17-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SOUDAN : Abdallah Hamdok désigné Premier ministre de la transition      KAZAKHSTAN : Un militant des droits de l’homme soudainement libéré      RUSSIE : A Moscou, communistes et libéraux manifestent pour des élections honnêtes      HONGKONG : Les guerres commerciales et la crise politique signent la fin d’un âge d’or économique      CRISE ECONOMIQUE EN ARGENTINE : Macri multiplie les annonces et les gestes      ETATS UNIS : La Californie veut combattre en justice les nouvelles mesures migratoires de Donald Trump   
 

   

 
    Monde
 
IRAN
L'ancien maire de Téhéran échappe à la peine capitale pour le meurtre de sa femme

L'ancien maire de Téhéran, Mohammad Ali Najafi, condamné à mort pour le meurtre de sa femme, devrait finalement échapper à la peine capitale après une démarche en ce sens de sa belle-famille, selon un post publié mercredi par le frère de la défunte. M. Najafi, 67 ans, a été condamné à mort le 30 juillet pour avoir tué par balles sa seconde épouse, Mitra Ostad, de plus de trente ans sa cadette, à Téhéran le 28 mai. En Iran, les familles peuvent demander la peine de mort comme "rétribution" pour un meurtre commis contre un des leurs, en vertu du "qesas" (la "loi du talion"), ce qu'avaient fait les proches de Mitra Ostad. Mais, mercredi, le frère de la défunte, Masood Ostad, a indiqué dans une publication sur Instagram que la famille avait décidé d'accorder son pardon à M. Najafi. L'agence officielle Irna a précisé que l'avocat de la famille, Mahmoud Hajiloui, avait confirmé cette décision. Dans sa publication sur le réseau social, le frère de Mitra Ostad cite un verset du Coran: "Dieu aime ceux qui font le bien". "Mon père, ma mère et Mahyar (le fils de Mitra Ostad) pardonnons à M. Mohammad Ali Najafi" après une médiation qui a impliqué d'autres personnes, a-t-il écrit. "Nous sommes heureux d'avoir conclu un accord sans (avoir à verser) le sang de cette honorable personne", a-t-il ajouté, précisant espérer que M. Najafi "s'engage à se laver (de ses péchés)". L'ancien maire de Téhéran est toujours incarcéré puisqu'il a aussi été condamné à deux ans de prison pour possession illégale d'arme à feu. Il n'était pas clair dans l'immédiat si sa condamnation à mort serait commuée en peine de prison. Brillant mathématicien et professeur d'université, M. Najafi, a été conseiller économique du président Hassan Rohani et ministre de l'Education. Il a été élu maire de Téhéran en août 2017, mais a démissionné en avril 2018 après avoir été critiqué par les conservateurs pour avoir assisté à un spectacle de danse d'écolières. Certains ultraconservateurs ont jugé que ce procès démontrait la "faillite morale" des réformateurs, ces derniers accusant pour leur part la télévision publique dominée par les conservateurs d'avoir couvert l'affaire de façon biaisée à des fins politiques.




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,