23-01-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   INSTALLATION D’UNE COMMISSION INTERSECTORIELLE : Pour la sauvegarde de la production nationale      TEMMAR : Plus de 16.000 logements LPA et LSP accusent un retard dans 46 wilayas      Dialogue 5+5 : Nécessité de renforcer le dialogue et de la concertation pour faire face aux défis      MIGRATION : L’Algérie appelle à intégrer les dimensions de sécurité et de développement      LES AVIONS D’AIR ALGERIE CLOUES AU SOL A ALGER : Une cellule de crise mise en place      LUTTE ANTITERRORISME : Trois éléments de soutien au terrorisme arrêtés à Souk Ahras   
 

   

 
    Nation / Evénement
 
INSTALLATION D’UNE COMMISSION INTERSECTORIELLE
Pour la sauvegarde de la production nationale





Une Commission consultative intersectorielle chargée du suivi du dispositif de sauvegarde de l’outil national de production a été installée dimanche auprès du ministère du Commerce, a indiqué ce département ministériel dans un communiqué. "Le Ministère du Commerce informe l’ensemble des opérateurs économiques qu’il a été procédé, le dimanche 21 janvier 2018, à l’installation des membres de la Commission Intersectorielle Consultative chargée du suivi des mesures de sauvegarde de la production nationale", lit-on dans le communiqué. Cette Commission, qui entre dans le cadre du dispositif de l'encadrement des importations et de la protection de la production nationale, s’ajoute aux mesures d'élargissement de la liste des marchandises soumises à la Taxe intérieure de consommation (TIC de 30%) pour 10 familles de produits finis, et de relèvement des droits de douanes (60%) pour 32 familles de produits finis ainsi que la suspension provisoire à l’importation de 851 produits. Dans ce sens, un arrêté interministériel a été élaboré conjointement, en janvier courant, par les ministères respectivement des Finances, du Commerce, de l'Industrie et des mines et de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche. Ce nouveau texte règlementaire porte sur l'institution d'un dispositif de gestion et de suivi des mesures de sauvegarde à travers la création d’une Commission consultative intersectorielle chargée du suivi de ces mesures, et sur la mise en place d’un dispositif relatif à la réception et au traitement des demandes de sauvegarde. Les mesures de sauvegarde, selon le ministère du Commerce, peuvent prendre la forme de droits de douane additionnels ou restrictions quantitatives provisoires devant permettre la réhabilitation et la protection de l’industrie locale contre les flux d’importations massives ou néfastes. La Commission consultative est chargée d’examiner les demandes de sauvegarde et leurs opportunités et de donner son avis concernant ces demandes de sauvegarde faites par les opérateurs économiques après examen des résultats de l’enquête prévue par la réglementation en vigueur. Il s'agit aussi pour cette Commission de proposer les mesures de sauvegarde appropriées, de donner son avis sur toute question liée aux sauvegardes comme elle peut solliciter toute information ou donnée jugée nécessaire dans le cadre de l’accomplissement de ses missions auprès des institutions et autres entités publiques et/ou privées. Se réunissant en session ordinaire une (1) fois par mois et en sessions extraordinaires en cas de besoin, cette Commission est présidée par le Directeur général du commerce extérieur et composée de sept (07) membres représentants des ministres respectivement des Finances (Direction générale des Douanes et Direction générale des impôts), du Commerce, de l’Industrie et des mines, de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche et d’un représentant de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI). La Commission peut faire appel à toute personne ou expert en raison de ses compétences pour l’assister dans ses travaux. Quant aux demandes d’application des mesures de sauvegarde, elles sont formulées par les opérateurs économiques et devront être déposées au niveau du ministère du Commerce. Préalablement à l’examen des demandes par la Commission consultative intersectorielle, le secrétariat de cette dernière est tenu de la vérification de l’identification du requérant (branche de production nationale), du volume de production du requérant par rapport à la production nationale sur les trois dernières années, de la capacité de production théorique et réelle, du taux de couverture du marché, du nombre d’employés, de l’investissement actuel et en projet, de l’accroissement des importations et de la nature du dommage. Pour rappel, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait indiqué récemment que le gouvernement va mettre en place des mesures de sauvegarde du marché national pour réduire le volume des importations, préserver les réserves de change et permettre à l’entreprise algérienne de se réapproprier le marché local. Son Plan d'action a évoqué la mise en place de dispositions de sauvegarde destinées à réduire la facture des importations, et ce, avec le concours des organisations des opérateurs économiques.






TEMMAR
Plus de 16.000 logements LPA et LSP accusent un retard dans 46 wilayas





Le ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville, Abdelwahid Temmar, a indiqué lundi à Alger que les travaux de réalisation de plus de 16.000 logements promotionnels aidés et participatifs accusaient un retard dans 46 wilayas.

Présidant la cérémonie d'attribution d'attestations d'agrément à 122 promoteurs immobiliers, M. Temmar a précisé que le secteur s'employait à régler les problèmes enregistrés en vue de relancer les projets accusant un retard. Lire aussi: Les entreprises obligées de "rattraper le retard" avant  la "résiliation de leurs contrats" Quelques 270 promoteurs immobiliers n'ont pas tenu leurs engagements et 344 chantiers sont à l'arrêt. Parmi les entraves rencontrées, le ministre a cité l'utilisation des fonds des souscripteurs dans d'autres projets, les litiges entre souscripteurs et promoteurs immobiliers portés devant la justice et d'autres problèmes liés au foncier. 






Dialogue 5+5
Nécessité de renforcer le dialogue et de la concertation pour faire face aux défis





La nécessité de renforcer la dialogue et la concertation entre les pays membres du Dialogue 5+5 a été soulignée dimanche à Alger à l'occasion de la tenue de la 14ème conférence des ministres des Affaires étrangères de ce cadre de rencontre entre des pays du bassin méditerranéen. Dans une déclaration commune ayant sanctionné les travaux de cette réunion, les ministres ont estimé que le dialogue politique constituait le "moyen idoine" pour le règlement des crises qui secouent la région, appelant, à cet égard, à la poursuite et à l'approfondissement du dialogue et de la concertation sur l'ensemble des questions d’intérêt commun, "en vue d'un rapprochement des positions et d'une plus grande cohésion des positions dans les fora régionaux et internationaux". Concernant la lutte contre le terrorisme et la radicalisation, les participants ont convenu de promouvoir une "approche solidaire" et une "coopération renforcée", plaidant pour l'échange d'expériences en matière de prévention de la radicalisation, de dé-radicalisation, de lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme, "notamment à travers la démystification du discours terroriste par la réhabilitation pleine et entière des victimes". Ils ont aussi exprimé leur préoccupation face au retour des combattant terroristes étrangers et salué toutes les actions du Forum mondial de lutte contre le terrorisme "CGTF" sous la co-présidence du Maroc et des Pays-Bas, ainsi que les autres Groupes de travail dont celui de l'Afrique de l'Ouest co-présidé par l'Algérie et le Canada, "dans le but d'anticiper et de répondre efficacement aux menaces du terrorisme". Evoquant la situation au Sahel, les ministres ont réaffirmé leur attachement à l'Accord d'Alger pour la paix et la réconciliation nationale au Mali "pour un règlement définitif de la crise malienne, dans le respect de la volonté d'appropriation par les Maliens du processus de dialogue national, de l'unité nationale et de l'intégrité du territoire du mali, ainsi que d'ouverture de perspectives réelles pour un développement inclusif", plaidant pour une "mobilisation continue" de la Communauté internationale pour une application "pleine et effective" de l'Accord d'Alger pour "assurer la stabilité et la sécurité au Mali, mais également dans la région sahélo-saharienne". En ce qui concerne le conflit libyen, la réunion d'Alger a réaffirmé la position des pays membres du Dialogue en faveur d'une solution politique à la crise dans ce pays "loin de toute ingérence étrangère, basée sur le dialogue inclusif et la réconciliation nationale dans le cadre de l'Accord du 17 décembre 2015, seul cadre viable de règlement de ce conflit sous l'égide des Nations unies". Dans son allocution à l'ouverture de cette rencontre, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel a indiqué que cette réunion des pays du Dialogue 5+5 "est un espace propice pour une approche consensuelle et pragmatique de coopération dans l'intérêt de la stabilité, de la sécurité et de la prospérité dans le voisinage". Indiquant que la réunion a été organisée sous le thème fédérateur du développement économique et social inclusif, partagé et durable, face aux défis communs dans la région, le chef de la diplomatie algérienne a relevé que les problématiques relatives au développement économique et social inclusif , à la jeunesse et à l'emploi, à la migration et au développement durable, ainsi que ceux liés à la sécurité, au terrorisme et à la radicalisation, tout comme les crises et conflits qui secouent "notre région sont autant d'enjeux et de défis que nous avons la volonté et la détermination de relever, en travaillant ensemble sur la base de nos expériences nationales et des efforts de la communauté internationale". Il a également appelé au règlement des crises au Sahel et au Moyen-Orient à travers la solution politique afin de "mettre fin aux souffrances des peuples" de certains pays de ces régions. Pour sa part, le ministre français des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, qui a coprésidé cette rencontre avec M. Messahel, a mis en avant l'importance d'engager des actions communes autour de l'emploi et de la formation des jeunesses des pays de la Méditerranée dans le cadre du développement économique et social inclusif, partagé et durable. "Nous souhaitons que la question de l'accès au marché de l'emploi et de la formation soit vraiment le sujet principal de nos actions communes dans les mois qui viennent (...) je crois que le sujet de la jeunesse est le sujet central de cette rencontre", a-t-il dit. Selon le chef de la diplomatie française, la réunion d'Alger qui s'inscrit dans le cadre de coopération et d'échanges, permet d'échanger librement et de réfléchir ensemble à des solutions concrètes et opérationnelles aux défis qui se posent aux pays membres du Dialogue 5+5. Le Dialogue 5+5 regroupe les cinq pays de l'UMA (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie) pour la rive sud de la Méditerranée et l'Italie, la France, l'Espagne, le Portugal ainsi que Malte pour la rive Nord. L'Algérie accueille pour la deuxième fois la réunion des ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5 après celle tenue à Oran en 2005, rappelle-t-on.






MIGRATION
L’Algérie appelle à intégrer les dimensions de sécurité et de développement





Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a appelé, dimanche à Alger, à intégrer les dimensions de sécurité et de développement en adoptant une "approche globale" face au phénomène migratoire qui se pose dans la région méditerranéenne. "Notre région fait face au phénomène migratoire, une question fondamentalement humaine, qui appelle une approche globale, intégrant les dimensions de sécurité pour éradiquer les réseaux criminels liés à la traite humaine, de développement pour lutter contre les causes économiques et sociales et le respect de la dignité humaine en conformité avec les droits humains et les conventions internationales et régionales y afférents", a-t-il déclaré à l'ouverture de la 14ème conférence des ministres des Affaires étrangères du Dialogue 5+5 qu'il a co-présidée avec son homologue français, Jean-Yves Le Drian. Pour M. Messahel, "la Méditerranée qui a été, au cours de sa longue histoire, une zone de fracture devrait pouvoir devenir un espace de coopération et de prospérité partagée et retrouver ainsi sa vocation de creuset civilisationnel, culturel et humain, riche et pluriel, devant constituer le socle sur lequel nous devrions bâtir une communauté méditerranéenne au destin commun qui favoriserait les échanges et la mobilité entre les deux rives". Il a souligné dans ce sens que le Dialogue 5+5 "est le cadre qui permet de forger le consensus autour d'une démarche à adopter face au phénomène migratoire qui devrait prendre la forme d'une approche multidimensionnelle, équilibrée et solidaire, cohérente avec notre partenariat régional", estimant que "le Continent africain vit une migration intra-africaine beaucoup plus importante comparée à celle que connait la région méditerranée dont les causes profondes trouvent leur explication dans les situations de crise et de conflit". Rappelant que l'Algérie "qui servait de transit, est devenue une destination de migrants en provenance des pays subsaharienne voisins", M. Messahel a estimé qu'"il est dans l'intérêt de tous de convenir d'une approche commune, basée sur le développement d'un partenariat économique et sur la solidarité et le respect de la dignité humaine pour faire face, de manière efficace et durable, à ce défi migratoire commun". "Notre région est parmi les zones qui souffrent le plus du terrorisme, phénomène qui n'est pas sans conséquence sur nos sociétés, nos économies et sur le développement de nos pays", a fait remarquer M. Messahel, ajoutant que "dans cet espace, le terrorisme s'appuie sur le crime organisé transnational lié à la traite humaine, au trafic de drogue et à la collecte  des rançons".Face à cette menace commune, "l'Algérie et certains des partenaires de notre Forum disposent de mécanismes informels bilatéraux de dialogue et de coopération qui donnent des résultats encourageants", a-t-il mentionné, précisant que l'Algérie "a également développé une stratégie de déradicalisation qu'elle met à la disposition des pays de la région et de la communauté internationale". Messahel a soutenu que le cadre du 5+5 "doit promouvoir un dialogue en vue de l'éradication de ce phénomène, dont la menace risque de s'accentuer en raison du retour des terroristes affiliés à +Daech+", soulignant que l'Algérie "qui se situe au centre de l'axe Europe-Maghreb-Méditérréannée-Afrique, a toujours montré sa pleine disponibilité à ne ménager aucun effort dans la construction d'un espace de paix, de convivialité et de coopération en Méditerranée occidentale".






LES AVIONS D’AIR ALGERIE CLOUES AU SOL A ALGER
Une cellule de crise mise en place





Les avions d’Air Algérie étaient cloués au sol lundi, notamment à l’aéroport d’Alger, en raison d’une grève surprise et « sans préavis » du personnel naviguant entamée très tôt ce matin, selon la compagnie nationale. “Air Algérie a été surprise ce matin par une grève surprise illégale. Aucun vol n’a décollé d’Alger”, a déclaré Mounia Bertouche, directrice de la communication de la compagnie à la radio nationale. « Les vols au départ d’Alger n’ont pas pu décoller », précise la compagnie nationale dans un communiqué. « Ce mouvement de grève n’a pas été largement suivi par Oran et Annaba, où des vols ont pu être effectués ce matin », ajoute Air Algérie. « Une cellule de crise a été mise en place dès le déclenchement de ce mouvement afin de remédier à cette situation ». Air Algérie met à la disposition de ses passagers des numéros de téléphones pour s’informer de la situation de leurs vols : 021 50 90 70 et 021 50 92 86.

La grève partiellement suivie à Oran et Annaba

Le mouvement de grève déclenché lundi par le personnel navigant commercial d'Air Algérie a été totalement observé à l'aéroport d'Alger mais partiellement suivi à Oran et Annaba, tandis qu'une cellule de crise a été installée, a indiqué la compagnie nationale dans un communiqué. Air Algérie indique qu’un mouvement de grève sans préavis a été déclenché par le personnel navigant commercial lundi dès 4h du matin.   "Les vols au départ d’Alger n’ont pas pu décoller", a-t-elle précisé, ajoutant que "ce mouvement de grève n’a pas été largement suivi par Oran et Annaba où des vols ont pu être effectués lundi matin". Air Algérie met à la disposition de ses passagers des numéros de téléphone pour s’informer de la situation de leurs vols: (021) 50 90 70 - (021) 50 92 86. Pour rappel, le personnel navigant commercial d'Air Algérie a déclenché lundi une grève en soulevant plusieurs revendications dont la révision de la grille des salaires. En raison de ce débrayage du personnel navigant commercial, plusieurs vols internationaux et nationaux de la compagnie aérienne nationale ont été annulés.

 

DES SYNDICATS ACCUSENT LA DIRECTION

 

Rien ne va plus entre la direction d’Air Algérie et des représentants des travailleurs alors que le personnel naviguant a déclenché ce lundi une grève surprise. Dans un communiqué, le Syndicat national des techniciens de maintenance des avions (SNTMA) assure que l’entreprise « vit dans un climat d’incertitude et malsain avec des suspicions d’un lendemain incertain » depuis « l’arrivée du nouveau staff dirigeant ». Il évoque les « agissements amateurs et irresponsables de l’employeur, de son entêtement, de sa mauvaise administration et de son inconsidération (manque de considération) envers les partenaires sociaux ». Le SNTMA évoque aussi le « non-respect des lois de la République, des conventions et des accords ». « Le SNTMA a été convié à des réunions bimestrielles organisées par la direction générale et dont l’ordre du jour est pour la énième fois l’examen de la situation de l’entreprise et ne porte aucunement sur nos préoccupations », précise le syndicat qui juge qu’il est « inutile d’y assister pour deux raisons. Il s’agit de « l’impossibilité de dialoguer avec une partie qui ne respecte pas la loi du travail et la convention collective ». « Ce type de réunions ne sont que subterfuges utilisés par la direction générale pour tromper les autorités et l’opinion publique sous prétexte qu’un dialogue est toujours en cours », ajoute la même source. La veille, c’est le syndicat des pilotes de ligne UGTA qui déplorait le « caractère arbitraire, autoritaire et sectaire de la direction actuelle ». « L’expression des deux poids, deux mesures ne suffit plus à qualifier les pratiques de celle-ci », a-t-elle affirmé dans un communiqué. « Les lois et règlements de la compagnie sont bafoués, en l’occurrence : le non-respect des procédures dans l’affaire des commandants de bord arrêtés de vol et les vices de formes dans le traitement de ce dossier », a avancé le syndicat qui dénonce également le « non-respect du plan de formation » et la « non-application de l’accord salarial ».






LUTTE ANTITERRORISME
Trois éléments de soutien au terrorisme arrêtés à Souk Ahras





Trois personnes, soupçonnées de soutien aux groupes terroristes, ont été arrêtées, dimanche 21 janvier, par l’armée à Souk Ahras, annonce le ministère de la Défense nationale dans un communiqué publié ce lundi. « Dans le cadre de la lutte antiterroriste et grâce à l’exploitation efficiente de renseignements, un détachement de l’Armée Nationale Populaire a arrêté, le 21 janvier 2018 à Souk Ahras, trois éléments de soutien aux groupes terroristes », précise le MDN.







 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 

Est ce que vous soutenez l'idée
d'annuler le visa entre l'Algérie et la Turquie ?

                      
Oui Non

Résultats

Oui
                 
25 %
Non               
                 
75 %
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,