25-09-2017
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   Chef de la diplomatie syrienne à l'ONU : La victoire est à portée de mains      : Un soldat français tué au combat dans la zone irako-syrienne      : Daech contrôle encore 80% des gisements pétroliers à Deir ez-Zor      Kurdistan: l’Iran menace de fermer sa frontière : Les brigades Ahl al-Haq s’opposeront au démembrement de l’Irak   
 

   

 
    Monde
 
Chef de la diplomatie syrienne à l'ONU
La victoire est à portée de mains

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moualem, a affirmé samedi à la tribune des Nations unies que "la victoire était à portée de mains" pour le régime de Bachar al-Assad. "La libération d'Alep et de Palmyre, la levée du siège de Deir Ezzor et l'éradication du terrorisme dans de nombreuses parties de la Syrie prouvent que la victoire est désormais à portée de mains", a déclaré le ministre syrien.  Depuis le début du conflit en 2011, le régime syrien qualifie de "terroristes" les rebelles opposés à son pouvoir. La reprise d'Alep fin 2016 par le régime a marqué le début de la fin pour l'opposition, et la majorité du territoire est revenu sous le contrôle de Damas, appuyé par Moscou et Téhéran.  L'organisation jihadiste Etat islamique est en passe actuellement de perdre ses deux derniers fiefs en Syrie, Raqqa et Deir Ezzor.  "La Syrie est déterminée plus que jamais à éliminer le terrorisme partout dans son pays, sans exception, grâce au sacrifice de notre armée et à la détermination de notre peuple", a ajouté Walid al-Moualem dans son allocution à l'Assemblée générale annuelle des Nations unies.  "Sur le front de la lutte contre le terrorisme, l'armée arabe syrienne, au côté des forces des alliés qui l'appuient, réalise quotidiennement des progrès, éliminant les terroristes, nettoyant des pans de territoire", a souligné le ministre, tout en reconnaissant que "la menace de ce fléau persiste".  Au plan politique, "nous sommes encouragés par le processus d'Astana et les zones de désescalade qui en ont résulté". "Nous espérons qu'il nous permettra d'arriver à une réelle cessation des hostilités", a dit le ministre syrien.  Définies par la Russie, l'Iran, la Turquie, et, dans le sud, avec les Etats-Unis et la Jordanie, quatre zones de "désescalade" sous influence étrangère sont aujourd'hui recensées en Syrie. Ces trêves locales ont contribué à une nette réduction de la violence.  En faisant part de la bonne volonté de Damas, Walid al-Moualem a aussi espéré des "progrès" dans le processus de négociations de Genève. L'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura espère reprendre dans les prochaines semaines ces discussions en Suisse entre belligérants syriens, mais qui sont toujours dans l'impasse après sept rounds. "Depuis plus de six ans, des Etats, des parties à l'origine de la guerre en Syrie continuent de servir des mensonges, d'accuser à tort le gouvernement syrien d'utiliser des armes chimiques", a enfin dénoncé le chef de la diplomatie syrienne, en assurant que l'armée syrienne ne possède plus d'armement de ce type.

 






Un soldat français tué au combat dans la zone irako-syrienne

Un soldat français de l’opération Chammal a été tué au combat samedi matin dans la zone irako-syrienne, a annoncé l’Elysée en début de soirée.  “Le président de la République a appris avec une profonde tristesse la mort au Levant ce matin d’un adjudant du 13e Régiment de dragons parachutistes, tué au combat”, a indiqué la présidence. Le chef des armées “salue le sacrifice” de cet “adjudant “tué dans l’accomplissement de sa mission pour la défense de notre pays, la protection de nos concitoyens et la lutte contre la barbarie”. “Le président de la République exprime sa confiance et sa fierté aux militaires français qui combattent avec courage et abnégation les groupes terroristes au Levant comme au Sahel”, ajoute le communiqué. Le 13e RDP fait partie des forces spéciales françaises.






Daech contrôle encore 80% des gisements pétroliers à Deir ez-Zor

Les terroristes ont délibérément détruit la plupart de l’infrastructure des grands champs de gaz dans la région de Deir ez-Zor, tandis que près de 80% des gisements de pétrole sont encore contrôlés par Daech, a déclaré à Sputnik une source sur les lieux. Le porte-parole d'une compagnie de gaz syrienne de Deir ez-Zor, Amin al-Hamid, a dressé le bilan de la situation actuelle autour des gisements de gaz et de pétrole dans la région.  «À ce jour, plus de 80% des ressources pétrolières de Deir-ez-Zor sont contrôlées par Daech. En ce qui concerne les champs de gaz, ils sont pratiquement tous sous le contrôle des terroristes. Toutes les usines et les gisements de gaz en question se trouvent sur l'autre côté de l'Euphrate — ce sont Konoko, Omar, Jafra, Ezba et Tanak — et la plupart des usines de traitement du gaz sont situées là-bas», a déclaré M. al-Hamid.  «Selon nos informations, les terroristes ont déjà complètement détruit l'infrastructure dans les champs Omar et Tanaka, tandis qu'à Konoko on a détruit certaines installations», a ajouté M. al-Hamid. Selon l'ingénieur, les terroristes ont également détruit le gazoduc au sud-est de Deir ez-Zor.  «Konoko, avec tous ses puits, peut produire jusqu'à deux millions de mètres cubes par jour. C'est le gisement le plus important de Deir ez-Zor. Avant la guerre, c'était le troisième plus grand gisement gazier en Syrie. La restauration de leur infrastructure est possible, mais les dégâts pourront être estimés dès que nous pourrons visiter ces lieux et effectuer une enquête détaillée», a conclu le représentant de la compagnie de gaz. Le 5 septembre, les forces syriennes ont brisé le siège de Deir ez-Zor et sont entrées dans sa partie nord. Le blocus de la base aérienne de Deir ez-Zor a été brisé quatre jours plus tard par des unités syriennes placées sous le commandement des généraux Issam Zahreddine et Souheil al-Hassan. Grâce au soutien de l'aviation et de l'artillerie, l'armée est parvenue à reprendre plusieurs hauteurs, mettre hors d'usage des équipements des terroristes de Daech et détruire certaines de leurs positions fortifiées.







Kurdistan: l’Iran menace de fermer sa frontière
Les brigades Ahl al-Haq s’opposeront au démembrement de l’Irak

 Le commandant adjoint de l’armée iranienne a menacé jeudi de fermer toutes les frontières de la République islamique d’Iran avec le Kurdistan irakien, en cas d’organisation d’un référendum sur l’indépendance de cette région.  Dans une interview exclusive à la chaîne de télévision iranienne Al-Alam, citée par PressTV, le général de brigade Ahmad-Reza Pourdastan, a appelé le chef de la région du Kurdistan irakien Massoud Barzani à ne pas obéir aux Américains, en donnant pour exemple le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane qui s’est laissé enliser dans le bourbier du conflit au Yémen, après avoir obéi aux États-Unis.  « L’indépendance du Kurdistan irakien, ça fait partie du plan des États-Unis de remodeler le Moyen-Orient pour que le nouveau Moyen-Orient soit composé de pays divisés qui ne pourront représenter aucune menace pour le régime israélien et pour que de nouveaux marchés s’ouvrent pour les marchandises européennes et américaines. Je crois que la séparation du Kurdistan engendrera une avalanche de problèmes pour le gouvernement irakien, d’autant plus que la République islamique d’Iran fermera toutes ses frontières avec le Kurdistan irakien en cas d’indépendance. De même, le gouvernement irakien n’a pas exclu une attaque militaire contre la région du Kurdistan », a-t-il déclaré. Ahmad-Reza Pourdastan a conseillé aux responsables du Kurdistan de ne pas porter atteinte à l’unité d’Irak et de ne pas permettre aux étrangers de renforcer leur présence dans la région.

*Le Hezbollah irakien s’opposeront au démembrement de l’Irak

Pour sa part, le mouvement de résistance irakien les brigades Ahl al-Haq a souligné qu’il ne céderait jamais devant les complots destinés à démembrer l’Irak.  Dans un communiqué, publié jeudi 21 septembre, les brigades Ahl al-Haq, a souligné qu’il ne reculerait pas même d’un iota devant ces complots: « Nous rejetons l’initiative du président d’Irak Fouad Massoum concernant le référendum sur l’indépendance du Kurdistan, car elle contredit la Constitution et elle reconnaît explicitement les revendications de Massoud Barzani, visant à mettre sous pression le gouvernement central de Bagdad. Au moment où notre pays se trouve dans la phase finale de sa lutte contre Daech, il revient à tout le monde de se mobiliser pour reconstruire un Irak uni au lieu de tenter de diviser et d’affaiblir le pays. »  Dans une autre partie de ce communiqué, les brigades Ahl al-Haq a évoqué le président de la région du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, disant qu’il faisait cavalier seul en n’éprouvant pas le moindre respect pour la légitimité.  « Quant à Barzani, il paraît que le sang qui pourrait être versé ne lui fait ni chaud ni froid », ajoute le texte.  Dans la foulée, le chef du bureau politique des brigades Asaïb Ahl al-Haq, Adnan Fayhan, a révélé que les États-Unis comptaient attiser le feu de la guerre entre les Hachd al-Chaabi et les Peshmergas, et cela afin d’affaiblir les Hachd.  « Les dirigeants kurdes, dont et surtout Massoud Barzani, vivent dans une chimère générée par les promesses d’un soutien appuyé de la part d’« Israël » pour qu’ils puissent mettre sur pied un État dont ils rêvent, alors que cette chimère dangereuse pourra faire basculer la région dans un nouveau conflit », a affirmé Adnan Fayhan.  Il a précisé que lorsque les Américains se mêlaient d’une crise, ce n’est pas pour l’apaiser, mais plutôt pour la canaliser en direction de leurs intérêts.






--
 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             

 
 
 
 

Est ce que vous soutenez l'idée
d'annuler le visa entre l'Algérie et la Turquie ?

                      
Oui Non

Résultats

Oui
                 
25 %
Non               
                 
75 %
 


 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,