17-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SOUDAN : Abdallah Hamdok désigné Premier ministre de la transition      KAZAKHSTAN : Un militant des droits de l’homme soudainement libéré      RUSSIE : A Moscou, communistes et libéraux manifestent pour des élections honnêtes      HONGKONG : Les guerres commerciales et la crise politique signent la fin d’un âge d’or économique      CRISE ECONOMIQUE EN ARGENTINE : Macri multiplie les annonces et les gestes      ETATS UNIS : La Californie veut combattre en justice les nouvelles mesures migratoires de Donald Trump   
 

   

 
    Monde
 
ESPAGNE
Les indépendantistes catalans ‎sur le banc des accusés

Le procès de 12 indépendantistes catalans s'ouvre ce mardi 12 février à Madrid, en Espagne, un an et demi après le référendum d'autodétermination de la Catalogne. Pourtant interdit par la justice espagnole, il s'était conclu par une déclaration d'indépendance de la région la plus riche d'Espagne. Les tensions politiques se sont depuis succédé, et le procès des douze chefs indépendantistes ne devrait pas apaiser la situation.Beaucoup de monde s'est pressé pour assister au procès que toute l’Espagne attend depuis plus d’un an, et qui devrait durer plusieurs mois, du fait notamment des plus de 500 témoins retenus. Parmi eux, l'ancien président du gouvernement Mariano Rajoy, ou encore la maire de Barcelone Ada Colau, relate notre correspondante en Espagne, Elise Gazengel.Mais avant l’interrogatoire de ces témoins, ce sont les accusés qui seront entendus. Ils sont ‎‎12 au total : les anciens membres de l’exécutif catalan qui n’ont pas fui, l'ancien vice-président Oriol Junqueras et l'ancienne dirigeante du Parlement régional, Carme Forcadell, ainsi que deux leaders d'associations indépendantistes.Neuf d'entre eux sont en détention provisoire depuis un an, transférés dans une prison madrilène le temps du procès. Et ce sont les mêmes qui risquent les plus lourdes peines. Accusés de rébellion, ils encourent jusqu’à 25 ans de prison si le tribunal estime, et ce sera l’enjeu de ce procès, qu'il y a eu un soulèvement violent contre les institutions.Un nom majeur figure au tableau des absents : Carlos Puigdemont, ancien président de la Catalogne et organisateur du référendum de 2017, qui vit aujourd'hui en Belgique tandis que celui qui dirigeait l'Espagne au moment du référendum, le conservateur Mariano Rajoy, il est sur la liste des témoins appelés à la barre.Ce procès va tourner autour d'une question : « Le référendum de 2017 a-t-il été violent ? » L'interrogation est centrale, car si les juges estiment qu'il y a effectivement eu un soulèvement violent, les accusations de rébellion seront fondées. Depuis la consultation, les indépendantistes soutiennent que les seuls à avoir fait preuve de violence sont les policiers, envoyés par Madrid pour empêcher le référendum. Les accusés risquent de sept à 25 ans prison.Ce procès pourrait avoir des répercussions immédiates sur le gouvernement de Pedro Sanchez, car ce dernier a besoin de l'appui des élus catalans au Parlement pour faire voter son budget. Alors que dans le même temps, les partis d'opposition ont notamment appelé à une manifestation à Madrid, qui a rassemblé des dizaines de milliers de personnes dimanche dernier, pour demander le départ du chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez.

Seul le roi d'Espagne pourrait user de son droit de grâce si besoin. Le Tribunal suprême en effet statue en dernier ressort et ne permet pas d’interjeter appel.Le paradoxe est qu'Oriol Junqueras est susceptible d'avoir la peine la plus importante et en même temps il représente une figure qui est beaucoup plus acceptable...Qui est Oriol Junqueras? Réponse avec Hubert Peres, professeur de sciences politiques à l'université de Montpellier.

Les accusés font face aux sept juges

Le procès historique de douze dirigeants indépendantistes catalans pour la tentative de sécession d'octobre 2017 s'est ouvert mardi à Madrid, alors que la question catalane enflamme toujours autant les esprits en Espagne.L'audience, qui se limitera à des questions de procédure, a commencé vers 10H20 ‎‎(09H20 GMT). Assis sur quatre banquettes au centre de la majestueuse salle de la Cour suprême, la plus haute instance judiciaire espagnole, les accusés font face aux sept juges. Ce procès, retransmis en direct et pour lequel plus de 600 journalistes espagnols et étrangers sont accrédités, doit durer environ trois mois. Le verdict ne devrait pas être rendu avant juillet. Des centaines de personnes vont y témoigner dont l'ancien chef de gouvernement conservateur Mariano Rajoy.La principale figure de la tentative de sécession, l'ex-président catalan Carles Puigdemont, qui a fui en Belgique, est le grand absent de ce procès, l'Espagne ne jugeant pas en absence pour les délits graves.Le principal protagoniste sera donc son ancien vice-président Oriol Junqueras, contre lequel le parquet a réclamé 25 ans de prison.Des peines allant de 7 à 17 ans ont été requises contre les onze autres accusés, dont l'ancienne présidente du parlement catalan, plusieurs "ministres" régionaux et les responsables des puissantes associations indépendantistes ANC et Omnium Cultural.




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,