22-09-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

   

 
    culture
 
CINEMA
Papicha retourne au bled

Paraphrasant un bon vieux slogan publicitaire, on peut dire «elle est née chez nous, on peut lui faire confiance». Les cinéphiles algériens auront bientôt l'occasion de voir Papicha en salles. Le film de Mounia Meddour sortira en salles à Alger à partir du 22 septembre 2019, indique un communiqué du Centre algérien de développement du cinéma. C'est auréolée de prix que Papicha viendra à Alger. Lyna Khoudri, ainsi, a reçu le Valois de la meilleure actrice à la 12e édition du Festival du film francophone d'Angoulême en France où Mounia Meddour a également remporté le Valois du meilleur scénario. Au cours du même festival, le film Papicha avait eu le Valois du public et a été sélectionné à la section «Un certain regard» de la 72e édition du Festival de Cannes. Le film expose le quotidien de jeunes femmes en Algérie dans les années 1990, à travers Nedjma, une étudiante habitant une cité universitaire qui rêve de devenir styliste et se bat pour sa liberté, en pleine «décennie noire» du terrorisme. La nuit tombée, elle «s'évade» de la cité universitaire avec ses amies pour rejoindre une boîte de nuit où elle vend ses créations aux «papichette» (pluriel de papicha), les jeunes et jolies filles fréquentant les lieux. La situation du pays se dégrade considérablement. Mais refusant la fatalité, Nedjma décide d'organiser un défilé de mode bravant ainsi tous les interdits. «Papicha est un film inspiré de mon vécu en Algérie dans les années 1990. À l'époque, j'étais étudiante en journalisme et j'habitais dans une cité universitaire, très proche de celle du film. Cette cité était une sorte de microcosme de la société algérienne avec ses obstacles, ses désillusions et paradoxalement, sa douceur de vivre. Je porte ce sujet en moi depuis longtemps mais j'avais besoin de recul et peut-être même de faire le deuil de cette période avant de pouvoir m'y consacrer entièrement. Une fois que je me suis lancée, l'écriture du film a été instinctive. J'ai bâti le scénario autour du personnage de Nedjma. J'avais envie de raconter l'histoire de cette jeune femme qui, à travers sa résistance, nous embarque dans un grand voyage semé d'embûches tout en nous faisant découvrir plusieurs facettes de la société algérienne», a expliqué Mounia Meddour, en mai dernier. Née en 1978 à Moscou en Russie, Mounia Meddour est la fille de Azzedine Meddour, le réalisateur de La Montagne de Baya (1997), un des premiers films algériens en langue tamazight.




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,