23-04-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   ATTENTATS AU SRI LANKA : Le ‎gouvernement accuse un ‎mouvement islamiste local      EGYPTE : Deuxième jour du référendum pour prolonger la ‎présidence Sissi      TRIPOLI : L’aviation de Haftar ‎détruit des dizaines de ‎cibles des forces d’el-‎Sarraj      SOUDAN : 113 ‎millions de dollars ‎saisis chez l'ancien ‎président Omar el-‎Béchir   
 

   

 
    Monde
 
RDC
Le président Tshisekedi attendu à Lubumbashi pour évoquer l’insécurité

Le président congolais Félix Tshisekedi est attendu ce vendredi 12 avril à Lubumbashi pour son premier déplacement dans l’intérieur de la RDC depuis son investiture. Il doit notamment y présider une réunion du Conseil supérieur de défense consacrée à l’insécurité qui s’accroît depuis six mois dans la deuxième ville du pays. Ces derniers jours, plusieurs responsables de l’opposition et de la société civile ont accusé l’ex-chef de milice Gédéon Kyungu d’en être l’un des responsables, ce que son entourage dément. Malgré les appels répétés de la société civile pour qu’il retourne en prison, l’ex-chef de guerre vit dans une résidence huppée à Lubumbashi sans être inquiété. L’insécurité à Lubumbashi n’est pas nouvelle, mais elle s’est nettement aggravée depuis octobre dernier. Viols, pillages et même assassinats sont devenus « quasi quotidiens », déplore Thimothée Mbuya, président de l’ONG Justicia. Le climat de « psychose » est tel, dit-il, que des jeunes se sont constitués en groupes d’autodéfense. « Ils passent la nuit dehors et n’hésitent pas à lyncher sans distinction toute personne suspecte ».Un cercle vicieux qui inquiète. Qui est derrière ce regain de violence ? L’ONG Justicia pointe du doigtl’ex-chef de guerre Gédéon Kyungu, également accusé d’être en train de recruter de nouveaux miliciens dans trois territoires situés au nord de Lubumbashi. L’ONG plaide pour qu’il soit immédiatement remis en prison. C’est aussi ce qu’a réclamé mercredi le mouvement Ensemble de l’ex-gouverneur Moïse Katumbi, pour qui « l’insécurité observée » est l’œuvre d’éléments de Gédéon Kyungu agissant « sous les ordres de plusieurs caciques » de l’ancien régime, des « généraux » réputés proches de l’ex-président Kabila dans le but « d’empêcher le retour de Moïse Katumbi » à Lubumbashi. Thierry Mukelekele, porte-parole de Gédéon Kyungu, dément catégoriquement ces allégations et affirme que sa milice n’existe plus depuis sa reddition. Du côté des Nations unies, on dit enquêter sur ces accusations sans être en mesure pour le moment ni de les confirmer ni de les infirmer.Condamné pour crime contre l’humanité en 2010, et sous sanction des Nations unies, Gédéon Kyungu s’était évadé de prison en 2011, avant de se rendre 2016 aux autorités qui l’avaient alors accueilli avec les honneurs.




 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,