24-03-2019
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   TEBESSA : Vers la création de 247 forêts récréatives dans 39 wilayas      MOSTAGANEM : Premières floralies sous le thème Dites- le avec des fleurs      INONDATIONS A CONSTANTINE : Réception avant fin avril d'un projet de protection de la partie basse d'Ali Mendjeli      L’INVESTISSEMENT A SOUK AHRAS : Il est otage des entraves financières et de la nature du foncier   
 

   

 
    region
 
TEBESSA
Vers la création de 247 forêts récréatives dans 39 wilayas

Le directeur général des forêts (DGF), Ali Mahmoudi a fait part mercredi à Tébessa d’un projet national de création, à l’horizon 2035, de 247 forêts récréatives à travers 39 wilayas du pays, dans le cadre d’une stratégie de valorisation et de protection du couvert végétal et forestier. "La DGF prévoit la création dans le cadre d’un programme national de 247 forêts récréatives  dans 39 wilayas comme démarche encourageant l’investissement dans le secteur forestier et l’amélioration des services offerts en la matière", a précisé M. Mahmoudi, dans une déclaration à l’APS, en marge de la pose de la première pierre du projet d’aménagement d’une forêt récréative dans la commune El Houijbat (20km à l’Est de Tébessa). Dans ce cadre, le même responsable qui a que la wilaya frontalière de Tébessa a bénéficié d’un projet d’aménagement de 4 forêts récréatives à travers plusieurs communes, a affirmé que les travaux ont été déjà lancés dans deux forêts récréatives  qui seront dotés entre autres d’espaces d’attraction. A ce titre, le DGF qui a mis l’accent sur l’importance de l’investissement dans ce secteur précis, a rappelé que l’Etat mise sur le développement du domaine des forêts considéré comme "un support à l’économie nationale contribuant entre autres à la création de postes de travail et l’exploitation et la préservation des richesses naturelles".  Le directeur général des forêts a procédé également à la pose de la première pierre d’un projet d’aménagement d’une forêt de distraction à la localité de Taga dans la commue d’El Houijbat,  confié à un investisseurprivé sur une surface de 4,75 ha pour un budget de 30 millions DA, et qui devra être réceptionnée dans un délai de 6 mois. Une fois opérationnel, ce projet permettra la création de 25 postes de travail permanent et la réception de 35.000 visiteurs par an, soit une cinquantaine de familles quotidiennement. Sur place, le même responsable a insisté sur l’importance d’utiliser des équipements en bois pour l’aménagement des forêts. Le DGF devra se poursuivre sa visite par l’ouverture d’une journée d’étude sur l’investissement dans le secteur des forêts à la maison de la culture Mohamed Chebouki au chef-lieu de wilaya.






MOSTAGANEM
Premières floralies sous le thème Dites- le avec des fleurs

"Dites- le avec des fleurs" tel est le thème choisi pour cette première édition des floralies initiée par la jeune association "Mosta-verte" que préside Snouci Boukhari et qui se tient du 19 au 22 mars  en cours sur l'esplanade de l'Assemblée Populaire Communale, organisatrice de cette manifestation.                                       Arrivé à point nommé cet évènement très attendu par ailleurs par la population locale coïncide avec le lancement d'une vaste opération d'aménagement de l'environnement et plantation tout azimuts d'arbres et d'arbrisseaux d'ornement de diverses variétés à travers la ville. Tous les ronds points  aux entrées de l'agglomération, de même que les quarante kilomètres d'autoroute jusqu'aux  abords des  frontières avec la wilaya d'Oran ne sont pas demeurées en reste de l'opération et ont bénéficié de la même attention (allée centrale éclairée, revêtue de gazon et repiquée en "palmiers et fructus"). Néanmoins plus d'un citoyen à Mostaganem, s’interroge sur le manque d'entretien et à quand le "relookage" des espaces vert du centre-ville, au niveau précisément de la place du 1ér Novembre   (ex place de la République- mosquée Badr).

Habib SI AFIF            




INONDATIONS A CONSTANTINE
Réception avant fin avril d'un projet de protection de la partie basse d'Ali Mendjeli

Un projet de protection de la partie basse de la ville d'Ali Mendjeli, dans la wilaya de Constantine, contre les inondations sera réceptionné "d'ici à fin avril prochain", a rapporté samedi la direction des Ressources en eaux. Les travaux de réalisation de ce projet, confiés à deux entreprises nationalesj "tirent à leur fin", avec un taux d'avancement ''d'environ 95%'', a indiqué la direction, mettant l'accent sur l'importance de cette opération structurante pour cette région inondable et traversée par un oued. Le projet a été scindé en deux lots, dont le premier, portant sur la réalisation d'un pertuis canal permettant le passage de l'eau et freinage des crues a été déjà achevé, et le second lot portant sur la construction d'un collecteur des eaux pluviales d'un linéaire de 2km destiné à lutter contre les inondations menaçant cette région est "sur le point d'être réceptionné'', a précisé la même source. La direction des Ressources en eau a, également, expliqué que la réalisation de ce projet, lancé en 2016 pour un délai de 18 mois, avait été quelques peu perturbée en raison des aléas causés par le chantier de l'extension du tramway ouvert sur ce même site. L'opération de protection de la partie basse de la ville Ali Mendjeli contre les inondations avait été décidée au profit de la wilaya dans le cadre d'un ''plan d'urgence'' retenu au lendemain des crues qui avaient affecté fin août 2015 cette agglomération, a-t-on rappelé. Une enveloppe financière évaluée à 700 millions de dinars avait été dégagée pour la réalisation de ce projet implanté à l'entrée de la ville Ali Mendjeli, a rappelé la même source, insistant sur l'urgence de régler le problème d'évacuation des eaux pluviales, "cause principale des inondations menaçant cette agglomération''. Ce projet mené en étroite collaboration avec le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire s'inscrit au titre de la stratégie nationale de lutte contre les inondations, a ajouté la même source, rappelant que l'étude réalisée récemment par le ministère des Ressource en eau sur la problématique des inondations a classé la ville Ali Mendjeli parmi "les régions à haut risque'' qui nécessitent des interventions sur le terrain pour remédier au phénomène.






L’INVESTISSEMENT A SOUK AHRAS
Il est otage des entraves financières et de la nature du foncier

L’investissement à Souk Ahras demeure otage des entraves financières et de la nature du foncier, s’accordent à dire responsables concernés et investisseurs. Sur les 248 projets d'investissement avalisés par le comité de wilaya d’assistance à la localisation et à la promotion de l’investissement et de la régulation du foncier (Calpiref), seuls 24 ont effectivement été concrétisés depuis 2011 dans la wilaya de Souk Ahras, a indiqué le directeur de l’industrie et des mines, Mohamed Laïd Hamzaoui. Le même responsable a souligné à l’APS que sur ce nombre de projet, 91 se trouvent au stade des procédures administratives tandis que 133 n’ont pas démarré pour multiples causes dont les lenteurs de certaines administrations, l’incapacité financière des porteurs de projets et la nature du foncier industriel. Il a précisé que 50 % des projets concernent le secteur industriel (agroalimentaire, matériaux de construction, plastique, bois, papier), 8 % le secteur touristique, 18 % portent sur la création de cliniques médicales, crèches, stations multiservices et centres commerciaux et 10 % concernent le secteur agricole.  Parmi ces projets, 127 sont  répartis sur les zones d’activités de M’daourouche, Sedrata, Oued Keberit et Sidi Fredj en cours d’aménagement, et 116 sur des terrains de la propriété de l’Etat, selon la même source qui a relevé que tous ces projets étaient censés mobiliser des investissements d’une valeur de 33 milliards DA devant générer 8.550 emplois. Pour la directrice locale du tourisme par intérim, Nafissa Fatmi, la faiblesse dans la concrétisation des projets tient au "non-sérieux" de certains investisseurs qui ont bénéficié de tout l’accompagnement des services de la direction locale et de ceux du ministère de tutelle sans toutefois lancer les travaux de réalisation ou parfois les lancer "timidement". Elle a dans ce sens, rappelé que 20 investisseurs ont obtenu l’accord des services centraux pour leurs projets touristiques mais seulement 5 ont entamé effectivement les travaux de réalisation tandis que 14 n’ont encore pas entamé les travaux et un se trouve à l’arrêt pour cause de litige sur le terrain d’assiette lancé, a ajouté la même responsable. Il a aussi relevé que le wali a annulé dernièrement 16 concessions foncières pour défaut de concrétisation des projets.

-- L’incapacité financière, l’autre problème de l’investissement --

 De son côté, la directrice du guichet unique de l’Agence nationale de développement de l’investissement (Andi), Wahida Bikasse, estime que le financement, la nature juridique du foncier et le passage par les terrains des réseaux en plus du non-sérieux de certains porteurs de projets sont les principales entraves à l’engagement des projets en dépit des avantages fiscaux et parafiscaux offerts par l’Andi et dans le cadre du programme des Hauts-plateaux. Lounesse Khaoula, propriétaire d’une chaîne hôtelière à Boumerdès, a imputé à "la bureaucratie et les écueils administratifs dont ceux du service de contrôle technique de la construction", l’arrêt des travaux de son hôtel 4 étoiles pour la réalisation duquel il a pourtant bénéficié en 2017 d’une concession au POS-10 à Souk Ahras. Selon cet investisseur, les lenteurs de certaines administrations lui ont causé de "grands préjudices financiers" conséquemment à la suspension des travaux et a appelé le ministère de tutelle et les autorités de wilaya à intervenir pour relancer les travaux de cet hôtel qui sera un plus pour cette wilaya frontalière dépourvue de structures d’accueil et d’hébergement. L’investisseur Yacine Djouamaa, patron de la société El Kalam de fabrication d’articles scolaires, a indiqué avoir bénéficié d’un terrain de 1.300 m3 pour l’extension de son entreprise qui emploie 30 travailleurs mais la non-identification de la nature juridique du terrain a fait que le projet "stagne".






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,