Attar aux demandeurs d’emplois : « Le secteur des hydrocarbures affiche complet »

Le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a indiqué, ce lundi, que le secteur de l’Energie « n’est plus celui qui va créer de l’emploi » en suggérant de trouver d’autres solutions pour générer du travail notamment dans d’autres secteurs tels que l’agriculture, la création de PME/PMI et les services. Dans ce qui semble être un message aux demandeurs d’emplois, Abdelmadjid Attar a déclaré que « le secteur des hydrocarbures affiche complet ».

« Je le dis et je le redis, le secteur des hydrocarbures ce n’est pas lui qui va créer de nouveaux emplois. Il produit déjà une richesse. Il produit des emplois qui ne sont pas durables uniquement pour réaliser les chantiers », a déclaré le ministre de l’Energie, en ajoutant que « la richesse est ailleurs ». « Le développement du pays doit être basé sur d’autres richesses durables, qui sont éternelles et ça : c’est l’agriculture, ce sont les PME/PMI, ces sont les services…etc. », a-t-il précisé.

« Autrement dit, le secteur des hydrocarbures, aujourd’hui, je peux vous dire qu’il affiche complet », a-t-il déclaré, en précisant : « Il y a un sureffectif énorme au niveau de Sonatrach. Si on compte le nombre de travailleurs au niveau de Sonatrach et de ses filiales, c’est énorme. ça c’est la pression. Il faut donner de l’emploi aux gens, et on ne peut pas continuer. »

Pour le ministre de l’Energie : « Il faut trouver des solutions. Moi, c’est ce que je n’arrête pas de dire. Quand je me rends sur le terrain et je dis qu’il faut que nous puissions créer de l’emploi dans d’autres secteurs et la priorité c’est l’agriculture, les PME/PMI, les micro-entreprises…etc. C’est pour ce la que dans le secteur de l’Energie ont donne la priorité à l’usage de l’énergie en matière de création d’emploi et de richesse, et non plus un usage qui ne produit aucune plus-value », a-t-il expliqué, en rappelant que « 78% de l’énergie consommée en Algérie, elle est consommée dans le domestique (les ménages), ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas, mais, il n’y a aucune plus-value ».

« A partir du moment où vous exercer une pression sur une entreprise pour lui demander de recruter plus que ce dont elle a besoin, que voulez-vous qu’il se passe? Il y a du sureffectif, les règles ne sont pas respectées en quelque sorte, et à ce moment-là, il y a du sureffectif, et automatiquement il y a des passe-droits…etc. », a expliqué M. Attar, estimant que ce n’est pas en « un claquement de doigts »  qu’on mettra fin à cette situation.

« On ne peut mettre fin à cette situation que si on crée de nouveaux emplois durables dans d’autres secteurs », a insisté le ministre, qui a estimé que « les jeunes, aujourd’hui, demandent un emploi durable. » « Il faut développer tous les autres secteurs », a suggéré M. Attar en soulignant que dans le secteur des hydrocarbures il ne restait que la pétrochimie à développer et dans lequel domaine l’Algérie est en retard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + 18 =