17-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   CHANSON KABYLE : Mohand Agharmiw revient avec un nouvel opus de 10 titres      EDITIONS CASBAH. LA NUIT DES ASSASSINS, DE DJILLALI KHELLAS : Quand la fiction dépasse la réalité      FESTIVAL DU RAÏ A SIDI BEL ABBES : Inauguré admirablement par Raïna Raï      OPERA BOUALEM BESSAÏH : El Dey en concert      L’EVENEMENT S’EST DEROULE A CONSTANTINE : «THE THEADOL» des talents fous en jachère   
 

   

 
    culture
 
ORAGES, DE HEDIA BENSAHLI
Une toile de la vie intime

La primo-romancière décrit “au scalpel” toutes les facettes du statut de la femme dans une société traditionnelle, sans fioritures et dans une langue recherchée mais accessible. Native de Ténès, Hedia Bensahli, titulaire d’un master en littérature (Alger) et d’un DEA en didactologie des langues et cultures (Sorbonne-Paris III), exerce le métier d’enseignante. Le roman Orages est son premier livre. La trame suit l’évolution d’une femme dont on ignore jusqu’au prénom, qui, déjà enfant, défendait son Moi face à des adultes qui voulaient lui imposer leurs normes. Ce sera le fil conducteur de sa vie : refuser les carcans, les interdits et les contraintes qui constituent un moule dans lequel la société veut couler ses modèles. Le premier combat est celui de la femme qui cherche à s’affirmer, s’émanciper, se libérer du moule social, quitte à brusquer, déranger, offusquer même. Ne jamais céder, défendre ses principes, disposer librement de son Moi, mais aussi de son corps. Un credo que l’avènement des “barbus” et de leur idéologie rend dangereux. Slalom à haut risque à travers les rets de l’univers tissé par les “cavaliers d’Allah”, au milieu d’odeurs de poudre et de sang des assassinats à la kalachnikov et au couteau durant la “décennie noire”. Traumatismes et sensation d’étouffement poussent à l’exil. L’héroïne se retrouve en France, d’abord dans une banlieue malfamée où elle découvre les mêmes pratiques pour lesquelles elle avait fui son pays : religiosité excessive, velléités coercitives des “frères” et des “sœurs”, foisonnement de foulards… Elle se hâte d’aller vivre en “France”, dans un quartier de Paris où l’attendent d’autres questions relatives à l’intégration, à l’assimilation. Éternelle balance entre l’aspiration à la modernité et l’attachement aux racines. Le roman revient sur le thème des relations affectives et des frustrations sexuelles, surtout d’une femme seule. Toutes les facettes du statut de la femme dans une société traditionnelle sont décrites “au scalpel”, sans fioritures et dans une langue recherchée mais accessible. L’obsession de défendre son Soi prend le dessus sur le “confort” qu’offrirait un statut de femme au foyer, docile, casée, dont le bonheur consisterait à s’occuper de son mari et à élever ses enfants, en s’armant de “sbar” pour transcender les écueils conjugaux.




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,