28-07-2017
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   ACCUEIL DES REFUGIES AU SEIN DE L'UE : La CE se félicite des niveaux record atteints en juin      AL QODS OCCUPE : L’ONU appelle Israël à respecter le statut quo de 1967      LE FRONT POLISARIO EN ESPAGNE : La déléguée demande la libération les prisonniers de Gdeim Izik      CRISE DU GOLFE : La nouvelle liste de Ryadh est une surprise décevante      RENCONTRE SARRAJ-HAFTAR : Des instances politiques libyennes saluent les résultats de la réunion   
 

   

 
    Monde
 
ACCUEIL DES REFUGIES AU SEIN DE L'UE
La CE se félicite des niveaux record atteints en juin

La Commission européenne s'est félicitée mercredi des "niveaux records" de relocalisation de demandeurs d'asile au sein de l'UE, atteints au mois de juin, exhortant toutefois les Etats membres de l'Union à fournir des "efforts supplémentaires" pour accélérer les transferts au départ de l'Italie, confrontée à un afflux massif de  migrants. Selon l'exécutif européen, les relocalisations ont "atteint des niveaux record au mois de juin" avec plus de 2.000 personnes relocalisées au départ de la Grèce et près de 1.000 au départ de l'Italie. "Nous commençons, enfin, à voir de vrais signes de solidarité", s'est félicité le commissaire européen chargé de la migration, Dimitris Avramopoulos, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, soulignant que presque tous les Etats membres font des offres de places et effectuent des transferts régulièrement. Soutenant qu'il était "tout à fait réalisable" de relocaliser l'ensemble des personnes admissibles avant le mois de septembre, le commissaire Avramopoulos a jugé, cependant, "nécessaire" de fournir des efforts supplémentaires afin d'accélérer les transferts au départ de l'Italie, eu égard notamment à la situation actuelle en Méditerranée centrale. "L'Italie, en particulier, subit une énorme pression, aussi j'appelle tous les Etats membres à intensifier encore leurs efforts en matière de relocalisation au départ de ce pays. L'UE ne laissera pas les pays ayant une frontière extérieure seuls face à cette situation", a-t-il ajouté. Des données publiées par la Commission européenne montrent que le rythme des relocalisations a continué à progresser au cours des derniers mois, les transferts étant supérieurs à 1.000 chaque mois depuis novembre 2016 et un  nouveau record a été enregistré au mois de juin 2017 avec plus de 3.000 transferts. Au total, ce sont 24.676 personnes qui ont été relocalisées au 24 juillet dont 16. 803 au départ de la Grèce et 7.873 au départ de l'Italie. Le commissaire européen chargé de la migration a fait savoir, dans ce contexte, que plusieurs Etats membres sont en passe d'avoir satisfait à leurs obligations en matière de relocalisation, citant, à ce titre, Malte, la Lettonie ainsi que la Norvège, qui ont tous trois relocalisé le nombre total de personnes qui leur avait été attribué pour la Grèce, tandis que la Suède, qui n'a entamé les relocalisations qu'au mois de juin, a effectué près de 60 % des relocalisations qui lui incombaient. Il s'est félicité également de l'augmentation annoncée des offres mensuelles de places par l'Espagne et de l'accélération annoncée du rythme des transferts par l'Allemagne. Toutefois, la Commission européenne a décidé de lancer la deuxième étape des procédures d'infraction contre la République tchèque, la Hongrie et la Pologne qui rechignent à accueillir des réfugiés conformément au plan de  répartition de 160.000 demandeurs d'asile depuis l'Italie et la Grèce, mis en place par l'exécutif européen et adopté en septembre 2015. Le Commissaire Avramopoulos a indiqué, à ce propos, que la Commission a envoyé des lettres de mise en demeure à ces trois pays, soulignant que les réponses fournies par ces derniers après le lancement de la première étape de la procédure d'infraction "n'ont pas été jugées satisfaisantes", étant donné qu'aucune n'indiquait que l'Etat membre concerné allait commencer à effectuer des relocalisations rapidement vers son territoire. La Commission européen a relevé, par ailleurs, des "avancées globales" en matière de réinstallation, précisant que près de trois quarts (17.179) des 22. 504 réinstallations décidées en juillet 2015 ayant déjà été menées à bien. Les réinstallations au titre de la déclaration UE-Turquie "augmentent de manière continue", selon l'exécutif européen qui précise que le nombre total de réinstallations effectuées en application de la déclaration s'élève désormais à 7.806. La Commission européenne a indiqué, dans ce contexte, qu'il a lancé "un nouvel exercice d'offres de places" en vue de la réinstallation des personnes les plus vulnérables au départ de la Libye, de l'Egypte, du Niger, de l'Ethiopie et du Soudan tout en poursuivant les réinstallations depuis la Turquie. Le Commissaire Avramopoulos a annoncé, par ailleurs, la reprise des négociations avec la Tunisie dès l'automne en vue de conclure un accord de réadmission.






AL QODS OCCUPE
L’ONU appelle Israël à respecter le statut quo de 1967

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé mardi Israël à respecter le statut quo des lieux saints d'Al Qods occupé pour éviter que le conflit ne  se transforme en " guerre de religion ". "Il est vital de maintenir le statu quo concernant les lieux saint d’Al Qods-Est, établie depuis 1967 pour éviter les risques d'escalade du conflit en guerre de religion", a déclaré Mladenov lors d’un débat au Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient. L’émissaire onusien est revenu sur les évènements survenus ces derniers jours à Al Qods occupé en expliquant que le gouvernement israélien a procédé à la fermeture de l'esplanade des Mosquées aux musulmans, y compris pendant la prière du vendredi, ce qui ne s'était pas produit depuis 1969. Le gouvernement israélien a rouvert le site deux jours plus tard, a-t-il poursuivi, après avoir installé des détecteurs de métaux, sous forme de portiques, à l'entrée. Des manifestations pacifiques de Musulmans pour protester contre cette décision ont eu lieu pendant plusieurs jours, à la suite de quoi le gouvernement israélien a décidé de fermer l'esplanade des Mosquées aux hommes musulmans de moins de 50 ans, a précisé Mladenov dans son compte rendu au Conseil de sécurité. Cette décision a poussé le Président palestinien, Mahmoud Abbas, à rompre le 21 juillet tout lien avec Israël jusqu'à nouvel ordre, y compris la coordination en matière de sécurité. Mladenov a exhorté le Conseil de sécurité et la communauté internationale à déployer plus d’efforts pour relancer la solution à deux Etats. La situation fragile à " Qods-Est occupé s'est enflammée parce qu'Israël, puissance occupante, poursuit son agenda destructif " contre le peuple palestinien et  nos sites sacrés ", a déclaré Riyad Mansour, le représentant permanent de la Palestine auprès de l’ONU. L’ambassadeur Riyad Mansour a dénoncé " les comportements agressifs et violations provocantes du statu quo historique " à Al Qods-Est, qui exacerbent les sensibilités religieuses". "Nous n'accepterons jamais ces restrictions", a-t-il mis en garde. L'Algérie a condamné les graves violations et dépassements des forces d'occupation israéliennes perpétrés vendredi dernier contre des Palestiniens dans la Mosquée d'al-Aqsa et ses alentours, appelant la communauté internationale à agir "immédiatement pour mettre fin à ces actes criminels". Du côté algérien, d’intenses consultations sont entreprises par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avec ses homologues arabes. Le chef de la diplomatie algérienne et son homologue jordanien, Ayman Safadi, ont convenu samedi de "déployer, en concertation avec les pays arabes et musulmans, ainsi qu'avec les organisations internationales et l'ensemble de la communauté internationale, les efforts nécessaires pour garantir la protection des lieux saints et du peuple palestinien et faire pression sur l'occupant pour l'amener à mettre fin à l'escalade et aux provocations.






LE FRONT POLISARIO EN ESPAGNE
La déléguée demande la libération les prisonniers de Gdeim Izik

La déléguée du Front Polisario en Espagne, Khira Bulahi, a demandé au gouvernement de Mariano Rajo d’intervenir auprès du Maroc pour libérer les prisonniers sahraouis du camp de Gdeim izik condamnés récemment à de lourdes peines. La déléguée sahraouie, a dans un communiqué de presse, indiqué que les "lourdes peines infligées aux prisonniers sahraouis de Gdeim Izik par le tribunal marocain civil est une répétition des condamnations prononcées par le tribunal militaire avant de souligner que ces condamnations ont été prononcées sur la base d’aveux obtenus sous la torture, de faux témoignages et des irrégularités sans fin qui ont entaché le procès comme l’ont dénoncé de nombreux observateurs internationaux". "Ces militants des droits de l'homme des Sahraouis, la plupart condamnés à des peines allant de 20 ans à perpétuité", a-t-elle ajouté sont des "victimes de la répression de l’état marocain parce qu’ils réclamaient des améliorations sociales et économiques pour le peuple sahraoui, vivant sous l’occupation marocaine depuis que l’Espagne a abandonné le Sahara en 1975 sans parachever le processus de décolonisation". "Ces militants sahraouis ont passé près de sept ans dans les prisons marocaines accusés à tort et l’Espagne en tant que puissance administrante ainsi que l’ONU outre les institutions internationales doivent agir pour libérer ces prisonniers", a-t-elle précisé. Pour ce faire, a-t-elle poursuivi, "je demande au premier ministre, Mariano Rajoy la médiation auprès du roi du Maroc pour les gracier comme l’ont demandé les partis politiques espagnols, les organisations et même des parlementaires marocains du parti de la justice et le développement". "L’Espagne, a-t-elle rappelé, a une grande responsabilité et une obligation morale vis à vis du peuple sahraoui qui souffre depuis 42 ans de l’occupation marocaine en espérant que les résolutions de l’ONU soient respectées". Par ailleurs, la déléguée du Front Polisario en Espagne a tenu à remercier la société espagnole, les partis politiques, les syndicats et les organisations sociales et de solidarité pour leur soutien indéfectible et leur rejet des peines prononcées l’encontre des prisonniers sahraouis.






CRISE DU GOLFE
La nouvelle liste de Ryadh est une surprise décevante

Le gouvernement qatari s'est dit "surpris" et "déçu" de la publication par Ryadh d'une nouvelle liste "fabriquée" d'individus et organisations pour liens présumés avec le "terrorisme", établie par l'Arabie Saoudite et d'autres pays arabes dans le cadre de leur "campagne de dénigrement" du Qatar. "C'est une surprise décevante de voir que les pays auteurs du blocus continuent avec cette histoire, dans le cadre de leur campagne de dénigrement du Qatar", a déclaré le chef des services de communication du gouvernement qatari, cheikh Saïf ben Ahmed Al-Thani, dans un email. "Alors que le Qatar a fait d'importantes démarches pour renforcer son engagement à combattre le terrorisme, les pays auteurs du blocus n'ont rien fait et préfèrent concentrer leurs efforts sur une campagne de propagande visant à priver le Qatar de sa souveraineté", a-t-il estimé. Cheikh Saïf a notamment rappelé que Doha avait, il y a deux semaines, annoncé un renforcement de sa législation antiterroriste, mesure que Ryadh et les trois autres pays ayant rompu les relations avec Doha ont estimé "insuffisante". Dix-huit (18) organisations et individus ont été inscrits sur une "liste noire" établie par l'Arabie saoudite et trois autres pays arabes pour liens présumés avec le terrorisme, a rapporté mardi l'agence de presse saoudienne citant un communiqué conjoint.

 L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis (EAU), Bahreïn et l'Egypte ont établi une liste noire composée de neuf organisations caritatives et médias et neuf personnes, au moment où ces pays sont en crise diplomatique annoncée avec le Qatar, accusé de "soutenir le terrorisme". Ces organisations et ces individus sont qualifiés de "terroristes", selon le communiqué. Le gouvernement qatari, qui affirme que la première liste avait été "largement rejetée par la communauté internationale", estime que "cette dernière liste en date fournit de nouvelles preuves que les pays auteurs du blocus ne sont pas investis dans le combat contre le terrorisme". "Tous les individus liés au terrorisme au Qatar ont été poursuivis", assure le gouvernement qatari qui "encourage" Ryadh et les trois autres pays arabes "à passer moins de temps à établir ces listes fabriquées et plus de temps à mettre en place des mesures pour combattre la menace du terrorisme dans leurs propres pays". Les quatre pays arabes boycottent le Qatar depuis le début de la crise diplomatique le 5 juin dernier. Ils l'accusent notamment de "soutenir le terrorisme", accusation rejetée en bloc par Doha.






RENCONTRE SARRAJ-HAFTAR
Des instances politiques libyennes saluent les résultats de la réunion

Les résultats de la rencontre mardi à Paris entre le président du Conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale libyen, Fayez Sarraj, et le maréchal Khalifa Haftar, au cours de laquelle les deux parties se sont engagées à un cessez-le-feu et à l'organisation d'élections dès que possible, ont été salués par des instances politiques libyennes qui ont insisté sur la nécessité de mettre en œuvre l'accord par l'intermédiaire d'une commission de dialogue et selon un échéancier. Le Parlement libyen a salué, par la voix de son conseiller de presse, la rencontre entre Sarraj et Haftar et l'accord auquel ils sont parvenus quant à un cessez-le-feu et à l'organisation d'élections en mars 2018, soulignant que "la mise en œuvre de l'accord doit passer par le Parlement et une commission de de dialogue". La Commission nationale libyenne des droits de l'homme a, pour sa part, salué la teneur de la déclaration conjointe publiée à l'issue de la rencontre entre Sarraj et Haftar, qualifiant ses résultats de "très positifs et importants dans le processus de règlement de la crise politique et pour la réussite de l'accord politique libyen", signé en décembre 2015. Le rapporteur de la Commission a appelé à "hâter la mise en place des mécanismes de mise en £uvre des points prévus dans la déclaration conjointe selon un échéancier en vue d'alléger les souffrances que vivent les Libyens en raison de la division politique et de l'absence de règlement politique". Le responsable s'est félicité des efforts et des démarches de l'Organisation des Nations Unies, de l'Union africaine, de l'Union européenne, de la Ligue des Etats arabes, des Etats amis et des Etats voisins en faveur de la solution politique à la crise, du rétablissement de la stabilité et de la paix, de la fin des hostilités, de la solution pacifique et politique inclusive, du respect de l'état de droit, des droits de l'homme et de l'alternance pacifique au pouvoir. Pour sa part, le parti de la Justice et de la Construction issu des Frères musulmans libyens a relevé dans un communiqué de presse que ses contacts pour rechercher une issue à la crise avec de larges franges de la société civile libyenne ont démontré que l'accord politique signé en 2015, qui a mis en avant la nécessité d'assoir des bases solides pour édifier un Etat civil, était la base de l'opération politique, relevant que tout amendement doit se faire sur la base des conclusions dudit accord et sous l'égide des Nations Unies.  







 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 

Est ce que vous soutenez l'idée
d'annuler le visa entre l'Algérie et la Turquie ?

                      
Oui Non

Résultats

Oui
                 
25 %
Non               
                 
75 %
 
 

Espace Pub

 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,