18-11-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   Dans un communiqué non signé : Le FLN maintient que Ould Abbes est toujours secrétaire général du parti      AIR ALGERIE : Tous les avions sont contrôlés selon les normes de sécurité internationales      OUYAHIA DEVANT LE 11E SOMMET EXTRAORDINAIRE DE L'UA : L’Algérie pour une organisation continentale pensée et promue par les africains et pour les africains      PREVENTION DES RISQUES DE CATASTROPHES : PREVENTION DES RISQUES DE CATASTROPHES      BANQUE D’ALGERIE : Nouvelle opération de rafraichissement de billets de banque   
 

   

 
    Nation / Evénement
 
Dans un communiqué non signé
Le FLN maintient que Ould Abbes est toujours secrétaire général du parti





Djamel Ould Abbes n’a pas démissionné de la tête du FLN. Le doute sur ce point a été définitivement levé, ce samedi 17 novembre, par un communiqué du parti. « Le secrétaire général du FLN, le docteur Djamel Ould Abbes, affirme qu’il est en période de repos après le problème de santé dont il a été victime », écrit le FLN dans un communiqué. Djamel Ould Abbes « affirme qu’il n’a fait aucune déclaration » aux médias, poursuit le communiqué. Plus tôt dans la matinée, le chef du groupe parlementaire FLN a affirmé que Djmale Ould Abbes n’avait pas démissionné de son poste. « Monsieur le secrétaire général ne s’est pas retiré et il n’a pas démissionné. Il est malade et nous lui souhaitons un rétablissement rapide », a-t-il déclaré à des journalistes. Ces déclarations viennent démentir les affirmations d’une « source officielle » qui s’est confiée mercredi à l’agence APS. Selon cette source, Ould Abbes a décidé « de quitter ses fonctions de Secrétaire général de ce parti en raison de “soucis de santé qui lui imposent un congé de longue durée”. « L’intérim sera assuré par Moab Bouchareb en attendant que les organes habilités du parti du FLN se prononcent sur son remplacement, précise-t-on de même source », a ajouté l’APS. Le FLN semble avoir décidé de corriger le tir pour éviter une situation d’illégalité. Les textes du FLN sont pourtant clairs. L’article 36 du Statut du parti et l’article 9 du règlement intérieur du Comité central précisent que dans le cas de vacance du poste du secrétaire général, le membre le plus âgé du bureau politique dirige le parti en attendant la réunion du CC qui doit intervenir, « obligatoirement », dans les 30 jours qui suivent l’état de vacance pour élire un nouveau secrétaire général. En annonçant que Djamel Ould Abbes n’a pas démissionné, le FLN valide la nouvelle situation : le nouveau patron, Mouad Bouchareb est donc considéré comme un intérimaire en attendant le « rétablissement » de Djamel Ould Abbes.






AIR ALGERIE
Tous les avions sont contrôlés selon les normes de sécurité internationales





Le syndicat des travailleurs d'Air Algérie a assuré samedi à Alger que tous les avions de la compagnie alignés pour les vols "sont techniquement contrôlés en matière de navigabilité selon les normes de sécurité", a indiqué samedi dans un communiqué la section syndicale d'Air Algérie relevant de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA). "Nous assistons ces jours à des attaques contre le pavillon national d'Air Algérie, faisant état d’absence de contrôle technique de ces avions. N Nous rassurons les usagers et affirmons solennellement que les avions d’Air Algérie alignés pour les vols sont techniquement contrôlés en matière de navigabilité selon les normes de sécurité prescrites par les autorités nationales et internationales", a précisé la même source. "L’entretien des avions est assuré par des mécaniciens et ingénieurs hautement qualifiés et certifiés par l’autorité nationale (DACM), précise-t-il. A ce titre, "tout intervenant sur avion doit détenir une licence délivrée par la DACM et possédant une APRS (Approbation pour remise en service) dûment apposée sur l’ATL (Aircraft Technical Org) qui est un livret technique de l’avion consulté par l’équipage technique et les autorités compétentes dans les aéroports de destinations". Dans ce sens, la section syndicale a indiqué qu'avant chaque départ, "l’avion est soumis à trois contrôles rigoureux exercés par le mécanicien d’avion, le service de contrôle interne à la compagnie (SACA) et le personnel navigant technique". A l’arrivée à destination, et à l’instar des autres compagnies aériennes mondiales, "l’avion d'Air Algérie est lui aussi soumis à un énième contrôle technique par les autorités habilitées tel le SAFA (Safety assemblement of foreign aircraft) pour la région d’Europe, fait savoir la même source. Ainsi, la section syndicale d'Air Algérie "réfute toutes les informations à sensation en qualifiant leurs auteurs de personnes qui n’hésitent pas à utiliser tous les moyens pour calomnier et diffamer, et commettent l’imprudence de douter et de s’attaquer à la maintenance aéronautique algérienne qui a déjà acquis ses lettres de noblesse depuis des décennies". "Que dire alors de la qualité du travail accompli actuellement dans les installations ultra modernes et n’ayant rien à envier aux autres compétences étrangères", a argué le syndicat. "Il faut au moins avoir l'honnêteté de reconnaitre le travail exceptionnel accompli par des techniciens et ingénieurs compétents et expérimentés, et reconnu même par les avionneurs et les équipementiers étrangers", poursuit-il. Il précise que la maintenance est dotée d’agréments européens et internationaux lui permettant d’exercer l’activité selon les normes requise tels que le DACM (agrément national) , EASA part 145 (agrément européen), IOSA agrément international et la certification ISO ( standard de qualité). Selon le syndicat, "ces agréments ont été âprement obtenus par la compagnie après un travail sérieux et soutenu".






OUYAHIA DEVANT LE 11E SOMMET EXTRAORDINAIRE DE L'UA
L’Algérie pour une organisation continentale pensée et promue par les africains et pour les africains





Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en qualité de représentant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a souligné samedi à Addis-Abeba que " l’Algérie sera aujourd’hui et demain un défenseur et un acteur convaincu d’une organisation continentale pensée et promue par les Africains et pour les Africains". M. Ouyahia a souligné à l'ouverture des travaux du 11e sommet extraordinaire de l'UA, que "l’Algérie sera aujourd’hui et demain un défenseur et un acteur convaincu d’une organisation continentale pensée et promue par les Africains et pour les Africains", ajoutant que c'est "une organisation où se retrouve et où fusionnent souverainement nos volontés nationales au profit de notre unité et de notre solidarité". Il a également mis en exergue l’importance qu’accorde l’Algérie à l’Afrique en déclarant qu’elle "considère son appartenance africaine comme un élément central de son identité et demeure fidèle aux solidarités qu’elle a partagées avec les autres peuples et pays du continent pour les causes de la liberté et du développement". Ce Sommet étant axé sur la question de la réforme institutionnelle de l’UA, M. Ouyahia a, tout en soulignant l’adhésion de l’Algérie à ce processus et en faisant part de sa satisfaction des nombreux consensus dégagés autour de certaines questions, appelé à poursuivre la finalisation des aspects toujours en discussion. A ce titre, M. Ouyahia a réaffirmé un certain nombre de principes que l’Algérie considère comme "essentiels" pour le succès de la réforme de l’organisation continentale. Il s’agit en premier lieu, a indiqué M. Ouyahia, des "principes et valeurs contenus" dans l’Acte constitutif de l’UA et qui continuent d’unir ses Etats. Il a, dans ce cadre, ajouté que "l’Union africaine doit, naturellement, demeurer sous le contrôle souverain des Etats membres et ses mécanismes ont la charge de mettre en œuvre les décisions et les politiques arrêtées par les instances délibérantes". Le Premier ministre a également insisté sur la nécessité de maintenir la procédure d’élection des membres de la Commission de l’Union africaine, selon les critères de parité de et de représentation équitable. S’agissant des questions d’intégration régionale, M. Ouyahia a appelé à la préservation de la place des sous-régions et des communautés économiques régionales, en relevant que la création de la zone de libre échange continentale et le renforcement du rôle de la Commission de l’Union ne doivent pas remettre en cause ces réalités. Dans le même sillage, M. Ouyahia a abordé la question liée à la future agence de développement de l’UA en relevant que celle-ci "devra préserver et mettre en œuvre les décisions déjà adoptées par l’Union en matière de développement, qu’il s’agisse de programmes prioritaires ou qu’il s’agisse de l’Agenda 2063, tout en préservant les acquis légués par le NEPAD et en consolidant ses projections de développement". S’agissant du Mécanisme africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP), le Premier ministre a appelé au maintien du caractère volontaire de ce mécanisme. Les questions de la gestion administrative et financière étant également à l’ordre du jour du Sommet, M. Ouyahia a indiqué que "l’Union africaine doit accorder une grande importance à la rationalisation des dépenses, surtout que nous voulions affirmer l’autonomie financière de notre Union". Il a, dans le même ordre d’idée, appelé à la révision du barème des contributions des Etats membres en soutenant que "l’Algérie qui a toujours donné l’exemple par sa disponibilité et sa régularité en la matière, considère qu’une répartition plus équitable des contributions financières entre les Etats membres est aussi un élément important dans le cadre de la réforme de l’Union africaine ". Enfin, M. Ouyahia a déclaré que l’Algérie partage la nécessité de consolider le rôle de la Commission. Cependant, elle insiste sur la préservation des Missions du Comité des Représentants permanents (COREP) qui est l’organe du contrôle permanent de l’Union africaine par ses Etats membres.






PREVENTION DES RISQUES DE CATASTROPHES
PREVENTION DES RISQUES DE CATASTROPHES





Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a mis en avant, samedi à Alger, la vision du président de la République portant actualisation de la Stratégie nationale de prévention des risques de catastrophes et dessiner ses contours à l'horizon 2030. En concrétisation de cette vision ambitieuse, le ministère de l'Intérieur et les collectivités locales se sont fixés comme priorité la prévention des grands dangers qui guettent le pays, a indiqué le ministre dans son intervention lors de la journée d'étude sur les dangers d'inondations. A cet effet, le ministère a procédé, depuis 2017, à l'adoption d'un nouveau plan d'action pour faire face aux catastrophes naturelles qui a donné ses fruits cet été en matière de lutte contre les feux de foret grâce à la mobilisation de tous les secteurs ministériels, les autorités locales, la protection civile et la délégation nationale des risques majeurs.






BANQUE D’ALGERIE
Nouvelle opération de rafraichissement de billets de banque





La Banque d’Algérie va procéder à l’émission imminente de nouvelles coupures de billets de banque et pièce de monnaie dans le cadre d’une opération de rafraichissement de monnaies, a appris l’APS auprès de responsables de la Banque d’Algérie. Il s’agit de l’émission de nouvelles coupures de billets de banque de 500 DA et de 1.000 DA, et de la pièce de monnaie de 100 DA. Lors d’une rencontre tenue jeudi dernier à Alger avec les P-dg des banques et des établissements financiers, le gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Loukal, a informé ces derniers de cette décision prise par le Conseil de la monnaie et du crédit lors de sa session du 4 novembre en cours, précise la même source. A ce propos, le gouverneur de la Banque centrale a expliqué aux dirigeants de la place bancaire et financière du pays qu’il s’agit d’une ''opération classique de rafraîchissement des monnaies déjà en circulation, certaines datant de plus de trois (3) décennies, alliant, par ailleurs, les nouvelles techniques de sécurisation et de promotion de l’évolution de l’Algérie en matière de développement et de modernisation''. Dans ce sens, M. Loukal a souligné avec insistance que "cette action ne constitue qu’une substitution progressive en matière de recyclage des billets en circulation de 500 DA et de 1.000 DA, à même valeur faciale". Il a ainsi tenu à préciser que cette opération "ne peut être et ne doit pas être interprétée comme un changement de la monnaie nationale".

 

 

 

 






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,