique en hommage à Bela Bartock, un musicien hongrois venu en 1913 dans le Sud algérien étudier nos musiques comme le dit Assia Djebar dans un générique — alternant avec des voix de femmes du Chenoua qui racontent la guerre de Libération et leur participation.»  Mme Latifa Lafer souligne que «le film est complexe dans son écriture et a besoin d'être débattu pour que s'éclairent les différents récits auxquels il se réfère».  Selon un article paru dans un hebdomadaire algérien le 13 juillet 1978, après la diffusion à la télévision nationale du film de Assia Djebar qui faisait déjà l’objet d’une vive polémique dans les milieux culturels, il a été rapporté que «bien des femmes racontent les mémoires de femmes, la nouba d’Assia Djebar est aussi et surtout une œuvre controversée où certains journalistes et critiques littéraires avaient pris position».   En effet, écrivait cet hebdomadaire, «le parcours de Assia Djebar n’avait pas été de tout repos, pour preuve notamment lors des Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie, où cette académicienne fut déçue et amère du fait que son film ne soit pas passé pas comme prévu dans la compétition».




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,