17-08-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   PETROLE : Une baisse brutale      L’EXPERT MOHAMED REBBAH : « Cesser l’ingérence du politique dans l’économique »      CONTINUITE DE LA GESTION DES ENTREPRISES PRIVEES : Désignation d’administrateurs      LORS D'EXPOSITIONS INTERNATIONALES : L'OMS exhorte les gouvernements à interdire la promotion du tabac      SOUDAN : Abdallah Hamdok désigné Premier ministre de la transition      KAZAKHSTAN : Un militant des droits de l’homme soudainement libéré      RUSSIE : A Moscou, communistes et libéraux manifestent pour des élections honnêtes      HONGKONG : Les guerres commerciales et la crise politique signent la fin d’un âge d’or économique      CRISE ECONOMIQUE EN ARGENTINE : Macri multiplie les annonces et les gestes      ETATS UNIS : La Californie veut combattre en justice les nouvelles mesures migratoires de Donald Trump      LIGUE 1 (1RE JOURNEE) : L’USM Alger dans la douleur, une première historique pour Magra      NAHD 0 - JSK 0 : Solide équipe nahdiste      MOBILIS : Le géant n’est plus le sponsor officiel de certaines équipes      JSMB : Afin de les amener à suspendre leur grève      CHANSON KABYLE : Mohand Agharmiw revient avec un nouvel opus de 10 titres      EDITIONS CASBAH. LA NUIT DES ASSASSINS, DE DJILLALI KHELLAS : Quand la fiction dépasse la réalité      FESTIVAL DU RAÏ A SIDI BEL ABBES : Inauguré admirablement par Raïna Raï      OPERA BOUALEM BESSAÏH : El Dey en concert      L’EVENEMENT S’EST DEROULE A CONSTANTINE : «THE THEADOL» des talents fous en jachère      CONFERENCE NATIONALE DE DIALOGUE : Les candidats à la Présidentielle devraient s’engager à appliquer les recommandations      DJANET, BORDJ BADJI MOKHTAR ET IN GUEZZAM : Arrestation de 28 orpailleurs et un contrebandier      AFFAIRE HAMEL : Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir      ZAGHMATI A PROPOS DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les objectifs ne seront atteints qu'après la récupération des fonds détournés      PELERINAGE A LA MECQUE : Hausse du nombre de décès parmi les hadjis algériens à 18 personnes      : Huawei Algérie dément avoir aidé Bouteflika à espionner les opposants      29 CANDIDATS A L’EMIGRATION CLANDESTINE INTERCEPTES EN MER : Deux opérations distinctes au Nord-ouest de Cap Falcon      SCANDALES SUCCESSIVES ET ARRESTATION A ORAN : Le frère d’Abdelghani Hamel arrêté      LA CONTREBANDE BAT SON PLEIN A ORAN : 159 cartouches de cigarettes et 48 cachets de tabac à chiquer saisie à l’aéroport d’Oran      LA RENTREE SOCIALE RISQUE D’ETRE HOULEUSE : Qu’en sera-t-il pour le secteur de l’éducation   
 

   

 
    La Une
 
29 CANDIDATS A L’EMIGRATION CLANDESTINE INTERCEPTES EN MER
Deux opérations distinctes au Nord-ouest de Cap Falcon





Vingt neuf (29) candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés samedi dans deux opérations distinctes au Nord-ouest de Cap Falcon (Aïn El Turck) et au nord du port d’Oran par les unités du groupement territorial des gardes-côtes d’Oran, a-t-on appris auprès de ce corps de sécurité. La première opération concerne 12 candidats à l’émigration clandestine, tous Algériens dont un handicapé moteur, qui étaient à bord d’un semi rigide avec moteur. Ils ont été interceptés à 11 miles au Nord-ouest de Cap Falcon (Aïn El Turck), a précisé la même source. La deuxième opération a touché 17 candidats à l’émigration clandestine, parmi eux deux (2) Algériens et 15 ressortissants marocains, qui étaient à bord d’une embarcation en polyester. Ils ont été interceptés à 4 miles au nord du port d’Oran par les gardes-côtes, en patrouille en mer. Ces harragas ont été tous présentés à la Gendarmerie nationale après les formalités d’usage, a relevé la même source. Loin d’être exhaustifs, faute de statistiques officielles, ces chiffres illustrent le regain du phénomène des «harragas», éclipsé depuis quelques temps par la polémique autour de l’arrivée en Algérie de plusieurs milliers de migrants subsahariens. Apparu au milieu des années 2000, le phénomène attire essentiellement des jeunes sans emploi et sans perspectives, incapables d’obtenir un visa, qui tentent de traverser la Méditerranée, par temps cléments, comme ces jours-ci, à bord d’embarcation souvent artisanales dans l’espoir de rejoindre l’Europe. Mais parfois, l’aventure finit tragiquement en mer. Et ces dernières années, même les femmes se mettent de la partie. En dépit de l’existence, depuis 2009, d’une loi incriminant le phénomène, -les candidats à l’émigration clandestine, interceptés, sont souvent condamnés à des amendes ou à des peines de prison- les tentatives de la «harraga» n’ont jamais cessé.

R.H






CONFERENCE NATIONALE DE DIALOGUE
Les candidats à la Présidentielle devraient s’engager à appliquer les recommandations





Le Coordinateur général de l'Instance de dialogue et de médiation, Karim Younes, a affirmé samedi à Alger la détermination de son Instance à élaborer une charte d'honneur, engageant les candidats aux prochaines élections à appliquer les recommandations de la Conférence nationale de dialogue. Lors de la cérémonie d'installation du Conseil consultatif de l'Instance de dialogue et de médiation, composé de sages, d'experts, d'universitaires et d'acteurs du Hirak populaire, M. Younes a mis en avant "la détermination de son Instance à élaborer une charte d'honneur, en vertu de laquelle les candidats à la prochaine échéance électorale s'engagent à respecter et à appliquer les recommandations de la Conférence nationale de dialogue et de médiation". Karim Younes a affirmé que le Conseil consultatif constitue "une force de proposition pour l'Instance, par le biais de la concertation et l'échange d'opinions", soulignant que le Conseil est composé "d'élites nationales, en l'occurrence des universitaires, des intellectuels, des professionnels, et des acteurs de la société civile, ainsi que d'anciens cadres qui continuent à servir le pays avec abnégation et loyauté". L'adhésion de ces personnalités à l'Instance nationale de dialogue et de médiation "a été dictée par leur conviction de l'importance de répondre à l'appel du pays pour la recherche d'une voie consensuelle, à même de faire sortir l'Algérie de la crise politique actuelle, et partant garantir une élection transparente et régulière, à la faveur d'un mécanisme indépendant qui se verra confier la mission de préparation, d'organisation et de surveillance de l'élection, et d'annonce des résultats". Cette voie, a-t-il poursuivi, "doit tenir compte des revendications du Hirak populaire, appelant à un changement radical du régime politique, à travers un dialogue constructif, comme valeur constitutionnelle et mécanisme efficient pour réaliser les nobles objectifs escomptés". Karim Younes a rappelé, dans ce sens, le parcours franchi par l'Instance qui depuis son installation veille à défendre "tout ce qui se rapporte aux mesures d'apaisement, condition sine qua non pour la réalisation des objectifs du dialogue", notant que l'Instance a pour mission "d'écouter les différents acteurs de la scène politique nationale pour la sortie de crise, en sus de conférer un caractère légal aux structures et institutions de l'Etat et de gérer les affaires publiques, conformément aux exigences de la démocratie participative". "L'Instance ne détient aucune plateforme préétablie mais elle repose essentiellement sur les différentes plateformes proposées par acteurs de la société civile, les partis politiques et les personnalités nationales outre les résultats de médiation et de dialogue". "Elle s'attèlera à examiner toutes les propositions et les recommandations à l'effet de les concrétiser", a affirmé M. Younes.  "L'Instance qui n'a pas de représentants à l'étranger est ouverte à toute initiative à même de répondre aux revendications de la communauté algérienne à l'étranger," a souligné M. Younes. Des étudiants universitaires dont la majorité du mouvement de jeunesse "RAJ" ont protesté devant le Centre culturel Larbi Ben M'hidi lors de l'installation du Conseil consultatif pour exprimer leur refus d'être représenté par les organisations estudiantines. "Seul le peuple a le droit d'établir un Etat algérien conformément aux aspirations du Hirak", ont il affirmé. Ils ont également exprimé leur "soutien à l'Armée nationale populaire". Les membres de l'Instance ont invité ces étudiants à l'intérieur de la salle de réunion pour écouter leurs préoccupations. Dans ce cadre, M. Younes a rappelé que "l'Instance avait demandé, dès sa création, la concrétisation de mesures d'apaisement ainsi que le départ de l'actuel gouvernement".






DJANET, BORDJ BADJI MOKHTAR ET IN GUEZZAM
Arrestation de 28 orpailleurs et un contrebandier





Des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP) ont arrêté, vendredi à Djanet, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam, 28 orpailleurs et un contrebandier et ont saisi trois véhicules tout-terrain, deux motos et plusieurs autres objets, indique samedi un communiqué du ministère de la Défense nationale. "Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, des détachements de l’Armée nationale populaire ont arrêté, le 16 août 2019 à Djanet/4eRM, Bordj Badji Mokhtar et In Guezzam/6eRM, 28 orpailleurs et saisi trois (03) véhicules tout-terrain, deux (02) motos, huit (08) détonateurs, 14 mètres de cordon détonateur, 31 groupes électrogènes et 32 marteaux piqueurs, tandis qu’un autre détachement a appréhendé, à Biskra/4eRM, un contrebandier en possession de 1750 unités de tabac", note la même source. Par ailleurs, des éléments de la Gendarmerie nationale "ont intercepté, à Oum El Bouaghi/5eRM, trois (03) individus en leur possession quatre (04) fusils de chasse, 2720 balles et d’autres objets, alors que 13 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été appréhendés à Tlemcen et Tiaret/2eRM", ajoute le communiqué.






AFFAIRE HAMEL
Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir





 L'ancien wali d'Oran, Abdelmalek Boudiaf a été placé sous contrôle judiciaire, tandis que l'ancien wali de Tlemcen, Bensebane Zoubir a été mis en liberté dans l'affaire de l'ancien Directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, a indiqué jeudi un communiqué du procureur général près la Cour suprême. Dans le cadre de l'enquête ouverte au niveau de la Cour suprême, le conseiller instructeur a auditionné, mercredi, Abdelmalek Boudiaf, ancien wali d'Oran et Bensebane Zoubir, ancien wali de Tlemcen dans l'affaire Abdelghani Hamel, précise le communiqué. Les deux anciens walis sont poursuivis pour "dilapidation délibérée par un fonctionnaire public et utilisation illicite en sa faveur ou en faveur d'une tierce personne ou entité de biens et fonds publics dans le cadre de l'exercice de ses fonctions" et "abus de fonction délibéré par un fonctionnaire public dans le cadre de l'exercice de ses fonctions en violation des dispositions légales et règlementaires pour l'obtention d'indus avantages en faveur d'une personne ou d'une autre entité". Suite à quoi, le Conseiller instructeur a ordonné le placement du premier prévenu sous contrôle judiciaire avec retrait de ses deux passeports (ordinaire et diplomatique) et obligation de se présenter une fois par mois devant le Conseiller instructeur. Le deuxième prévenu a été remis en liberté. Le parquet général a fait appel de la première ordonnance devant la chambre d'accusation dans les délais légaux, ajoute la même source. L'ancien Directeur général de la Sûreté nationale et des membres de sa famille sont poursuivis dans des affaires liées au détournement de foncier et enrichissement illicite, dans lesquelles des anciens walis et plusieurs promoteurs immobiliers sont également poursuivis.

 






ZAGHMATI A PROPOS DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION
Les objectifs ne seront atteints qu'après la récupération des fonds détournés





Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati, a indiqué jeudi que la lutte contre la corruption n'atteindra ses objectifs qu'après la récupération des avoirs criminels que représentent les fonds détournés et qui constituent une pierre angulaire aux niveaux national et international. Dans une allocution lors de l'installation de Sid Ahmed Merrad en qualité de Procureur général près la Cour d'Alger, M. Zeghmati a précisé que la lutte contre la corruption "n'atteindra ses objectifs qu'après la récupération des avoirs criminels que représentent les fonds détournés et qui constituent, à l'heure actuelle, une pierre angulaire aux niveaux national et international, les expériences d'autres Etats en la matière ayant montré que rien ne contribue aussi efficacement à la lutte contre ce type de crime que la poursuite de ses auteurs pour la récupération des fonds détournés". Précisant qu'il s'agit de gains illicites, le ministre de la Justice a souligné la nécessité d'approfondir les enquêtes préliminaires pour identifier les auteurs de ces crimes de corruption et déterminer et localiser les montants détournés afin de les saisir ou de les geler jusqu'à ce que les auteurs soient présentés devant les juridictions compétentes qui trancheront conformément à la loi. A cet égard, M. Zeghmati a fait savoir que l'Algérie "dispose des mécanismes juridiques nécessaires pour récupérer les fonds détournés vers l'étranger", affirmant que la Justice est aujourd'hui déterminée à lutter contre la corruption par l'application rigoureuse de la loi "en toute transparence, indépendance et neutralité et dans le strict respect des règles d'un procès équitable", et ce, tout au long de l'action publique sans que personne ne soit lésé et tout en respectant la présomption d'innocence et les droits de la défense dans le cadre du principe d'égalité garanti par la Constitution. "Notre pays traverse une période sans précédent au cours de laquelle le peuple algérien a fait montre d'une maturité qui a impressionné le monde entier et une prise de conscience quant aux dangers de la corruption et à la nécessité de lutter contre ce fléau et d'en poursuivre les auteurs, ce qui a amené la magistrature à être à l'avant-garde et à se hisser, dans l'accomplissement des ses missions constitutionnelles, au niveau des revendications légitimes du peuple et de ses aspirations à une vie décente et un meilleur lendemain", a ajouté M. Zeghmati. Le Garde des sceaux a, par ailleurs, souligné que l'institution judiciaire "s'acquitte de ses missions constitutionnelles dans le respect des lois de la République en tant que garante des libertés et droits fondamentaux de tout un chacun sans aucune exclusive ni considération conjoncturelle ou personnelle, car notre magistrature nationale n'a d'autre objectif, dans l'Etat de droit, que de consacrer la justice et le droit". Pour le ministre, la lutte contre ce dangereux fléau "n'est pas la mission de la magistrature à elle seule mais l'affaire de tous". Soulignant que la corruption était un crime international avec des ramifications dans de nombreux Etats, M. Zeghmati a rappelé que l'Organisation des Nations Unies avait adopté en 2003 un instrument intitulé "Convention des Nations Unies contre la corruption" pour venir en aide aux Etats qui ont du mal à lutter seuls contre ce fléaux et renforcer les domaines de coopérations avec les autres Etats. Le ministre a, par ailleurs, affirmé que les préjudices causés par la corruption aux systèmes économique et financier et au développement "sont des facteurs qui nécessitent la conjugaison des efforts de toutes les institutions de l'Etat pour prévenir et endiguer ce phénomène".






PELERINAGE A LA MECQUE
Hausse du nombre de décès parmi les hadjis algériens à 18 personnes





Le nombre de décès parmi les hadjis algériens est passé, samedi à 18 personnes, selon un bilan provisoire, a indiqué à l'APS le chef de la délégation consulaire Abdelkader Hadjazi. Il s'agit du hadji Touaibia Mohamed Tayeb, né en 1953 à la commune de Djilali Benomar wilaya de Tiaret, a précisé l'ambassadeur Abdelkader Hadjazi. Pour sa part, le chef de la mission médicale Dr. Dahmane Mahmoud a indiqué que "le défunt a rendu son dernier souffle dans un hôpital saoudien suite à un arrêt cardiaque". Par ailleurs, le même responsable a indiqué que "son staff médical a effectué, depuis le début de la saison de hadj, le diagnostic et l'examen de plus de 23.000 hadjis.






Huawei Algérie dément avoir aidé Bouteflika à espionner les opposants





Dans un communiqué de presse, Huawei Algérie a réagi à un article de « Wall Street Journal », que certaines médias algériens ont repris, en indiquant que les employés de Huawei avaient utilisé les solutions de la Safe city « la ville sécurisées » et les solutions des autres sociétés pour aider le gouvernement algérien à espionner ses opposants politiques. Dans le communiqué, Huawei dénonce « toutes ces accusations non fondées et incertaines du Wall Street Journal contre ses activités commerciales en Algérie, en Ouganda et en Zambie » « Le code de conduite professionnelle de Huawei interdit à tout employé d’entreprendre des activités qui compromettraient les données ou la confidentialité de nos clients ou des utilisateurs finaux, ou qui enfreindraient les lois en vigueur », ajoute le communiqué du géant chinois de la technologie. « Huawei est fier de respecter les lois et les réglementations locales à travers tous les marchés où il opère et défendra sa réputation avec vigueur face à de telles allégations sans fondement », conclut le communiqué.






 


 

   Le MDN se réserve le droit d'appliquer les mesures légales appropriées

   Ce que risquent les militaires à la retraite qui s’expriment publiquement

   Le FLN remporte la majorité des sièges

   Dispositif spécial pour assurer la sécurité lors des Festivités du nouvel an

   Élimination de 32 terroristes, arrestation de 25 et reddition de 132 autres

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,