22-09-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

   

 
    Economie
 
FILIERE LAITIERE
Nécessité d’une meilleure réorganisation

Classée parmi les plus grands importateurs de poudre de lait dans le monde, un produit auquel sont consacrés plus de 600 millions de dollars/an, l’Algérie cherche toujours des solutions pour se libérer progressivement de la dépendance en la matière, et atteindre une meilleure organisation de la filière lait. En effet, plusieurs actions sont menées. Deux conventions ont été signées, mardi dernier à Alger, entre le Groupe algérien de transport maritime (Gatma), d’une part, et l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL) et l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), d’autre part, pour promouvoir l’utilisation de la flotte maritime nationale et limiter ainsi le recours aux moyens de transport étrangers en vue de réduire les dépenses en devises pour l’importation de blé et de la poudre de lait. S’ajoute l'installation du Conseil national interprofessionnel de la filière cameline qui, selon le ministre de l’Agriculture, ouvrira des perspectives prometteuses aux éleveurs et permettra à l'activité de contribuer au développement de l'économie nationale.  Une  filière à laquelle l'Etat accorde un grand intérêt après sa formalisation en tant que filière nationale, et ce, avec un travail en partenariat avec les éleveurs et les différents acteurs pour le développement de ce domaine. Selon le ministre, il a été élaboré un plan de travail spécial pour le développement de cette filière lors de la réunion du gouvernement du 10 mai dernier qui s'est soldée par plusieurs rencontres entre les éleveurs des camelins et les responsables du secteur, outre plusieurs visites sur le terrain ayant permis la mise en place d'une feuille de route pour le développement de l'activité, dont la base, l'organisation et la structure des professionnels. Rappelons également que cinq fournisseurs polonais et trois autres hollandais ont dominé la course, lancée par  l’Onil, pour l’achat de la matières premières pour la production des produits laitiers. Un seul fournisseur français, parmi les partenaires traditionnels,  a été retenu dans la short-list en même temps qu’un autre concurrent allemand.  L’Onil renouvelle périodiquement la short-list de ces partenaires qui lui fournissent la matière première pour la production du lait et de ses dérivés. Notre pays, faut-il le souligner, produit annuellement quelque 3,5 milliards de litres de lait, pour un marché estimé à environ 4,5 milliards de litres, soit un déficit de 1 milliard de litres comblé par les importations. La poudre de lait importée par l’Onil, qui atteint actuellement plus de 400.000 tonnes/an, est subventionnée, faut-il le préciser, par l’État dans le but de combler le déficit enregistré par la production locale et elle est destinée principalement aux laiteries pour la production du lait en sachet.




 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,