13-11-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   LA FRENESIE SUR LE GAZ BUTANE COMMENCE : Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour      TROISIEME SALON DE L'EMPLOI TAMHEEN LE 28 NOVEMBRE A ORAN : Santé Sidi El-Houari (SDH), une passerelle pour le recrutement      LE SAFRAN A ORAN : Lancement des premières récoltes de l’or rouge      DRAME AU SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES DU CHUO : Chute mortelle du 1er étage d’un patient      CINQ ANS DE PRISON POUR APOLOGIE AU TERRORISME A ORAN : De la documentation subversive, un micro-ordinateur et le téléphone portable comme preuve à charge      TIZI-OUZOU : Lancement du concours La ville la plus propre      BATNA : Prés de 20.000 visiteurs au Salon national de la production des Aurès      GUELMA : Plus de 18.000 postes d’emplois créés par le secteur de l’artisanat et des métiers      OUARGLA : Large campagne de sensibilisation sur le montage de projets ANSEJ   
 

   

 
    region
 
LA FRENESIE SUR LE GAZ BUTANE COMMENCE
Augmentation des ventes de bonbonnes de gaz à 30.000 unités/jour

Les ventes de bonbonnes de gaz butane dans les wilayas d'Oran, de Mascara et de Mostaganem ont connu une augmentation allant jusqu'à 30.000 unités par jour au mois de novembre en cours, apprend-on lundi auprès de la section gaz-pétrole liquéfié de Naftal relevant du district d'Oran. Les ventes, en temps normal, sont estimées à 20.000 bonbonnes de gaz butane par jour et connaissent actuellement une augmentation allant de 26.000 à 30.000 unités par jour, selon un communiqué de cette entreprise dont une copie a été remise à l'APS. La demande sur le gaz butane, exprimée au niveau des wilayas citées a connu, depuis le début de novembre, une augmentation de plus de 16 % au mois d'octobre dernier marqué le froid, en comparaison avec la même période de l'année écoulée, indique-t-on. La même source assure qu'il n'y aura pas pénurie de gaz butane durant l'hiver prochain, car la société nationale de commercialisation et de distribution des produits pétroliers (NAFTAL-section GPL) a pris toute une série de mesures en matière d'approvisionnement. Parmi ces mesures celles de suivre l'évolution de la demande sur les bonbonnes de gaz butane sur le marché et l'adoption d'une troisième équipe pour fonctionner en H 24, en plus d'un approvisionnement régulier des dépôts de Mohammadia (Mascara) et de Sidi Ali (Mostaganem). Ces mesures englobent également une augmentation du stock de bonbonnes de 13 kilogrammes au niveau des stations service Naftal et une coordination avec les directions de wilaya de l'énergie d'Oran, de Mostaganem et de Mascara et les collectivités locales, pour la réalisation d'endroits de stockage afin de garantir une disponibilité du produit et lutter contre la spéculation, selon le communiqué. Naftal appelle les aviculteurs, notamment ceux qui utilisent les bonbonnes de gaz, à se rapprocher de ses services commerciaux pour faire la conversion en gaz butane. Cette entreprise a lancé une campagne de sensibilisation sur les risques et accidents engendrés par un mauvais usage des bonbonnes de gaz.






TROISIEME SALON DE L'EMPLOI TAMHEEN LE 28 NOVEMBRE A ORAN
Santé Sidi El-Houari (SDH), une passerelle pour le recrutement

La 3ème édition du Salon de l'emploi "Tamheen" est prévue du 28 au 30 novembre à Oran, a-t-on appris dimanche auprès de l'association organisatrice "Santé Sidi El-Houari" (SDH). Cet événement se propose de "contribuer à la mise en place de passerelles entre les demandeurs d'emploi et les entreprises à l'effet de faciliter leur insertion professionnelle", a indiqué à l'APS Assia Brahimi, vice-présidente chargée de la communication à "SDH". En plus de sa vocation à favoriser le contact direct entre postulants  à l'emploi et recruteurs, cette nouvelle édition mettra également en relief "la démarche entrepreneuriale" afin d'encourager les jeunes à créer leur propre micro-entreprise, a fait valoir Mme Brahimi. Les dispositifs publics d'insertion et de facilitation seront présentés à ce titre par des cadres des organismes compétents à l'instar des agences de l'emploi (ANEM) et de gestion du micro-crédit (ANGEM). Le salon "Tamheen" est initié par "SDH" en partenariat avec l’organisation internationale à but non lucratif "World Learning", basée à Alger, avec l'appui de l'ambassade des Etats-Unis dans le cadre de l'Initiative de partenariat avec le Moyen-Orient (MEPI).






LE SAFRAN A ORAN
Lancement des premières récoltes de l’or rouge

La première cueillette du safran à Oran, planté il y a deux mois, a été lancée au niveau de la ferme de Misserghine, a-t-on constaté lors d’une sortie sur terrain. La plantation de cette épice sur une superficie de 300 mètres carrés, la première du genre dans la wilaya, "a donné de bons résultats en dépit de la nature du sol argileux caractérisé par sa salinité", a affirmé la promotrice de ce projet à Oran, Allou Baba-Ahmed. Les fleurs du safran, de couleur violette, à trois filaments soyeux se sont bien développées grâce au suivi et au soin quotidien avec l’adoption de techniques simples pour creuser des trous, poser des bulbes, fournir de l’eau et ne pas utiliser d’engrais et de produits chimiques pour les mauvaises herbes entourant la plante de safran, a souligné Baba Ahmed Allou. La cueillette du safran s'effectue de bonne heure aux environs de 7 heures du matin avant l’ouverture de la fleur au contact du soleil pour préserver sa valeur nutritive, a expliqué cette agricultrice, notant que l'opération de cueillette se poursuivra jusqu’à la fin du mois courant, période de récolte de cette épice. L'opération de cueillette qui se fait manuellement "nécessite une attention particulière afin de ne pas gâcher les pétales de la plante recouvrant les filaments délicats et sensibles et obtenir une récolte abondante après le séchage des fils rouges", selon Mme Allou, présidente de l'association de promotion de la femme rurale "Main dans la main" de la daira de Boutlélis. Concernant la production de safran prévue, Mme Baba-Ahmed a fait savoir que la quantité à extraire ne peut être déterminée qu’après séchage, ajoutant que le plus important dans l'affaire est la réussite de cette expérience à Oran pour sa généralisation au profit des femmes rurales. Chaque bulbe produit théoriquement entre une, trois fleurs et peut aller jusqu'à dix fleurs. Un hectare donne 190.000 fleurs pour un total d'un kilogramme de safran, a-t-elle expliqué. L’expérience de plantation du safran à Misserghine est la deuxième du genre de cette agricultrice après une première expérience sur une petite parcelle a Ain El Beida (daira d’Es Sénia) en 2015, a-t-elle rappelé, soulignant  que celle-ci l'a encouragée à l’extension de la surface plantée.






DRAME AU SERVICE DES MALADIES INFECTIEUSES DU CHUO
Chute mortelle du 1er étage d’un patient

Le Centre hospitalier universitaire d’Oran a été le théâtre, hier, d’une chute mortelle d’un patient. Selon la cellule de communication du CHUO, « ce dernier, âgé de 46 ans, est tombé du 1er étage du service des maladies infectieuses ». Les mêmes sources indiquent « que la victime, un patient du service atteint du VIH, était régulièrement suivie et avait accès en permanence à son traitement, selon le protocole d’usage dans notre pays, suivant les recommandations de l’OMS ». D’autres sources hospitalières affirment qu’il s’agit d’un suicide. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de ce drame.

Rayen H






CINQ ANS DE PRISON POUR APOLOGIE AU TERRORISME A ORAN
De la documentation subversive, un micro-ordinateur et le téléphone portable comme preuve à charge

Jugé pour tentative d’adhésion à un groupe terroriste et apologie, A. Zoubir a été condamné hier à cinq ans de prison par le tribunal criminel de 1ère instance près la cour d’Oran. Selon l’accusation, l’enquête a démontré que le jeune homme de 28 ans se préparait à rejoindre le groupe Daech avec lequel il était entré en contact grâce à des faux comptes sur Facebook. Une perquisition au domicile de ce diplômé en sciences islamiques permettra aux enquêteurs de saisir de la documentation subversive et un micro-ordinateur. Une analyse de son téléphone portable confirmera, par ailleurs, qu’il avait créé deux comptes sur Facebook grâce auxquels il échangeait avec des éléments de la mouvance d’El Baghdadi en Syrie. Il a été soutenu que le suspect s’adonnait, par ailleurs, à des activités physiques dans un terrain vague de haï Nedjma, ce qui a achevé de convaincre les enquêteurs qu’il s’apprêtait à rejoindre Daech. Fort de ces éléments, le magistrat instructeur inculpera A. Zoubir sous les chefs d’inculpation de tentative de rejoindre un groupe subversif et d’apologie au terrorisme. A la barre hier, l’accusé niera tout en bloc en soutenant notamment que la littérature retrouvée chez lui était à la portée de tout un chacun, qu’il n’avait pas de faux comptes sur Facebook, qu’il ne possédait pas d’ordinateur portable contrairement aux affirmations de la police et qu’enfin il effectuait des exercices physiques conformément aux prescriptions de son médecin parce qu’il souffrait d’asthme. Dans son réquisitoire, le ministère public affirmera que les preuves exposées démontrent la culpabilité de l’accusé et requerra la peine de dix ans. L’avocat de la défense, lui, demandera l’acquittement pur et simple de son client pour défaut de preuves matérielles accablantes soutenant de manière indiscutable les accusations retenues. Après délibérations, le tribunal criminel déclarera A. Zoubir coupable des faits retenus et le condamnera à purger une peine de cinq ans de prison.

R.H






TIZI-OUZOU
Lancement du concours La ville la plus propre

Un concours sur "La ville la plus propre" sera lancé à travers la wilaya de Tizi-Ouzou, a annoncé lundi le wali, Abdelhakim Chater lors d’une cérémonie de remise de prix aux cinq communes participantes à la première édition du prix national "Ville verte" organisée au siège de la wilaya. M. Chater a souligné la nécessité pour la wilaya de "s’intégrer dans la stratégie nationale de développement écologique", indiquant à ce propos, qu' " après le concours de la Ville verte, organisé au niveau national, et le concours Rabah Aissat du village le plus propre, organisé par l’Assemblée populaire de wilaya, nous allons lancer celui de la ville la plus propre". Une compétition qui va être lancée avant la prochaine Journée mondiale de l’environnement qui coïncide avec le 05 juin de chaque année. Cela va permettre, a-t-il souligné de "créer un esprit de compétition entre les différentes villes et localités et participera, inévitablement, à l’amélioration du cadre de vie des citoyens, à la création de richesses et d’emplois".  En outre, le responsable de l’exécutif local a déploré le nombre "réduit" de communes de la wilaya ayant pris part au concours de "La ville verte", 05 communes sur les 67 que compte la wilaya, appelant les autres communes à "en faire de même". Il sera d’ailleurs, a-t-il indiqué, "inclus, désormais, un barème écologique dans l’inscription aux plans communaux de développement (PCD) et au fonds de garantie des collectivités locale (FGCL)" pour, a-t-il ajouté, "inciter les autres communes à se mettre de la partie". Cinq communes ayant pris part à la première édition du prix national de la "Ville verte", lancée par le Ministère de l’Environnement et des Energies renouvelables, dont la commune d’Azazga, Yakouren, Ifigha, Tizi Rached et Tizi Ghenif, ont été honorées pour leur participation lors de cette cérémonie.






BATNA
Prés de 20.000 visiteurs au Salon national de la production des Aurès

Pas moins de 20.000 personnes ont visité le salon de la production nationale des Aurès clôturé dimanche soir à Batna, a révélé lundi le directeur de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI Aurès), Mabrouk Bezzaz. Ouvert au public depuis le 6 novembre, le dernier jour de cette manifestation, qui s'est déroulée dans la grande salle des expositions "Asahar", dans le centre-ville, a connu le plus grand nombre de visiteurs (5.000), a précisé le même responsable. Les remises exceptionnelles (entre 15.000 et 150.000 DA) proposées par le groupe industriel "Global Group", tout au long de la manifestation, concernant les véhicules Kia Algérie, montées à Batna au profit des fonctionnaires de la wilaya, ont largement contribué à attirer un grand nombre de visiteurs, a constaté le journaliste de l’APS sur place. Par ailleurs, plusieurs stands du salon, notamment celui dédié à la laiterie Aurès, spécialisée dans la production de lait et ses dérivés, ont connu une grande affluence pendant toute la durée de la manifestation, en proposant des produits à prix d’usine, ce qui a été fortement apprécié par les visiteurs du Salon. L’édition 2018 du Salon national de la production des Aurès, à laquelle ont participé 40 exposants de 10 wilayas, s’est distinguée par une forte présence de producteurs locaux ayant réussi à exporter leurs produits à l'étranger, notamment "Ceram Decor", spécialisée dans la production de céramique de toutes sortes, "SFS", spécialisée dans la fabrication d’équipements électriques et de lampadaires, ainsi que "Global Group" avec ses filiales Hyundai (montage de bus et de camions) et "Kia Algérie"  (montage de voitures). D'autres participants ont, pour leur part, exprimé le souhait de tenter l'expérience de l'exportation, telle que l'entreprise de fabrication et de montage d'appareils électroménagers "Jahan Afrooz", implantée dans la zone d'activités de Merouana, dont le propriétaire Belkhir Noureddine a affirmé, à l’APS, qu'il "aspire à dépasser le stade du montage de produits pour la production locale et pense éventuellement à l'exportation". Le Salon national de la production des Aurès, organisé par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI Aurès) avait pour objectif de promouvoir les produits locaux et nationaux et créer un espace pour les faire connaitre auprès des consommateurs, en mettant l’accent notamment sur les secteurs  productifs.






GUELMA
Plus de 18.000 postes d’emplois créés par le secteur de l’artisanat et des métiers

Un total de 18.248 postes d’emploi a été créé par le secteur de l’artisanat et des métiers de la wilaya de Guelma, dans le cadre des activités réalisées entre l’année 1998 et octobre 2018, a-t-on appris mardi du directeur de ce secteur Fethi Merzoug. Dans une déclaration à l’APS, le même responsable a précisé en marge du Salon d’artisanat que la création de ce nombre important de postes de travail était à la faveur de la livraison de 7.299 cartes qui ont permis aux artisans de recruter et développer leurs activités. Pas moins de 12.720 postes d’emplois ont été affectés au profit des hommes tandis que 5.528 autres ont été réservés aux femmes, a fait savoir le même responsable lors de cette manifestation, tenue à la maison de l’artisanat, à l’occasion de la journée nationale de l’artisan, affirmant que le résultat enregistré a contribué au développement économique local et à la résorption du chômage, en particulier pour les femmes au foyer ainsi que la population des régions rurales. La période entre la fin de l'année 2010 et octobre 2018, marquée par l'ouverture de l’antenne de la chambre de l'artisanat et des métiers (CAM) de Guelma, relevant auparavant à la wilaya d'Annaba puis de Skikda, a permis de créer un total de 13.550 emplois permanents dans diverses activités artisanales grâce à la distribution de 5.420 cartes d’artisan, ajoute la même source. Quarante(40) artisans et 10 associations activant dans ce domaine à l’instar du secteur de la dinanderie, de la poterie, la confection des gâteaux traditionnels, la fabrication des produits décoratifs et le textile, inscrits auprès de la CAM ont pris part à ce salon, ouvert en présence des autorités locales. Cinq(5) ateliers de travail relatifs aux différentes activités artisanales seront organisés au cours de cette manifestation, initiée par la direction du tourisme et de l’artisanat (DTA) avec la collaboration de la CAM.






OUARGLA
Large campagne de sensibilisation sur le montage de projets ANSEJ

Une large campagne d’explication des  mécanismes d’exécution des projets est menée actuellement par l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) d’Ouargla en direction des jeunes promoteurs, a-t-on appris lundi des responsables de ce  dispositif. Placée sous le thème "Idée de projet", cette initiative, lancée en  septembre dernier à travers les établissements de formation et l’université, s’assigne comme objectifs d’aider les jeunes à monter leurs propres projets, de sa conception à sa mise en forme, en les dotant de  données et informations fiables sur les modalités de concrétisation sur le terrain du projet, a indiqué à l’APS le chargé de l’information et de la communication à l’ANSEJ, Salah Meddour. "Les jeunes, universitaires ou stagiaires des établissements de la  formation et instituts, ont des idées et un potentiel en quête d’orientation, leur permettant de concrétiser leurs projets et de bénéficier des mécanismes d’accompagnement et des avantages préconisés par le dispositif de l’ANSEJ", a-t-il expliqué. Selon le même responsable, les services de l’ANSEJ s’emploient à assister les jeunes, par des formateurs agréés, à créer leurs projets selon leurs compétences et formation et à les imprégner des voies et techniques de gestion des projets. L’ANSEJ s’attèle, depuis le début de l’année universitaire et de la formation professionnelle (2018/2019), à intensifier les campagnes de vulgarisation en se rapprochant des universitaires et des stagiaires  plus d’explications, d’orientation et d’accompagnement.  Des centaines d’étudiants de l’université Kasdi Merbah d’Ouargla ont été ciblés par cette campagne, initiée au niveau de la Maison de l’Entrepreneuriat, pour les informer sur des diverses modalités de montage de leurs propres projets et des éventuelles contraintes rencontrées. Une cinquantaine d’étudiants de la Maison de l’Entrepreneuriat ont bénéficié de sessions de formation au titre du programme "Leadership-innovation" destiné aux étudiants désirant créer leurs propres projets, des micro-entreprises notamment. La campagne ‘‘Idée de projet’’ devra se poursuivre jusqu’à la mi-décembre prochain pour toucher, avec le concours des élus locaux, une vingtaine de communes de la wilaya de Ouargla.

25 micro-entreprises entrées en activité au premier semestre 2018

 Pas moins de 25 micro-entreprises, montées par le biais du dispositif de l’ANSEJ, sont entrées en exploitation dans la wilaya d’Ouargla durant le premier semestre de l’année en cours. Ayant généré 71 emplois, ces entités économiques ont été montées à la faveur de financements bipartite (ANSEJ et apport personnel) et tripartite (ANSEJ- Banque- apport personnel), sur la base des compétences et formations universitaires et professionnelles de leurs promoteurs. Au total, 30 dossiers d’investissement avaient été financés en 2017 dans les domaines de l’artisanat, les activités libérales, l’industrie, la maintenance et l’agriculture notamment. Ces projets viennent s’ajouter aux 66 entités entrées en activité durant la même année et ayant permis la création de 176 emplois au profit des jeunes de la région, selon le chargé de l’infirmation et de la communication à l’ANSEJ-Ouargla.






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,