16-06-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SYRIE : La Russie annonce un cessez-le-feu dans la province d'Idleb, Ankara dément      SOUDAN : Des ressortissants étrangers intégrés dans les FSR      SENEGAL : Un rassemblement contre «l’opacité» des contrats pétroliers dispersé      BENIN : Le gouvernement dénombre «une trentaine de blessés» à Tchaourou et Savè      HONG KONG : La cheffe de l'exécutif suspend son projet de loi sur l'extradition      PEROU : Le pays impose un visa aux ressortissants vénézuéliens      MIGRATIONS : La clause «secrète» de l'accord Mexique-Etats-Unis publiée à Mexico   
 

   

 
    Monde
 
SOUDAN
L’armée promet un «gouvernement civil» et «ne livrera pas» el-Béchir

Au Soudan, Omar el-Béchir est tombé, mais cela ne suffit pas pour les milliers de manifestants toujours rassemblés à Khartoum devant le QG de l'armée. Une manifestation malgré le couvre-feu imposé par les nouvelles autorités. Les Soudanais descendus dans les rues ne veulent pas du conseil militaire mis en place pour la transition, avec à sa tête le ministre de la Défense Awad Ahmed Banawf. Le nouveau pouvoir promet le dialogue et un futur « gouvernement civil » et indique qu'Omar el-Béchir ne sera pas livré à la justice internationale. Après la reprise en main, les promesses. Après avoir annoncé la mise en place d'un conseil militaire de transition contesté dès ce jeudi 11 avril, l'armée semble maintenant décidée à donner quelques gages de bonne volonté au peuple soudanais, toujours très mobilisé. Ce matin, un général, présenté comme le chef du comité politique militaire, a pris la parole lors d'une conférence de presse retransmise à la télévision. L'armée promet désormais qu'un « gouvernement civil » sera mis en place, sans fixer d'échéance ni préciser sa composition exacte. On sait tout de même que le ministre de la Défense sera un membre de l'armée et que les militaires désigneront aussi le ministre de l'Intérieur. Pas de quoi convaincre les manifestants à ce stade, eux qui regardent les manœuvres de l'armée avec suspicion. Au Soudan, les militaires au pouvoir promettent un gouvernement civil aux manifestants. Des contestataires qui ont fait tomber le président Omar el-Béchir au pouvoir depuis 30 ans désormais maintenu en détention. Le conseil militaire assure qu'il ne sera pas extradé pour répondre aux accusations de génocide devant la CPI. Retour sur les dernières heures de l’ex-homme fort du Soudan. Au micro de RFI, c’est Rashid Saeed Yagoub, le porte-parole de l'Association des professionnels soudanais, le mouvement de la société civile qui a lancé la contestation en décembre dernier, qui raconte les quelques secondes où tout a basculé pour le président soudanais. « Omar el-Béchir avait constitué un comité de sécurité pour diriger les opérations des forces de sécurité et coordonner les opérations des forces de sécurité pour mettre fin à la révolution qui était en cours depuis quatre mois et qui s’est accentuée, ces derniers jours, avec le sit-in devant le QG de l’armée. » Ce comité se compose de quatre personnes proches du régime. On y retrouve bien sur Awad Ahmed Benawf, le ministre de la Défense, Abdul-Maarouf, le chef d’état-major, Salah Gosh, le chef du service de renseignement et le général Mohamed Hamdan Daglo, alias Hemetti, chef des Janjawid ou Rapid Support Forces (forces d’intervention rapide). Dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 avril, les quatre hommes se retrouvent après avoir reçu l’ordre de Béchir de disperser le sit-in par la force. « Il y avait à peu près 200 000 personnes sur la place, devant le QG de l’armée. Ils se sont réunis. Et après discussion, ils sont allés voir Bachir pour lui dire : ‘Mais c’est impossible. Si on tire, il y aura beaucoup de morts. Pas seulement par balles, mais aussi piétinés par les autres’. Ils ont ajouté : ‘On est obligés de vous destituer et de nous constituer en en conseil militaire’. Apparemment, Bachir a dit en arabe « Que Dieu vous bénisse’ », poursuit Rashid Saeed Yagoub.

Détenu à Khartoum

Dans les semaines précédentes, à deux reprises, Omar el-Béchir avait fait allusion à cette remise du pouvoir à l'armée. Un scénario qui s'est déjà produit deux fois dans l’histoire du Soudan. Le seul souci du chef de l'État est alors d'obtenir la garantie qu'il ne sera pas livré à la Cour pénale internationale. Cette garantie, il semble l'avoir eue durant cette nuit historique. Omar el-Béchir, réticent, quitte alors la réunion. Il comprend que ses heures au pouvoir sont comptées. Selon certaines informations, il serait alors parti de sa résidence vers l'aéroport, où un avion saoudien l'attendait. Mais ultime rebondissement, à la dernière minute, Riyad, qui héberge déjà l'ancien président tunisien, Ben Ali, craint le mandat de la CPI et change d'avis. Le prince héritier saoudien est dans une situation toujours inconfortable et souffre des répercussions de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi.Omar el-Béchir rebrousse chemin alors que les autorités annoncent la fermeture de l'aéroport de Khartoum. Selon nos sources, le chef de l'État se dirige vers sa ferme située à Aylafoun, à 30 kilomètres à l'est de Khartoum. Une ville où plusieurs hauts dignitaires de l'ancien régime aussi leurs résidences secondaires. « Ici, il se sentait toujours en sécurité », assure un opposant. Selon la chaîne Sky-news arabe, c’est pourtant à Aylafoun que le général Mohmad Othmane vient l’arrêter.




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,