13-11-2018
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   SALON DE L’EMPLOI ‎ : Le groupe Cevital captive les jeunes‎      SOUS-TRAITANCE : Un potentiel et un savoir-faire sous-exploités      PLF 2019 : Le taux de change fixé à 118 DA/1 dollar pour la période ‎‎2019-2021‎      A QUELQUES SEMAINES DE LA REUNION DE VIENNE : Riyad plaide pour une ‎réduction de un million de barils/jour   
 

   

 
    Economie
 
SALON DE L’EMPLOI ‎
Le groupe Cevital captive les jeunes‎

Fortement représenté au Salon de l’emploi, Talents Job Days, qui s’est tenu en ce début de semaine au palais de la Culture à Alger, le groupe privé Cevital a attiré, à travers son stand, une forte affluence parmi les jeunes universitaires en quête d’opportunités d’embauche et de formation.«Des centaines de jeunes ont afflué au stand du premier recruteur privé algérien pour postuler auprès des équipes présentes, et plusieurs d’entre eux ont eu l’occasion d’y décrocher des entretiens avec les professionnels de l’entreprise», indique ainsi le groupe Cevital à la clôture du Salon, auquel il a pris part avec ses diverses filiales activant dans de nombreux métiers. Présent à l’ouverture de cette manifestation, qui a regroupé différents intervenants dans les domaines de la formation et de l’emploi, le patron de Cevital, Issad Rebrab, a réaffirmé la volonté de son groupe d’œuvrer en permanence en faveur de l’investissement et de la création d’emplois en Algérie, et ce, malgré les contraintes et les entraves auxquelles il faudra faire face, a-t-il expliqué.«Nous ne cesserons jamais d’investir et de créer de l’emploi en Algérie, car la création d’emplois et de richesses fait partie de l’ADN de notre groupe», a ainsi tenu à assurer le célèbre homme d’affaires algérien, tout en annonçant que Cevital compte d’ores et déjà lancer de nouveaux projets d’investissement, notamment dans les domaines de l’équipement automobile et de la formation.

A cet effet

 Issad Rebrab a affirmé que son groupe, qui dispose déjà de sa propre université d’entreprise (Corporate University), prévoit d’investir à terme dans une grande université académique, une fois accomplies les procédures réglementaires et d’autorisations nécessaires. «Nous sommes en constante quête de talents et de ressources humaines, que nous recrutons à leur sortie même de l’université pour les former et les encadrer au sein de l’entreprise, ce qui nous permet au final de disposer d’une véritable pépinière de talents et d’obtenir des résultats exceptionnels», a expliqué le patron du groupe Cevital, pour qui l’économie du savoir et la ressource humaine sont assurément la plus grande richesse d’un pays.A rappeler enfin que malgré les blocages dont font l’objet certains de ses projets, le groupe Cevital, qui emploie quelque 18 000 collaborateurs à travers ses 26 filiales implantées sur trois continents, est considéré comme le premier employeur privé en Algérie, avec un éventail d’activités s’étendant à plus d’une dizaine de métiers.






SOUS-TRAITANCE
Un potentiel et un savoir-faire sous-exploités

Le potentiel et le savoir-faire nationaux de  l'industrie de la sous-traitance sont sous-exploités, a indiqué dimanche le  directeur de la Bourse algérienne de la sous-traitance et des partenariats ‎‎ (BASTP), Layeb Azziouz. Intervenant au cours d'une conférence de presse de présentation de la 5ème  édition du salon international de la sous-traitance industrielle (ALGEST  2018), prévue du 21 au 24 novembre au palais des expositions d'Alger , et  co-organisée par le World Trade Center Algiers (WTCA) et la BASTP, M.  Azziouz a estimé que pour exploiter pleinement le potentiel de la  sous-traitance en Algérie, il y a nécessité d'accompagner au plus près les  entreprises du secteur, généralement des PME ou des TPE, pour insuffler une  dynamique sur les moyen et long termes.

Prenant l'exemple de l'industrie automobile, il a plaidé pour l'incitation  des équipementiers étrangers des constructeurs automobiles à créer des  joint-ventures avec des entreprises locales lorsque le volume de production  atteindra un seuil minimal de rentabilité pour les sous-traitants, soit  300.000 à 400.000 unités. Le même responsable a expliqué que le développement de la sous-traitance  est un processus ‎‎"très lent", qui exige des entreprises du secteur de  répondre aux exigences internationales et aux homologations. Présent à la conférence, le président de la BASTP, Kamel Agsous, a indiqué  que le salon accueillera cette année 92 exposants répartis entre donneurs  et receveurs d'ordre dans les filières liées à la métallurgie, la  sidérurgie, la mécanique, l'électricité, l'électronique et la plasturgie  ainsi que les métiers relatifs aux services. Au-delà des secteurs traditionnels, cette édition verra la présence  "marquée" des secteurs du montage automobile, de l'énergie ‎‎(Sonatrach et  Sonelgaz notamment), du transport, du développement durable et de  l'industrie militaire relevant du ministère de la Défense nationale (MDN). Des conférences se tiendront également au cours de l'événement et des  rencontres B to B.  Pour sa part, le directeur général du WTCA, Ahmed Tibaoui, a fait savoir  que ce salon intervient au moment où émerge une "réelle prise de  conscience" de l'intérêt de diversifier l'économie nationale à travers une ‎‎ production locale intégrée, des investissements étrangers et des  partenariats, notamment publics-privés. 






PLF 2019
Le taux de change fixé à 118 DA/1 dollar pour la période ‎‎2019-2021‎

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a indiqué, lundi, que le taux de change a été fixé à 118 DA/1 dollar pour la période 2019-2021 et ce dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) 2019.Répondant aux députés à l'issue du débat consacré à l'examen du PLF 2019, M. Raouia a soutenu que la fixation de cette valeur s'est faite sur la base des orientations de cette-dernière au cours du dernier semestre 2018 dans le cadre de la politique financière adoptée pour la préservation de la valeur de la monnaie nationale.La politique adoptée pour fixer le niveau du taux de change reflète l'évolution du taux de change du dollar et de l'euro dans les marchés financiers internationaux, a précisé le ministre. M. Raouya a expliqué, dans ce cadre, que le recul du taux de change du dinar algérien par rapport aux autres monnaies ne conduira pas nécessairement au recul du pouvoir d'achat des ménages, les prix des matières principales étant plafonnés et subventionnés par l'Etat.Le pouvoir d'achat des ménages est calculé sur la base du taux d'inflation qui demeure ‎‎"maîtrisé" et qui a atteint 4,7% en septembre 2018, poursuit le ministre, imputant ce taux à la politique monétaire adoptée par la Banque d'Algérie (BA) pour relancer les moyens d'absorbation de la liquidité à partir de janvier 2018.S'agissant du recul des réserves de change, le ministre des Finances a indiqué qu'il s'agit d'un résultat «automatique et comptable» des niveaux de déficit qu'a connue la balance des paiements au cours des 4 dernières années, les réserves de change étant, explique M. Raouya, le solde des opérations de la balance des paiements qui recourt à son tour au compte courant.






A QUELQUES SEMAINES DE LA REUNION DE VIENNE
Riyad plaide pour une ‎réduction de un million de barils/jour

L’annonce saoudienne de réduction, en décembre, de 500 000 barils par jour de ses livraisons de pétrole n’a pas tardé à avoir un impact sur les cours du brent. Le prix a augmenté hier, passant à 70,94 dollars, après une chute jusqu’à 69,13 dollars à la clôture du marché vendredi dernier. Le ministre de l’Energie, Khaled El Faleh, est revenu hier encore sur la nécessité de réduire la production mondiale de pétrole de pas moins d’un million de barils par jour, et ce, pour arriver à équilibrer le marché.«L’analyse technique que nous avons passée en revue hier révèle que nous avons besoin d’une réduction approchant un million de barils par jour pour équilibrer le marché. Il y a une accumulation des stocks et les 25 pays producteurs ne permettent pas que cela se poursuive. Les signaux que nous avons envoyés hier veulent dire que nous ferons ce qu’il faudra pour équilibrer le marché», a-t-il soutenu lors d’une conférence de presse sur l’énergie, organisée à Abu Dhabi. Une réunion qui avait pour thème le suivi de l’application de l’accord liant l’OPEP à ses alliés non OPEP pour contrer la chute des cours. Les pays producteurs de pétrole sont soucieux de la baisse prévue de la demande de brut par rapport à l’offre mondiale pour l’année prochaine et appellent à mettre au point de «nouvelles stratégies basées sur des ajustements de la production». C’est cette baisse attendue de la demande qui a fait chuter les prix à près de ‎‎20% en un mois, alors qu’ils avaient atteint leur plus haut niveau jusqu’à près de 90 dollars le baril.La réaction de Riyad a surpris les observateurs de la question énergétique, notamment après les injonctions américaines d’augmenter la production et d’inonder le marché pour remplacer l’offre iranienne soumise à l’embargo étasunien. Des analystes estiment que la pression de Trump sur le royaume wahhabite a baissé d’un ton.

«Donald Trump a eu ce qu’il voulait avant les élections législatives du 6 novembre, des prix du pétrole moins cher malgré les sanctions contre l’Iran», indique l’analyste Schieldrop. Une décision saoudienne qui pourra être suivie par les autres producteurs de l’Organisation et ses partenaires et en premier lieu la Russie. Cette dernière a promis de s’aligner sur tout nouvel accord permettant de limiter la production. L’OPEP tiendra d’ailleurs une réunion plénière en décembre prochain à Vienne, qui pourrait annoncer de nouvelles baisses, prédisent les analystes.






 


 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 
 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,