17-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   PETROLE : Une baisse brutale      L’EXPERT MOHAMED REBBAH : « Cesser l’ingérence du politique dans l’économique »      CONTINUITE DE LA GESTION DES ENTREPRISES PRIVEES : Désignation d’administrateurs      LORS D'EXPOSITIONS INTERNATIONALES : L'OMS exhorte les gouvernements à interdire la promotion du tabac   
 

   

 
    Economie
 
CONJONCTURE
Résilience

La situation économique du pays est certes difficile mais, les signaux annonciateurs de la faillite prédite par certains experts ne sont pas présents dans les indicateurs de l’Office national des statistiques. Malgré un contexte économique contraignant, au plan financier, la croissance demeure «positive», selon l’analyse de l’ONS. Les marqueurs de l’économie nationale mis en avant ressortent, à ce titre, une amélioration  du taux de croissance du produit interne brut (PIB), hors hydrocarbures, soit 3,3% en 2018, contre 2,1% en 2017. Une performance jugée «appréciable», tirée, en grande partie, par les secteurs de l'agriculture, le BTPH, y compris les services et les travaux publics pétroliers et celui de l'industrie. Aussi, la baisse sensible de la production d’hydrocarbures aura limité la croissance, en dépit d’une remarquable progression des autres secteurs. Un contexte où on relève une persistance du double déficit, budgétaire et courant qui reste important, et qui continue, par conséquent de grever les réserves officielles du pays. Un déficit qui devrait diminuer légèrement à la faveur des mesures de rééquilibrage budgétaire, a prédit, en juin, la Banque mondiale. En fait, la persistance aux niveaux actuels des prix du pétrole «pourrait rapidement fragiliser la résilience du pays, au plan macroéconomique et sur le front interne, ses revenus étant étroitement liés au cours du baril d’où l’aggravation des tensions sur la balance des paiements et, par ricochet, sur les réserves de changes.» Les prévisions de la Banque mondiale ont prévu, à ce titre, « un retour rapide de l’Algérie à l’ajustement budgétaire après la politique expansionniste prônée par l’ancien gouvernement pour doper la croissance économique dans un contexte de baisse des recettes pétrolières ». Une démarche qui suppose une option pour une réforme structurelle profonde de l’économie nationale pour reconvertir le système actuel, et le situer sur la voie de la diversification. Toutefois, la Banque mondiale prévoit à ce sujet que «tout retournement des tendances mondiales du prix des hydrocarbures compliquera la réduction prévue du double déficit». Par conséquent, le principal défi pour l’économie algérienne consiste « à renforcer sa résilience à la volatilité des prix des hydrocarbures, à la fois en atténuant l’impact de cette volatilité sur le budget et en diversifiant les sources de croissance », recommande l’institution de Breton Woods pour qui, les nouvelles tendances mondiales font «que ce défi est à relever d’urgence». 




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,