15-10-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   AFGHANISTAN : Première rencontre officielle entre les Etats-Unis et les ‎talibans      NIGERIA : Libération de plus de ‎‎800 enfants soldats dans le ‎nord-est du pays      MALI : Le Premier ministre à ‎Togoré-Coumbé pour affirmer ‎l'autorité de l'Etat      RDC : Un meeting de ‎l'opposition finalement interdit à ‎Lubumbashi      RWANDA : Non-lieu requis dans l’enquête sur l’attentat contre le ‎président Habyarimana      GAZA : Sept ‎Palestiniens tués ‎dans des heurts ‎avec des soldats ‎israéliens   
 

   

 
    Monde
 
AFGHANISTAN
Première rencontre officielle entre les Etats-Unis et les ‎talibans

L’émissaire américain pour la paix en Afghanistan, Zalmai Khalilzad, a rencontré vendredi 12 octobre au Qatar une délégation talibane pour évoquer la fin du conflit, a annoncé samedi dans un communiqué le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid. Il s’agit de la première rencontre officiellement confirmée entre les deux parties. Selon le communiqué, ils « ont parlé d’une fin pacifique à l’invasion de l’Afghanistan » et la délégation talibane a qualifié « de grand obstacle à une paix réelle la présence de forces étrangères » dans le pays. L’ambassade des Etats-Unis en Afghanistan a en revanche refusé de commenter l’information. La diplomatie américaine a toujours clamé ne pas vouloir s’engager dans des discussions directes, refusant de se substituer au gouvernement afghan. Mais une première rencontre annoncée dans la presse, et jamais démentie par les parties, avait eu lieu en juin à Doha après un cessez-le-feu inédit de trois jours entre forces de sécurité afghanes et talibans. Les talibans, pour leur part, ont toujours refusé la proposition de trois mois de cessez-le-feu du président afghan, Ashraf Ghani, disant ne pas reconnaître un gouvernement « illégitime » et souhaitant s’entretenir directement avec les Etats-Unis. M. Khalilzad avait entamé dimanche à Kaboul une tournée pour faire avancerles pourparlers de paix. L’émissaire américain, ancien ambassadeur à Kaboul, à Bagdad et auprès des Nations unies, nommé à ce poste au début de septembre, s’était ensuite rendu au Pakistan, aux Emirats arabes unis, en Arabie saoudite, et donc au Qatar. Samedi, il était de retour à Kaboul, où il a rencontré le président Ashraf Ghani. « M. Khalilzad a rendu compte de ses récents voyages et a déclaré que les Etats-Unis, sous le leadership du gouvernement afghan, poursuivraient leurs efforts pour la paix », fait savoir la présidence afghane dans un communiqué. Les attentats et attaques en lien avec la campagne des élections législatives ont blessé et tué des centaines de personnes à travers le pays. Samedi, à Herat, dans l’ouest du pays, deux hommes armés ont attaqué le local de campagne d’un candidat dans le district d’Injeel, faisant deux morts, un enfant de 9 ans et un agent de sécurité.

**Au moins neuf candidats aux législatives ont déjà été tués

 La plupart dans des attaques ciblées, selon la Commission électorale indépendante. Plus de 2 500 candidats se disputent les 249 sièges en jeu lors des élections de samedi 20 octobre. Environ 54 000 membres des forces de sécurité afghanes seront chargés de la protection des 5 000 bureaux de vote. Pour des raisons de sécurité, 2 000 autres bureaux n’ouvriront pas.






NIGERIA
Libération de plus de ‎‎800 enfants soldats dans le ‎nord-est du pays

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) se réjouit de la libération de 833 enfants-soldats dans le nord-est du Nigeria. Les 833 enfants-soldats libérés dans le nord-est du Nigeria avaient été recrutés par la Force d'intervention civile, un groupe armé regroupant plusieurs milices locales pour se défendre contre Boko Haram. Cette opération intervient à l'issue de plusieurs mois de plaidoyer de l'Unicef et de ses partenaires auprès du groupe armé afin de les convaincre de ne pas recruter de mineurs. L'organisation onusienne a déjà identifié 1 500 enfants dans les rangs de la Force d'intervention civile, dont ces fameux 833 qui sont donc officiellement sortis. Accompagnement psychologique Mais la mission de l'Unicef et de ses partenaires auprès de ces enfants ne s'arrête pas là. ‎‎« C’est essentiel pour nous de suivre le dossier de chaque enfant et de prendre des nouvelles régulièrement afin de suivre leurs progrès, explique Pernille Ironside, responsable pays pour l'Unicef au Nigeria. Nous voulons qu’ils réussissent, qu’ils tirent le meilleur de l’accompagnement qu’ils reçoivent ». « Ils ont été témoins d’actes de violence, certains ont même participé, poursuit-elle. La mise en place d’une aide psychologique fait partie de l’accompagnement car il faut qu’ils se rétablissent émotionnellement et psychologiquement pour pouvoir reprendre une vie d’enfant normal, aller à l’école, être avec leurs familles ».






MALI
Le Premier ministre à ‎Togoré-Coumbé pour affirmer ‎l'autorité de l'Etat

Le Premier ministre malien s’est rendu dans la région de Mopti, ce 13 octobre. Cette zone du centre du pays est en proie aux attaques terroristes. Soumeylou Boubeye Maïga a visité deux localités, Ténenkou et Togoré-Coumbé, afin d’y manifester l’autorité de l’Etat. Pour la première fois depuis plus de dix ans, un chef de gouvernement se rendait dans ces localités. Togoré-Coumbé est par exemple toujours encerclé par les jihadistes et ses habitants ont peur de quitter le périmètre de la ville. A Togoré-Coumbé, dans la région centrale de Mopti, le Premier ministre malien Soumeylou Boubeye Maïga a été accueilli ce 13 octobre par des milliers de personnes. « Nous, on peut dire que nous sommes des Maliens aujourd’hui, explique un habitant. C’est la raison pour laquelle on crie : le Mali ! Le Mali ! » Il y a quelque temps encore, les jihadistes appliquaient leur loi ici. « Ils rentraient dans le marché pour frapper les femmes et frapper certains hommes, témoigne un autre habitant. Parce que l’affaire de religion, la région musulmane, ils disent que nous ne l’appliquons pas ».

Embargo jihadiste Les jihadistes ont quitté la ville désormais occupée par l’armée malienne, mais ils se trouvent en périphérie, posent des mines et empêchent toute entrée et sortie de la localité. A Togoré-Coumbé, par exemple, il n’existe plus de foires ni de marchés et les prix ont flambé. ‎‎« Ici, maintenant, c’est 30 francs CFA [4 centimes d'euro]. En ce qui concerne un sac de riz aussi, c’est à 45 000 francs. Voilà. Vraiment, c’est cher ». En rencontrant les populations qui ont reçu des vivres de l’Etat malien, le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a annoncé la fin de l’embargo décrété par les jihadistes. « Ils seront traqués », a-t-il insisté.






RDC
Un meeting de ‎l'opposition finalement interdit à ‎Lubumbashi

Pas de meeting pour l'opposition à Lubumbashi dans la province du Katanga. Le rassemblement qui devait avoir lieu samedi 13 octobre au matin a finalement été interdit pour raisons « sécuritaires », après avoir été autorisé dans un premier temps par les autorités municipales. Cela n'a pas empêché les partisans de l'opposition de descendre dans la rue en signe de protestation, au risque d'être réprimés par la police. « Comment préparer des élections dans de telles conditions, si on ne peut même pas faire campagne ? ». Les membres de la plateforme d'opposition Ensemble sont amers. Pourtant, ils étaient les premiers à être surpris de la décision de la mairie de Lubumbashi d'autoriser le meeting à la Cité des Jeunes, chose rare dans le Katanga. Mais revirement la veille au soir, alors que la délégation d'opposants était déjà arrivée de Kinshasa, le rassemblement a été interdit. Les autorités se sont immédiatement mobilisées. Des opposants ont vu leur domicile encerclé par des patrouilles. Pas de sorties, ni de visites. La police n'a levé que ce samedi soir son siège autour de la maison du député Gabriel Kyungu, coordinateur de la plateforme Ensemble pour le Katanga.






RWANDA
Non-lieu requis dans l’enquête sur l’attentat contre le ‎président Habyarimana

Le 6 avril 1994, l’avion de Juvénal Habyarimana était abattu par un missile. Cet attentat est considéré comme l'élément déclencheur du génocide rwandais. Au terme de plus de 20 ans d'enquête,  le parquet de Paris a demandé un non-lieu pour sept personnes, dont l'actuel ministre de la défense du Rwanda, poursuivies en France pour l'attentat qui a coûté la vie en 1994 au président rwandais Juvénal Habyarimana. Cet évènement est considéré comme l'élément déclencheur du génocide qui a coûté à l'époque la vie à 800.000 personnes. Dans son réquisitoire, daté du 10 octobre, le parquet demande l’abandon des poursuites contre les protagonistes mis en examen, la plupart proches de l'actuel président rwandais, Paul Kagamé. Il estime que l'enquête n’a pas permis de réunir de "charges suffisantes" contre eux. La décision finale sur leur sort est désormais entre les mains des juges d’instruction. La décision finale sur leur sort est désormais entre les mains des juges d’instruction, Nathalie Poux et Jean-Marc Herbaut.






GAZA
Sept ‎Palestiniens tués ‎dans des heurts ‎avec des soldats ‎israéliens

Sept Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, vendredi 12 octobre, lors de manifestations et de heurts avec les soldats israéliens le long de la frontière, selon le ministère gazaoui de la Santé. Les abords de la frontière avec Israël sont depuis le 30 mars le théâtre d'une vaste mobilisation contre le blocus imposé depuis plus de 10 ans par l'Etat hébreu. L'armée israélienne a dit vérifier ces informations. Tous les vendredis depuis mars, des milliers de Palestiniens se rassemblent le long de la ligne frontalière qui sépare l'Etat juif du territoire palestinien, contrôlé par Hamas. Depuis le début de ces manifestations pour réclamer un droit au retour sur les terres abandonnées à Israël à la fondation de l'Etat lors de la guerre israélo-arabe de ‎‎1948, près de 200 Palestiniens ont été tués. Côté israélien, un soldat a été tué par un tireur palestinien.






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,