RESTAURATION IMMINENTE DE LA MOSQUEE DE PACHA ET DU THEATRE D’ORAN: Plusieurs sites culturels et archéologiques de la wilaya d’Oran concernés

La mosquée du «Pacha» sise à haï Sidi El Houari, classée aux monuments historiques, devrait incessamment connaître un important programme de restauration prévue depuis plusieurs mois et retardé suite un arrêt qu’ont imposés les mesures de protection contre la pandémie du coronavirus.  Une plaque annonciatrice de l’opération de restauration de cette mosquée située en plein cœur de la ville d’Oran, a été apposée sur la façade de cet édifice. Rappelons que ce projet  n’a pu être entamé, malgré l’achèvement de la phase de l’étude de faisabilité du projet et ce, en raison de la suspension de navigation aérienne engendrée par la pandémie du Covid-19. Rappelons que cet édifice religieux, érigé en 1797 à l’époque de « Mohamed Bey El Kébir » a longtemps été squatté par des familles. Toujours, dans le cadre du partenariat avec les Turcs, il est prévu la restauration du Palais du Bey dont les travaux seront lancés également, après le déconfinement total. Ce projet de restauration a l’avantage d’assurer la formation de la main d’œuvre algérienne dans ce domaine, notamment pour acquérir le savoir faire en la matière leur permettant de participer à la concrétisation d’autres projets de restauration. Dans ce même contexte,  des experts tchèques ont été retenus pour restaurer les statuts du Théâtre régional d’Oran, ainsi que la restauration des statuts du Théâtre régional d’Oran (TRO) « Abdelkader Alloula ».  Il s’agit de l’expert tchèque Karol Bayer, spécialisé dans la restauration de la pierre. Il a été  désigné pour effectuer le diagnostic sur les cinq statuts en pierre que compte le TRO, a fait savoir notre source du TRO. Il sera question dans un premier temps de définir l’état des statuts et trouver le processus adéquat pour les restaurer. L’expert tchèque a déjà commencé le travail de diagnostic qui va durer quelques jours au niveau du TRO, alors que la restauration sera programmée après l’ouverture des frontières aériennes, fermées à cause de la pandémie Covid19, a précisé le même responsable. La Direction du Théâtre Abdelkader Alloula a décidé de faire bénéficier de cette expérience de restauration des membres de deux associations locale.  « Il s’agit d’organiser une sorte de chantier d’apprentissage, lors de la restauration des statuts, et de faire participer des jeunes des deux associations », a-t-il expliqué le directeur de cet établissement culturel, Mourad Senouci,  ajoutant que ces jeunes formés dans la restauration de pierre, peuvent s’occuper dans l’avenir de ce type de mission et former d’autres jeunes en la matière . Par ailleurs, le site historique « Portus Magnus » situé dans la commune de Bethioua à l’Est d’Oran et représentant « des ruines d’une ville romaine », bénéficiera d’une opération d’une clôture de protection, de ce site qui s’étend sur une superficie de 49,32 hectares. Un site classé en 1968 et qui a bénéficié en 2011 d’une étude d’un plan de sauvegarde et de restauration. Ce site historique sera doté d’un bureau formé de deux représentants du Centre national des recherches préhistoriques, sciences de l’homme et d’’histoire, du Centre national d’archéologie et de l’Office national de la gestion et de l’exploitation des biens culturels protégés, pour entamer les travaux de fouille organisée et spécialiser le siège de la protection des pièces archéologiques.

Hamdouche Hadj

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × trois =