28-07-2017
                          
 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
   e-TPD : Le contrôle douanier aux frontières a gagné en efficacité      LE COMPLEXE SIDERURGIQUE DE BELLARA : L’unité entrera en production prochainement      PISCICULTURE INTEGREE A L’AGRICULTURE : Lancement d’une opération d’ensemencement de 8.000 alvins dans 16 bassins d’irrigation à Alger   
 

   

 
    Economie
 
e-TPD
Le contrôle douanier aux frontières a gagné en efficacité

Le contrôle douanier des voyageurs aux frontières terrestres a gagné en efficacité depuis la mise en place, depuis plus d'un mois, du Titre de passage en douane en ligne (e-Tpd), a indiqué à l'APS le directeur de la communication de la Direction générale des douanes (DGD), Djamel Brika. "Aujourd'hui, nous avons plus de latitude à effectuer des contrôles des véhicules, des bagages et des voyageurs. La nouvelle procédure du Tpd en ligne a permis aux services douaniers plus de visibilité et d'efficacité en matière de contrôle", relève le même responsable. La DGD a mis en place, depuis le 18 juin dernier, une application sur son site web qui fournit un formulaire que les voyageurs peuvent remplir et imprimer à domicile, avant de le présenter lors de leur passage aux postes frontaliers algéro-tunisiens, réduisant sensiblement le temps de passage aux frontières à 5 minutes. Auparavant, le titre de passage en douane était établi par les douaniers au niveau de la frontière, engendrant une attente qui prenait au minimum trente (30) minutes. "Ainsi, tous les agents qui étaient, auparavant, réquisitionnés pour établir les titres de passage en douane sont, désormais, orientés vers le contrôle des marchandises, des bagages et des véhicules. Ils s'acquittent également du contrôle d'éventuels transferts illicites de devises, et ce, outre les brigades canines chargées de la lutte contre le trafic des stupéfiants. En conséquence, les agents augmentent en efficacité", relève-t-il. Selon M. Brika, l'établissement du Tpd électronique, qui consiste en une formalité détaillant le franchissement de la frontière par les véhicules en vue de leurs traçabilité, "n'exempte en rien du contrôle douanier qui reste automatique et assidu". "Un contrôle des bagages et des véhicules se fait même après la procédure de passage en douanes établie en ligne. Il est même renforcé selon les affluences qui peuvent être prévues à l'avance", explique-t-il. Ce contrôle est renforcé particulièrement pour les voyageurs véhiculés qui traversent très fréquemment les frontières. 

Prévoir à l'avance le nombre de véhicules passant la frontière

 Par ailleurs, le même responsable constate que depuis l'instauration du e-Tpd, les services des douanes peuvent prévoir à l'avance le nombre de voitures qui traverseront la frontière quotidiennement et par poste frontalier. Cette nouvelle visibilité permet d'opérer des mesures supplémentaires, au niveau de la frontière, et ce, en fonction des affluences quotidiennes, hebdomadaires ou même mensuelles. Dans ces cas, la DGD prévoit alors un renfort en agents douaniers, allant même parfois, en cas de nécessité, à réquisitionner les douaniers qui sont en jour de repos. En outre, l'enregistrement des personnes permet également de prévoir à l'avance les futures passages de personnes suspectes ayant déjà fait l'objet d'un contentieux et augurant d'éventuels risques de fraudes récidivistes, explique-t-il. L'enregistrement en amont de tels individus permet ainsi aux services des douanes de se préparer pour un contrôle minutieux. "Auparavant, on ne savait pas quand et par quel poste frontalier les personnes à antécédents frauduleux pouvaient passer. Mais le Tpd en ligne permet cette forme de visibilité qui exige le renforcement du contrôle", fait savoir M. Brika qui précise que les personnes qui établissent leur procédure de passage en douane en ligne font, ainsi, également l'objet d'un contrôle.






LE COMPLEXE SIDERURGIQUE DE BELLARA
L’unité entrera en production prochainement

Le complexe sidérurgique de Bellara (wilaya de Jijel), fruit d'un partenariat algéro-qatari, entrera en production dans les tous prochains jours, a indiqué mardi un communiqué du ministère du Commerce.  Le communiqué a été rendu public à l'issue d'une audience accordée par le ministre du Commerce, Ahmed Abdelhafid Saci à l'ambassadeur du Qatar en Algérie, Ibrahim Abdulaziz Mohammed Al Sahlaoui.  Les deux parties ont évoqué au cours de cette rencontre plusieurs questions économiques d'intérêts commun, notamment les voies et moyens à même de renforcer l'investissement et le partenariat bilatéral.  Le ministre du Commerce a également souligné la disponibilité de son département à maintenir le cadre de consultation dans le but de créer davantage d'opportunités d'investissement et relancer les contacts entre les investisseurs algériens et qataris, réaffirmant son attachement à augmenter les parts d'exportation et créer des mécanismes pour de nouveaux partenariats, ajoute la même source.  Le premier responsable du secteur du commerce a en outre mis en avant l'importance des investissements qataris en Algérie, à leur tête le complexe sidérurgique de Bellara qui "entrera en production dans les tous prochains jours".  Se félicitant des relations "fraternelles et historiques" unissant les deux pays et des partenariats économiques concrétisés jusque là, l'ambassadeur du Qatar s'est dit satisfait de toutes les facilités et du climat propice à l'investissement en Algérie, grâce à la volonté politique et aux bases solides établies par le programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika.  Fruit d'un partenariat entre le groupe algérien Sider (51%) et l’entreprise Qatar-Steel (49%), le complexe sidérurgique de Bellara produira, dans une première phase, 2 millions de tonnes d’acier par an, puis 5 millions de tonnes dans une deuxième phase.  Réalisé par une entreprise italienne avec un coût de plus de 2 milliards de dollars, le complexe comprend 10 unités de production, deux fours électriques, une station de gaz naturel, un transformateur électrique, une usine de chaux et une unité de traitement des eaux.






PISCICULTURE INTEGREE A L’AGRICULTURE
Lancement d’une opération d’ensemencement de 8.000 alvins dans 16 bassins d’irrigation à Alger

Une opération d’ensemencement de 8.000 alvins de Tilapia répartis dans 16 bassins d’irrigation relevant de trois subdivisions agricoles de la wilaya d’Alger sera lancée à partir de mercredi, a-t-on appris auprès de la direction de la pêche de la wilaya d’Alger. La pisciculture intégrée à l’agriculture consiste en l’introduction de l’élevage de poissons dans un milieu à vocation agricole dans le but de développer les deux activités parallèlement ou séquentiellement en bénéficiant des avantages de l’une pour l’autre. Cette opération d’ensemencement de 8.000 alvins de Tilapia entrant dans le cadre de la campagne intensive de la vulgarisation de la pisciculture intégrée à l’agriculture, sera réalisée en deux phases au niveau de trois subdivisions agricoles (Zéralda, Chéraga et Baraki) dont la première aura lieu mercredi et la seconde est programmée au début du mois d’août, a précisé la direction de la pêche de la wilaya d’Alger dans un communiqué. Les agriculteurs concernés par cette opération ont bénéficié d’une formation sur la technique de pisciculture au niveau de l’institut national supérieur de la pêche et de l’aquaculture afin de leur faciliter la tâche, selon la même source qui ajouté que les alvins ont été fournis par le centre national de la recherche et du développement de la pêche et de l’aquaculture.  La campagne intensive de la vulgarisation de la pisciculture intégrée à l’agriculture a été organisée conjointement par la direction de la pêche de la wilaya d’Alger, l’institut national de vulgarisation agricole, l’institut national supérieur de la pêche et de l’aquaculture, le centre national de la recherche et du développement de la pêche et de l’aquaculture, la direction des services agricoles de la wilaya d’Alger, l’institut national des sols et de drainage et la chambre de l’agriculture d’Alger.







 

   Les pro-Morsi se préparent à l’assaut de la police

   Mellah INSISTE sur l’insertion des jeunes émigrés

   Aucun agrément n’a été encore délivré

   Nouvelle flambée de violence avec 10 morts autour du Caire

   Maison de la presse : La corporation invitée à s’impliquer

             
 
 
 

Est ce que vous soutenez l'idée
d'annuler le visa entre l'Algérie et la Turquie ?

                      
Oui Non

Résultats

Oui
                 
25 %
Non               
                 
75 %
 
 

Espace Pub

 
 

 
    Accueil        La Une       Nation / Evénement      Economie      region      Monde      Sport      culture      high tech   
 

 

Conception & Hébergement  Pronet 2013

Jeunesse d'algérie quotidien d'information , informations, algérie abdelazziz bouteflika , oran, la jeunesse, chebab , el chabab , news paper, presse algérie, journaux , journaliste, guettaf ali , évenement , nation , région , oran , monde sport , culture , emploi, la une, télécharger pdf , enline, syrie , iraq, egypt , liban , france , internationale , tlemcen , algérie, press ,