26-05-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SYRIE : Les Etats-Unis menacent le ‎régime d'une action "ferme" en cas ‎d'offensive dans le sud      LIBYE : Des migrants échappent à des ‎passeurs à Bani Walid, plaque ‎tournante des réseaux      ÉGYPTE ‎ : La répression se poursuit avec l'arrestation du journaliste Waël ‎Abbas      BURKINA FASO : Le pays noue des relations ‎diplomatiques avec la Chine   
 

   

 
    Monde
 
SYRIE
Les Etats-Unis menacent le ‎régime d'une action "ferme" en cas ‎d'offensive dans le sud

Les Etats-Unis ont averti Damas d'une action "ferme" en cas de violation du cessez-le-feu par le régime, après un largage par des avions militaires syriens sur une province du sud de tracts mettant en garde les groupes rebelles contre une offensive imminente. Plusieurs habitants de Deraa ont affirmé à l'AFP vendredi que différents tracts avaient été lancés par voie aérienne sur la province de Deraa, dans le sud-ouest, non loin du plateau du Golan dont une large partie est occupée par Israël depuis 1967 et également frontalière de la Jordanie. Contrôlée à 70% par des groupes rebelles, cette province pourrait devenir la cible d'une prochaine offensive du régime de Bachar al-Assad dans le cadre de sa reconquête du pays. Selon un journaliste collaborant avec l'AFP à Deraa, l'un des tracts arbore une photo de cadavres. "Ceci est la fin inéluctable de toute personne qui insiste à continuer de porter les armes," lit-on sur le document signé par le commandement des forces armées syriennes. Dans un communiqué publié vendredi soir, le département d'Etat américain s'est dit ‎‎"préoccupé" par ces tracts ciblant cette province pourtant située dans une "zone de désescalade", selon un accord négocié l'année dernière entre Washington, la Jordanie et la Russie. "Nous mettons également en garde le régime syrien contre toute action qui pourrait rompre le cessez-le-feu", a précisé vendredi la porte-parole du Département d'Etat Heather Nauert, soulignant que ce cessez-le-feu a été réaffirmé par le président américain Donald Trump et le chef d'Etat russe Vladimir Poutine lors d'une rencontre en novembre. "En tant que garants de cette zone de désescalade avec la Russie et la Jordanie, les Etats-Unis prendront des mesures fermes et appropriées en réponse aux violations de Bachar al-Assad", a t-elle ajouté. Le régime syrien et ses alliés ont repris lundi la zone de Yarmouk, au sud de Damas, redonnant au régime le contrôle de la capitale et de ses environs pour la première fois depuis ‎‎2012. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a également fait état vendredi de l'envoi de renforts militaires à Deraa au cours des derniers jours.

** Cinq secouristes abattus par un commando près d’Alep

Cinq secouristes syriens appartenant à l’organisation des Casques blancs syriens ont été tués samedi à Alep, lors de l’attaque menée d’un de leurs centres par des hommes non-identifiés. L’attaque n’a pas été revendiquée et on en ignore pour l’instant les motivations. « Un horrible massacre a eu lieu à l’aube, quand un groupe armé inconnu a attaqué un centre de la Défense civile dans le village de Tal Hadya dans le sud de la province d’Alep, […] tuant cinq Casques blancs et en blessant deux », a indiqué l’organisation dans un message posté sur Twitter. Selon le directeur du centre attaqué, Ahmad al-Hamiche, deux Casques blancs ont réussi à prendre la fuite. Les assaillants étaient « masqués et se sont enfuis après avoir volé du matériel et des générateurs électriques », a-t-il indiqué. L’Observatoire syrien des droits de l’Homme a confirmé le bilan des cinq morts, soulignant que la région où se trouve le centre est contrôlée par le groupe Hayat Tahrir al-Cham (dominé par l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda) et d’autres groupes rebelles. Pour le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, « cet incident ne peut être séparé des assassinats en augmentation ces dernières semaines dans les zones contrôlées par le groupe Hayat Tahrir al-Cham dans la province d’Idlib, le sud de la province d’Alep et le nord de la province de Hama ».






LIBYE
Des migrants échappent à des ‎passeurs à Bani Walid, plaque ‎tournante des réseaux

Plus de 100 migrants originaires d'Afrique de l'Est sont parvenus à échapper cette semaine aux passeurs qui les retenaient en captivité près de la ville libyenne de Bani Walid, a-t-on appris auprès d'une source locale et de travailleurs humanitaires. Plusieurs d'entre eux ont été touchés par balle dans leur fuite, précise-t-on de même source. D'après les récits de survivants recueillis par Médecins sans Frontières (MSF), quinze personnes au moins ont été tuées et quarante autres, principalement des femmes, n'ont pu fuir leurs geôliers. Dans un communiqué, MSF précise avoir soigné 25 migrants à l'hôpital général de Bani Walid, une ville située dans une zone désertique à 150 km environ au sud-est de Tripoli, à la suite de cette évasion qui, ajoute l'ONG, s'est produite mercredi. L'organisation humanitaire fait état de blessures par balles et fractures multiples. Des agences de l'Onu indiquent que ces quelque 140 ressortissants érythréens, éthiopiens et somaliens étaient au main d'un réseau de passeurs dirigé par Moussa Diab. Ces migrants, pour l'essentiel des adolescents cherchant à gagner l'Europe, ont été vendus et revendus à de multiples reprises entre les villes de Bani Walid et Nesma, précise MSF. A mesure que les opérations de sécurité se sont durcies sur les villes côtières de Libye, Bani Walid est devenue une plate-forme des réseaux de passeurs qui tirent profit des mouvements migratoires entre les pays d'Afrique subsaharienne et l'Europe via la Libye. Les trafiquants gèrent des prisons clandestines où les candidats à l'exil sont régulièrement torturés et violés afin d'extorquer de l'argent à leurs familles. "Corps scarifiés, marques visibles de brûlures électriques et plaies anciennes infectées donnent une idée du calvaire qu'ils ont enduré", écrit MSF. "Les enlèvements en échange de rançons reste un business florissant, porté par les politiques parrainées par l'Union européenne visant à criminaliser les migrants et les réfugiés et à les empêcher d'atteindre les côtes européennes à tout prix", poursuit l'ONG.






ÉGYPTE ‎
La répression se poursuit avec l'arrestation du journaliste Waël ‎Abbas

Le blogueur et journaliste égyptien Waël Abbas, connu notamment pour ses prises de position contre les violences policières, a été arrêté dans la nuit de mardi à mercredi, à son domicile, au Caire. Depuis, personne n'a de nouvelles. "Je suis en train d'être arrêté". C'est par ses mots publiés sur son compte Facebook que le blogueur et journaliste égyptien Waël Abbas a annoncé son interpellation, mercredi 23 mai, au Caire. Une information confirmée par son avocat, qui précise que depuis personne n'est en mesure de dire où il se trouve et comment il va. Engagé et reconnu, Waël Abbas publie, depuis plus d'une dizaines d'années, des articles sur son blog, sur Facebook, Twitter et YouTube, dans lesquels il prend position contre les violences policières, la torture ou encore la corruption dans son pays. En janvier 2011, lors de la révolte qui avait provoqué la chute du régime du président Hosni Moubarak, il avait largement commenté les événements sur les réseaux sociaux.

Crash du vol EgyptAir : l'hypothèse d'un incendie à bord se confirme

Le mystère du crash de l'Airbus A320 d'EgyptAir, qui s'est écrasé en mer au large de l'Egypte le 20 mai 2016, faisant 66 morts (dont 15 Français), est-il en passe d'être résolu ? Depuis le drame, les enquêteurs n'ont jamais trouvé la cause de l'accident. Selon le ministre égyptien de l'aviation civile, Chérif Fathi, "la possibilité d'un attentat est plus grande que celle d'un problème technique", mais aucune revendication terroriste n'a été faite. Les autorités françaises ont, elles, toujours réfuté la thèse de l'attentat. Il semblerait que ces dernières soient plus proches de la vérité, selon de nouvelles informations révélées par le Parisien. Les autorités égyptiennes ont transmis un document de ‎‎"préinformation" selon lequel un "feu à bord" et dans "le cockpit" serait à l'origine de la disparition de l'appareil. L'équipage aurait signalé "un feu intense" avant que la communication ne soit coupée. Reste que tout n'est pas encore éclairci. "Il serait temps que les données brutes des boîtes noires de l’appareil soient transmises à la justice française pour analyses car le BEA français n’en dispose toujours pas", regrette dans Le Parisien Me Sébastien Busy, l’un des avocats de l’association des familles des victimes de cet accident. "L’Égypte, qui a l’autorité d’enquête sur ce crash, offre souvent une coopération chaotique sur fonds de chantage diplomatique. Même si les relations semblent désormais « s’aplanir »", écrit le journal.






BURKINA FASO
Le pays noue des relations ‎diplomatiques avec la Chine

Deux jours après avoir rompu ses liens avec Taïwan, le Burkina Faso a noué samedi des relations diplomatiques avec la Chine. Le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Alpha Barry, s'est rendu en Chine pour y sceller cet accord avec le chef de la diplomatie chinoise, Wang Yi. Depuis jeudi, Taïwan ne possède plus qu'un seul allié diplomatique en Afrique, le petit royaume du Swaziland, et entretient des relations officielles avec 18 Etats seulement au monde, pour la plupart des pays pauvres d'Amérique centrale et du Pacifique. La Chine est le premier partenaire commercial du continent, sur lequel elle a effectué d'importants investissements dans l'activité minière, la construction et le secteur bancaire. Pékin hébergera en septembre un sommet des dirigeants africains pendant lequel le gouvernement chinois devrait promettre de nouvelles aides et des prêts à taux préférentiels à ses alliés.

 

 






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,