L’ouverture de « consulats » dans les territoires sahraouis occupés, une violation de toutes les lois

Le représentant du Front Polisario chargé de l’Europe et de l’Union européenne, Oubi Bouchraya Bachir, a affirmé que le Maroc qui incite des pays à ouvrir des « consulats » dans les villes sahraouies occupées, « viole d’une manière flagrante » toutes les lois dans une démarche reflétant « l’échec cuisant » du Royaume qui peine à obtenir des acquis sur le plan multilatéral.

Intervenant dans une émission sur la radio britannique « BBC » consacré au thème de la poursuite par le Maroc de sa politique d’impliquer plusieurs pays dans l’ouverture de « consulats » dans les villes occupées du Sahara Occidental, Bachir Oubi Bouchraya a fait savoir que « cette démarche est une violation flagrante de toutes les lois, y compris le droit international qualifiant le Sahara Occidental de territoire non autonome en raison de l’occupation militaire marocaine », ajoutant que cette politique prônée par le Maroc constitue également une violation des accords internationaux de Vienne régissant les relations diplomatiques et consulaires internationales.

Le Maroc continue ses violations des lois de l’Union africaine (UA) et de son Acte constitutif qui reconnaît la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et atteste de sa souveraineté et de son intégrité territoriale », a-t-il ajouté.

Selon le responsable sahraoui, l’ouverture de « consulats » dans les territoires sahraouis occupés intervient à un moment où « le droit européen était très clair. La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a affirmé que le Maroc ne jouit d’aucune souveraineté sur le territoire du Sahara occidental considéré comme territoire distinct et séparé du Royaume du Maroc ».

Estimant que ces démarches constituaient « un non événement pour les Sahraouis », le même intervenant a soutenu qu' »elles reflètent également l’échec du Maroc à obtenir une quelconque reconnaissance des organisations internationales sur le plan multilatéral au long des quatre dernières décennies en dépit de toutes ses campagnes de désinformation ».

Et de préciser que « la position des Nations Unies et du Conseil de sécurité est claire du point de vue juridique. Elle repose sur la décolonisation et le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination ».

L’Union africaine (UA), quant à elle, reste attachée à la qualité de membre fondateur et actif de la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Et au niveau européen, les décisions de la Cour de justice de l’Union européenne ne reconnaissent aucune forme de souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, a affirmé le diplomate sahraoui.

« Le peuple sahraoui poursuit son processus de libération sous la direction de son représentant légitime, le Front Polisario, jusqu’à ce qu’il puisse exercer son droit à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément à la légalité internationale », a conclu M. Bouchraya son intervention sur les ondes de la BBC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × cinq =