Les start-up seront la locomotive du nouveau modèle économique

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a mis en avant samedi à Alger l’importance de soutenir et d’encourager les start-up pour en faire la « locomotive » d’un nouveau modèle économique, basé sur la connaissance et l’innovation.

Dans une allocution à l’ouverture de la Conférence nationale des start-up « Algeria Disrupt 2020 », le Président de la République a affirmé que l’organisation de cette manifestation « témoigne de notre foi absolue en un nouveau modèle économique pour notre pays, un modèle basé sur la connaissance et où les start-up seront érigées en locomotive ».

Le président de la République a mis en exergue, dans ce cadre, l’importance de cette Conférence en vue de « mobiliser les capacités des jeunes pour une action commune, l’échange d’expériences et de tracer les contours d’une économie de connaissance reposant sur l’innovation et la recherche de tous les outils et moyens technologiques, devenus l’un des fondements des économies modernes ».

Relevant la nécessité d’encourager les initiatives de création des start-up et d’éviter « de briser les rêves des jeunes », le Président Tebboune a soutenu que « cette jeunesse innovante qui aspire, avec un haut sens du patriotisme et avec ses propres moyens, à accéder aux marchés internationaux, mérite tout le soutien et l’encouragement », en ce sens, a-t-il dit, qu’elle devient des modèles de réussite « avec les moindres coûts et avec de hauts niveaux de performance et de rentabilité ».

Dans son allocution, le Président Tebboune a annoncé le lancement officiel du Fonds national pour le financement des start-up dont le mode de fonctionnement se distinguera par une « flexibilité » et une « tolérance aux risques ».

Ce nouveau mécanisme de financement permettra aux jeunes porteurs de projets d' »éviter les banques et la lenteur bureaucratique qui en découle, à travers cet outil qui se distinguera par la flexibilité dont ont besoin les start-up », a-t-il assuré.

Ce genre de fonds est habituellement financé dans les Etats libéraux par le secteur privé, a rappelé le Président Tebboune, relevant que ce fonds national sera financé par l’Etat et demeurera « ouvert au secteur privé et les sociétés étrangères qui souhaiteraient y contribuer financièrement en devise ou en monnaie nationale ».

Il a formé le vœu de voir ce Fonds régler les demandes de financement dans des délais très courts et les walis répondre aux besoins de ces start-ups en matière de foncier industriel d’ici fin 2020.

 

L’ère des entraves administratives et bureaucratiques est révolue

 

Par ailleurs, le président de la République a indiqué que la création de ce Fonds vient compléter « les décisions importantes » par lesquelles l’Etat ambitionne d’encourager les jeunes algériens à créer des start-up « à fort potentiel et avec de grandes ambitions » d’accéder aux marchés internationaux.

Cette démarche, dira-t-il, permettra de « relever, ensemble, les grands défis pour l’édification d’une économie basée sur la connaissance et soutenant l’économie nationale avec des revenus hors hydrocarbures et hors ressources conventionnelles ».

Dans ce sens, le Président Tebboune a réitéré son engagement d’éradiquer « définitivement » les pratiques bureaucratiques qui ont privé les meilleurs de nos enfants de concrétiser leurs projets et de réaliser leurs rêves et poussé nombre d’eux à l’émigration, assurant, par là même, que « l’ère des entraves administratives et bureaucratiques est révolue ».

Et de rappeler, dans le même contexte, les incitations fiscales introduites au titre de la loi de finances complémentaire au profit des start-ups, en sus des différentes facilitations relatives à l’accès au foncier pour la réalisation des incubateurs et des accélérateurs, au vu de l’importance de ces structures en matière d’accompagnement des start-up.

Le Président de la République s’est félicité du niveau des jeunes porteurs de projets innovants avec lesquels il a échangé lors de sa visite d’une exposition organisée en marge de la Conférence qui a regroupé près de 40 startup.

Organisée par le ministère délégué chargé de l’Economie de la connaissance et des start-ups, cette conférence connait près de 1.000 participants, entre start-up, incubateurs, représentants d’institutions gouvernementales et financières, opérateurs économiques, experts, associations, universités et centres de recherches.

A l’ordre du jour de la conférence figurent trois (3) panels traitant de thématiques en relation avec le cadre juridique, le capital risque « venture capital » et les incubateurs/accélérateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × un =