KIF, ECSTASY, COCAÏNE ET ARMES BLANCHES : GUERRE DE TERRITOIRE ENTRE GANGS A ORAN: A quand l’application des directives du président de la République ?

Les instructions du président de la République seraient elles ignorées à Oran ?

Les dernières batailles rangées survenues dans divers quartiers d’Oran, ont crée une véritable panique auprès des citoyens à quelques jours à peines après l’annonce du président de la République en personne sur la prise en charge de ce phénomène de gangs de quartiers et de port d’armes blanches sources d’insécurité. Il semble que les instructions du président de la république Abdelmadjid Tebboune, ne sont pas audibles par les responsables des services sécuritaires à Oran. Les maires et les walis n’ont à leur tour pas jugés bon de mettre en pratique ces instructions du premier magistrat du pays. Une situation qui laisse le citoyen interrogatif de ces annonces très médiatisées pourtant, mais non suivies d’effet à Oran, tout particulièrement.

Les quartiers de St Pierre aux centre ville, le boulevard Mostaganem, Miramar dans la délégation El Emir et plus à l’est de la ville à Hai Sabah, el Yasmine ou Belgaid, une guerre de territoire entre trafiquants de drogues, bat son plein a coup d’épées et d’autres armes blanches, la rivalité étant de tracer son territoire pour la vente des poisons nocifs pour la société. Aux Kif, Ecstasy et autres psychotropes, viennent s’ajouter, les drogues dure, la cocaïne a fait son entrée et nous en sommes plus aux 1 ou deux grammes des années précédentes, mais les jeunes dealers sont passés à la quantité supérieure, et ceci est confirmé avec les points de vente qui se sont imposés à tous les coins de rue de la ville d’Oran. Les dealers ne se cachent même plus et tout est disponible, coke, ecstasy et Kif, il suffit de demander et il semblerait que la demande est elle aussi en hausse, des clients des deux sexes consomment et la réactivité des pouvoirs publics, peine a suivre.

Après l’annonce du Président de la République sur la prise en charge rigoureuse de la loi contre les détenteurs de drogues et les détenteurs d’armes blanches qui sèment la peur auprès des citoyens, les oranais, dans leur ensemble ont salué cette prise en charge de la délinquance urbaine, sauf qu’ils ont vite déchanter lorsqu’ils ont constaté que rien a changé, bien au contraire, les agressions, les cambriolages et la détention et vente de stupéfiants ont connu une hausse considérable et parfois aux alentours de certains commissariats qui étrangement ne semblent pas remarquer les manèges suspects que constaterait un gamin de 10 ans.

Le citoyen attend que les annonces faites à partir d’Alger, soient suivies d’effet à Oran Tiaret et Mascara, pour l’heure, ces contrée relèvent comme on dit dans le passage météo de l’ENTV, « baki el watan » comprendre par la, le reste du pays.

Pour rappel, la semaine écoulée, une interpellation a été effectuée au niveau de Bir El Djir, ou un officier de police aurait été blessé par la voiture d’un suspect chez qui les éléments de sureté ont découvert, 250 grammes de Cocaine et près de 3000 comprimés d’ecstasy.

A Belgaid une altercation a éclaté entre deux dealers, un des deux antagonistes a porté un coup de couteau mortel a son rival. Ceci pour dire la violence générée dans ce onde de la délinquance à Oran.

Zitouni Mustapha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + 3 =