17-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SOUDAN : Abdallah Hamdok désigné Premier ministre de la transition      KAZAKHSTAN : Un militant des droits de l’homme soudainement libéré      RUSSIE : A Moscou, communistes et libéraux manifestent pour des élections honnêtes      HONGKONG : Les guerres commerciales et la crise politique signent la fin d’un âge d’or économique      CRISE ECONOMIQUE EN ARGENTINE : Macri multiplie les annonces et les gestes      ETATS UNIS : La Californie veut combattre en justice les nouvelles mesures migratoires de Donald Trump   
 

   

 
    Monde
 
SOUDAN
Laissez nos graffitis sur les murs, clament les protestataires

Les graffitis réalisés ces derniers mois par le mouvement de protestation au Soudan sont en train d'être effacés à Khartoum, a dénoncé mercredi la contestation, demandant aux militaires au pouvoir d'arrêter de détruire ce qui a, pour elle, valeur de symbole. Le Soudan a été secoué pendant plus de sept mois par un mouvement de contestation inédit qui a mené le 11 avril à la chute du président Omar el-Béchir, avant de se mobiliser contre le Conseil militaire de transition l'ayant remplacé au pouvoir. Après de longs pourparlers régulièrement interrompus par des violences, un accord de transition vers un pouvoir civil a été conclu début août et doit être signé samedi. Dans un communiqué, l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), fer de lance de la contestation, a accusé "les ennemis de la révolution" d'effacer les graffitis sur les murs de la capitale. "Nous voyons cela comme (...) une tentative pathétique de supprimer la beauté (...) et l'esprit de la révolution", a-t-elle ajouté. "Nous demandons au Conseil militaire d'arrêter immédiatement d'effacer (les graffitis sur) les murs et à tous les révolutionnaires de continuer à dessiner et exercer leur droit (à la libre) expression", a ajouté l'ALC. Ces derniers jours, des dessins et slogans qui étaient apparus sur les murs de la capitale au cours du mouvement de contestation ont été recouverts par de la peinture. Ces graffitis, de même que des chansons, étaient devenus des symboles du mouvement de contestation animé par de très nombreux jeunes militants, plutôt que par l'opposition politique traditionnelle. Nombre de ces graffitis recouvraient les murs aux alentours du QG de l'armée, devant lequel a eu lieu pendant des semaines un sit-in réclamant le transfert du pouvoir aux civils. "C'est une mesure absurde qui montre l'incapacité des ennemis de la révolution à reconnaître ses racines et ses réalisations dans le coeur du peuple", a ajouté l'Alliance dans son communiqué. Plus de 250 personnes ont été tuées dans le cadre de la répression du mouvement de contestation, selon des médecins proches des protestataires.




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,